Formulaire de recherche

Echange de Jean Lamouret et Antoinette Claisse avec Jean Lenglet et Madeleine Lamouret : 20.05.1624 [E2465/13]

Lettre d'échangement entre Jean Lenglet et Lamouret, beau-frères, de chacun une mencaudée prise en quatre pour les mayeur et échevins de Cattenières gardée en leur ferme.

Sachent tous présent et à venir que par devant honnête personne Arnould Bricout, à ce jour mayeur de et en toute les terres, appendances et dépendances que messieurs prévôt, doyen, chanoines et chapitre de l'église métropolitaine de la ville de Cambrai ont en leur pouvoir, juridiction et seigneurie de Cattenières en Cambrésis, et en présence des échevins d'icelle ci-dessous nommés, vinrent et comparurent en leurs personnes Jean Lenglet, manant et habitant demeurant audit Cattenières en compagnie de Madeleine Lamouret son épouse d'une part, et Jean Lamouret son beau-frère demeurant pour ce présentement à Carnières en compagnie pareillement d'Antoinette Claisse sa femme et épouse tous deux en premier lit et …, de leur libérale, bonne, pure et franche volonté, sans contrainte, séduction ni induction, de personnes majeures et pour leur plus grand et évident profit faire, et pieux échanges, lesdites femmes pour ce faire de leur mari dûment et agréablement autorisées, dirent et reconnurent que sans aucunes fraudes ..., ils et chacun d'eux avoir échangé au profit l'un de l'autre, certain héritage qu'ils avaient et ont à eux appartenant, séant, situé et gisant sur le pouvoir et juridiction dudit cattenières et pour lequel échangement avoir lieu et demeurer valable à toujours au profit de l'un à l'autre, ledit Jean Lenglet accompagné de sa dite femme, autorisée comme dessus, mirent, werpirent et rapportèrent une mencaudée de terre et héritage, à cordes et mesures, à prendre en quatre mencaudées de terres labourables et héritages dont à lui en appartient les trois d'icelles du côté d'en haut dudit héritage, tenant en longueur à quatre mencaudées appartenantes à Grégoire Oblen, de debout à trois boitellées de Jean Basieu et faisant face au chemin que l'on nomme le chemin Morelle. Et pareillement, icelui Jean Lamouret accompagné d'icelle Antoinette Claisse sa dite femme, autorisée comme dessus, mirent, werpirent et rapportèrent aussi une mencaudée à eux appartenant tenante du côté d'icelui Lamouret pour le présent don à sa dite femme et icelle mencaudée de terre hors de quatre mencaudées ci-dessus, du côté d'en bas en longueur tenante de l'autre côté à l'héritage de Benoit [Desourmaire] de debout à trois boitellées dudit Jean Basieu, faisant face au chemin Morelle. Desquels rapports ainsi faits par lesdit barateurs des mains de mayeur comme es mains de seigneur et de justice et présents lesdits échevins, s'en sont déshérités, dévêtus et issis hors, renonçant et accordant par ledit Lenglet que de la susdite mencaudée ainsi déshéritée par lui et sa dite femme, icelui Jean Lamouret en puisse et soit adhérité et mis en bonne possession, à laquelle ledit Lenglet a renoncé une fois, seconde et tierce et rien ni aucune choses ils n'y ont retenu pour eux, leurs hoirs ni pour autrui à jamais. Et aussi pareillement, ledit Jean Lamouret, sa dite femme, consentant et accordant, que d'icelle mencaudée par eux déshéritée, icelui Lenglet en puisse adhériter et mis en bonne possession, à laquelle ils avaient aussi renoncé et partir et rien ni aucunes choses n'y ont retenu pour eux, leurs hoirs ni pour autrui à jamais.

Promit par lesdits barateurs de leur échangement à conduire et garantir envers et contre tous de tout trouble et empêchement comme tous léaux barateurs et aliéneurs sont tenus de faire jusqu'aux dires des juges et à la coutume de ce pays et comté de Cambrésis, et à charge de telles rentes que lesdits héritages peuvent devoir tant seulement et sans nuls autres empêchements. Si comme il affirmèrent par leur serment solennellement fait selon ladite coutume, promettant décharger toutes lesdites redevances de chacun de leur dit héritage ainsi par eux déshérités jusque ce présent jour de ce chirographe. Puis fut et a été ledit Jean lenglet à sa requête par les mains dudit mayeur et présents lesdits échevins de toute icelle mencaudée ci-dessus mentionnée venant d'icelui Lamouret adhérité, vêtu, saisi et mis en bonne possession pour icelle lui compter, appartenir et lui être de telle nature que lui était et vouloir être sa dite mencaudée par avant ce présent échangement. Comme aussi ledit Lamouret fut et a été aussi à sa requête et quittance par les mains d'icelui mayeur comme par les mains de seigneur et de justice et présents lesdits échevins, de toute ladite mencaudée ainsi prise par en haut en ladite pièce de quatre mencaudées venant du côté d'icelui Lenglet et par lui déshérité comme dit est, adhérité, vêtu, saisi et mis en bonne possession et saisine pour la lui en pouvoir disposer et lui être de telle propriété et retourner selon et ainsi qui est contenu dans ce présent chirographe, mis es mains dudit Lamouret faisant mention du douaire d'icelle Antoinette Claisse sa dite femme dont la contrepartie d'icelui doit être au ferme et gardée des mayeur et échevins dudit Cattenières daté du jour de ces présentes lettres. Puis de toutes les choses dessus dites ont été gardées les solennités à ce requises et les droits pour ce dus bien payés et satisfait à l'apaisement de justice et autres desquels devoirs furent présents savoir comme mayeur le prénommé Arnould Bricout et comme échevins sauf tous droits Julien Lesage, Hubert Machon, Jacques Gransard et Léonard Vaillant. Ce fut fait et passé sous leur pouvoir et jugement le vingtième jour du mois de mai l'an de grâce seize cent vingt quatre.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.