Formulaire de recherche

Saisie de biens appartenant à Jeanne Lenglet et Mathieu Forière par le Chapitre : 12.02.1643 [E2465/13]

Lettre de retrait d'un jardin et héritage contenant deux mencaudées de terre fait par Messeigneurs du vénérable Chapitre de la Métropolitaine Eglise Notre Dame de Cambrai seigneurs de la terre et seigneurie de Cattenières. Reçu le vingt et unième jour de mars an 1643.

Somme par ci-devant de temps mémorial, les seigneurs prédécesseurs de vénérables et circonspects seigneurs, Messeigneurs du vénérable chapitre de la Métropolitaine Eglise Notre Dame de Cambrai, seigneurs de la terre et seigneurie de Cattenières en Cambrésis, ont donné en arrentement perpétuel un jardin et héritage séant en ladite seigneurie dudit Cattenières que seulement être ci-devant d'eux joignant ensemble contenant deux mencaudées de terre labourable à usage de jardinage tenant en lisière au jardin d'Antoine Cardon, d'autre au jardin des veuve et hoirs de Thomas Hégo, de bout à cinq boitellées de la cure dudit lieu et de dernier sens à la rue et warescaix desdits seigneurs nommée l'ordre rue, ainsi que le tout se comporte et extend sous la résidence d'une rente foncière annuelle et perpétuelle de quatre mencauds de blé, quatre mencauds d'avoine, huit chapons, douze deniers parisis et six corvées de bras. A cette fin, et sur telles devises et conditions que si les preneurs de ladite rente dudit jardin et héritage ou leur ayant cause étaient en rémision et défaut de léamment payer ladite rente et tant attendisse que trois termes et demi fussent dus et échus l'un sur l'autre, lesdits seigneurs bailleurs en arrentement, leur procureur, porteur de lettre sur ce fait en contient, lesdites trois années échues, expirées et passées se puissent traire par clain de retrait par loi audit jardin et héritage et retirer au gros de ladite seigneurie et table desdits seigneurs du chapitre, seigneurs dudit Cattenières comme est plus à plein contenu et déclaré es lettre, cacheret, titre et minute desdits seigneurs.

Depuis lequel arrentement ainsi fait et donné par lesdits seigneurs dudit Cattenières, Jeanne Lenglet veuve de feu Jean Delaire demeurant à Esnes, et Mathieu Forriere mari et bail de Marie Lenglet demeurant audit Cattenières, héritiers de feu Pierre Nicq et de Noëlle Lenglet sa femme, vivant conjoints occupant propriétaire moderne, eussent été en rémission et défaut de huit années d'icelle rente payer et satisfaire auxdits seigneurs ou leur receveur à ce commis, pour lesquels défauts lesdits seigneurs du chapitre par Claude Delacourt leur procureur se serait clamé par clain de sommation par devant Jacques Gransard mayeur et, échevins dudit Cattenières, Philippe Hutin, Baltazar Lesage et Guislain Laman, pour avoir … et exécution de leur lettre, titre, cacheret et minute à défaut de payer, lequel aurait requis que sommation soit faite à ladite Jeanne Lenglet et Mathieu Forrière mari et bail de Marie Lenglet, héritiers desdits feux Pierre Nicq et Noëlle Lenglet que par devant un mois ils aient à payer et purger lesdites années d'arriérage d'icelle rente. Laquelle sommation a été dûment faite et signifiée auxdites parties et tous ceux qu'il conçoit signifier tant par commission, réquisitoire qu'autrement le premier jour du mois de décembre an mil six cent quarante deux par Jacques Gransard mayeur de ladite seigneurie dudit Cattenières.

Après ladite sommation faite, n'a été fait aucun devoir de payer lesdits arrierages d'icelle rente. Pour quoi, ledit Claude Delacourt, procureur desdits seigneurs, aurait, par devant lesdits mayeur et échevins, fait sur icelui jardin et héritage clain de retrait afin d'être retiré, rejoint et revu au gros de ladite seigneurie et table desdits seigneurs, lesquels pour, sur icelui jardin et héritage, procéder … par ledit Jacques Gransard n'aurait que dûment signifié à ladite Jeanne Lenglet et Mathieu Forrière, héritiers occupeurs propriétaire … en assignant iceux et à toutes parties à être et comparaître audit Cattenières par devant ledit mayeur le mercredi dernier jour du mois de décembre dudit an seize cent quarante deux, jour de plaids ordinaire en ladite seigneurie pour procéder ainsi qu'il appartiendrait. Auquel jour ledit Claude Delacourt, procureur desdits seigneurs, se serait dûment présenté porteur de lettre et après … aurait présenté cause contre lesdits signifiés par leur non comparution et ayant pour eux été pris en défaut premièrement aux plaids de ladite seigneurie ce quatorzième jour de janvier ensuivant seize cent quarante trois, pris en défaut deuxièmement aux plaids tenus le vingt huitième dudit mois, puis en défaut troisième par vertu duquel et des deux précédents a été dit et ordonné que les lettre, titre ou cacheret ….. déclaré exécutoire moyennant leur vérification tellement qu'aux plaids tenus le douzième jour du mois de février ensuivant dudit an seize cent quarante trois. Lesdits seigneurs du chapitre pour produire la vérification de leur bon droit auraient exhiber à cour certain compte en forme de cacheret portant date de l'an mil cinq cent nonante et un, signé Samaize, avec un extrait d'un autre compte rendu en l'an mil six cent six suppliant la recette des rentes dudit Cattenières signé par affirmation M.Défossez receveur moderne desdits seigneurs du Chapitre, par quoi le tout vu et considéré, messieurs les échevins au conjurement de Monsieur le mayeur aurait par leur ordonnace dernière adjugé auxdits seigneurs du chapitre ledit jardin et héritage devant déclaré pour être retiré, rejoint et revu au gros de ladite seigneurie et remis à la table desdits seigneurs afin d'en être réadhérité pour eux lesdits Seigneurs du Chapitre en jouisse comme ils faisaient par avant ledit arrentement.

Et prestement ce fait, ledit Claude Delacourt, procureur desdits seigneurs du Chapitre, pour et au nom d'idelui Chapitre, fut et a été par la main dudit mayeur présent et par l'enseignement desdits échevins bien suffisamment et à loi, dudit jardin et héritage ainsi retiré à la table desdits seigneurs entièrement réadhérités et remis en bonne possession et saisine pour par la communauté dudit Chapitre en jouir, user et posséder comme ils faisaient par avant icelui arrentement, à la sentence et jugement … prononcé et rendu étant donné fut comme mayeur le dessus nommé Jacques Gransard et échevins Philippe Hutin, Baltazar Lesage et Guislain Laman ledit douzième jour de février dudit an seize cent quarante trois.

Suivent les signatures de Jacques Gransard, Philippe Hutin, Baltazar Lesage, Guislain Laman et Leblond (greffier).  

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.