Formulaire de recherche

Donation de Pierre Forrière et Marie Ségard à Catherine Forrière : 20.10.1681 [E2465/13]

Lettre de don de la quatrième partie d'un jardin amazé séant à Cattenières donné par Pierre Forrière et Marie Ségard sa femme à Catherine Forrière leur sœur. Parti pour le ferme.

Sachent tous présent et à venir que par devant honorable homme et sage Philippe Bricout à ce jour mayeur suffisamment commis, constitué et établi de toutes les terres, juridiction et seigneurie de Cattenières en Cambrésis, des appendances et dépendances d'icelle et en la présence des échevins d'icelle terre et seigneurie ci-après nommés, vinrent et comparurent personnellement Pierre Forrière et Marie Ségard sa femme, conjoints demeurant audit Cattenières, lesquels de leur bon gré, pure, franche et libérale volonté, de leur certaine et vraie science, sans aucune force, contrainte, induction ou séduction, mêmement ladite femme quant à ce de son dit mari suffisamment et agréablement autorisée, dirent, reconnurent et libéralement confessèrent que pour la bonne amour et affection naturelle qu'ils avaient et portaient au bien et profit de Catherine Forrière leur sœur pour les agréables services qu'elle leur a fait et espérant qu'elle leur fera et aussi pour autre cause à ce les mouvant, ils avaient et ont donné, cédé et par cette présente donnent, cèdent en pur don perpétuel et irrévocable, de par la meilleure forme et manière que donation se peut faire entre personne vivant ensemble, à ladite Catherine Forrière leur dite sœur toute la quatrième partie d'un jardin, maison, chambre et autres édifices contenant une rasière de terre ou environ séant audit Cattenières tenant au jardin que ci-devant appartenait à Jacques Gransard, à un autre jardin de l'abbaye de Fontenelle et par devant au warescaix des seigneurs. Ainsi que toute la quatrième partie de jardin, maison, chambre et autre édifice dessus déclaré se comporte et extend sans aucune réservation.

Pour lequel don conduire et demeurer valable, être tenu ferme et stable et sortir son plein et entier effet, perpétuellement et à toujours, lesdits comparants vendeurs de leur bon gré, et ladite femme de l'autorité que dessus, mirent, werpirent et rapportèrent ladite quatrième partie de jardin, maison, chambre et autres édifices dessus déclaré en la main dudit mayeur comme en main de seigneur et de justice, présents lesdits échevins bien suffisamment et à loi, et s'en sont dévêtis, dessaisis et déshérités, issis hors et y ont renoncé une fois, seconde et tierce en manière accoutumée, pour ladite Catherine Forrière en adhériter et mettre en bonne possession et saisine. Et si promirent et eurent en commun léamment lesdits comparants donnant ou chacun d'eux conduire et garantir paisiblement ce présent don contre et envers tous de tous troubles et empêchements quelconques jusqu'aux dires des juges et en la coutume du lieu, pays et comté de Cambrésis, à la charge des rentes, servitudes et redevances anciennes que ladite quatrième part de jardin, maison, chambre et autres édifices dessus déclaré doit et peut devoir tant seulement et sans nul autre empêchement, si comme ils jurèrent et affirmèrent par leur serment solennellement selon ladite coutume. Et puis de toute ladite quatrième partie de jardin, maison, chambre et autres édifices dessus déclaré en fut et a été ladite Catherine Forrière à sa prière et requête par la main dudit mayeur comme par main de seigneur et de justice présents et par l'enseignement desdits échevins bien suffisamment et à loi, vêtue, saisie, adhéritée et mise en bonne possession et saisine pour, après le décès de Marie Lenglet sa mère, en jouir, user et posséder tout le cours de sa vie durant comme de son propre bien et léal héritage à toujours et en disposer à sa volonté. Et furent en toutes les choses dessus dites et chacune d'icelles successivement et par ordre, faits tous conjurements et jugements, tous droits pour ce du payés, et toutes solennités observées en manière accoutumée et sauf tous droits. A ce faire que dit-est, furent présents et spécialement requis, convoqués et appelés aux devoirs, à savoir le dessus nommé mayeur Philippe Bricout, présents comme échevins Jérôme Hégo, Pierre Ségard, Nicolas Félix, François Leduc et Etienne Moreau. Ce fut ainsi fait, dit, reconnu et passé sur ladite seigneurie dudit Cattenières le vingtième jour du mois d'octobre l'an de grâce Notre Seigneur an mil six cent quatre vingt et un.

Suivent les signatures de Philippe Bricout, Etienne Moreau, Jérôme Hégo, Nicolas Forrière, Pierre Ségard et J.Gérard (greffier).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.