Formulaire de recherche

Donation de Philippe Leduc à sa fille illégitime Marie Leduc : 04.12.1632 [E2465/13]

Lettre de don d'une mencaudée de terre faite par Philippe Leduc à Marie Leduc sa fille illégitime reçu le quinzième jour du mois de décembre an 1632, pour le ferme.

Sachent tous présent et à venir que par devant honorable homme et sage Servais Bricout, à ce jour mayeur suffisamment commis et établi de et en toute la ville, terre et seigneurie de Cattenières en Cambrésis, et en la présence de Claude Leprêtre, Jacques Gransard et Baltazar Lesage, échevins d'icelle seigneurie, vinrent et comparurent en leurs personnes Philippe Leduc et Catherine Lobrye sa femme, conjoints, laboureurs demeurant audit Cattenières, lesquels de leur bon gré, pure, franche et libérale volonté, de leur vraie et certaine science, sans aucune contrainte, induction ou séduction, même ladite femme quant à ce de son dit mari suffisamment et agréablement autorisée, dirent, reconnurent et confessèrent que pour fournir et acquitter à certain accord fait par ledit Philippe Leduc auxdits Jean Cardon et Noëlle Leprêtre sa femme demeurant audit Cattenières, pour la défloration de Gabrielle Cardon leur fille, à cette cause ils avaient et ont donné par cette présente donation à Marie Leduc fille illégitime dudit Philippe et de ladite Gabrielle Cardon aux charges et conditions ci-après déclarées toute une mencaudée de terre labourable semée à blé prise en une rasière séante au terroir dudit Cattenières au choix dudit Jean Cardon tenant à quatorze mencaudées d'Antoine Patin, à une rasière d'Adrien De Hollande et à […]. Ainsi que ladite mencaudée se comporte et extend à la charge que ledit Philippe Leduc fera qu'il a déchargé pour toujours tant de la nourriture que d'entretien de ladite Marie Leduc sa fille illégitime et lesdits Jean Cardon et sa dite femme, ladite Gabrielle leur fille en être chargé, et le cas ladite Leduc vint à décéder et irait de vie à mort par avant d'avoir atteint l'âge de dix huit ans complets, la moitié de ladite mencaudée retournera aux enfants légitimes dudit Philippe Leduc et l'autre moitié à ladite Gabrielle ou à ses ayant cause, mais si elle prend à ladite l'âge de dix huit ans et âge de majorité elle en pourra user et disposer à sa volonté.

Pour lequel don conduire et demeurer valable, être tenu ferme et stable, sortir son plein et entier effet, perpétuellement et à toujours, lesdits comparants donateurs, de leur bon gré ladite femme de l'autorité que dessus, mirent, werpirent et rapportèrent en la main dudit mayeur comme en main de seigneur et de justice présents lesdits échevins bien suffisamment et à loi, toute ladite mencaudée de terre dessus déclarée et s'en sont dessaisis, dévêtus et déshérités, par verge et par bâton, et y ont renoncé une fois, seconde et tierce à toujours par ladite Marie Leduc en adhériter et mettre en bonne possession et saisine. Si promirent à garantir de ce présent don envers et contre tous de tous troubles et empêchement quelconques jusqu'aux dires des juges, aux charges des servitudes et redevances anciennes tant seulement et sans nuls autres empêchements, si comme ils jurèrent par leur serment. Et puis de toute ladite mencaudée de terre desssus déclarée, fut et a été ladite donataire par les mains dudit mayeur comme par main de seigneur et de justice présents et par l'enseignement desdits échevins bien et à loi, entièrement adhéritée, vêtue, saisie et mise en bonne possession, par elle et ses hoirs en jouir à toujours comme dit est et aux charges, devises et conditions avant dites. Si furent tous conjurements et jugements faits, tous droits pour ce dus payés et toutes solennités nécessaires en manière accoutumée. Ce fut ainsi fait et passé audit Cattenières le quatrième jour du mois de décembre an seize cent trente deux.  

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.