Formulaire de recherche

Contrat de mariage Jean CATTELAIN - Marie MAIRESSE : 10.11.1683 [2E26-24]

Comparurent en sa personne Jean Catelain, jeune fils à marier d'une part, et Marie Mairesse, jeune fille à marier accompagnée de Pasquette Leroy sa mère, assistée de Claude et Jeanne Mairesse ses frère et sœur d'autre part, tous demeurant à Boussières. Reconnurent et pour parvenir aux devises, promesses, conditions et pourparlers du traité de mariage à en commander et que, au plaisir de Dieu de bref se passera et solennisera en notre mère la Sainte Eglise entre ledit Jean Cattelain et Marie Mairesse sur telles conditions et devises suivantes.

Premier et pour le bien et portement de mariage dudit Jean Catelain a à lui appartenant tout un jardin contenant une boitellée ou environ amazée d'une maison avec un cellier de mulquinier tenant ledit jardin à la rue desservant de l'église au chemin de Cambrai. Et si en cas arriverait que ledit Jean Catelain venait de vie à trépas sans hoirs, veut et ordonne qu'après sa mort que ladite Marie Mairesse reste sa vie durant dans son dit jardin aussi bien sans hoirs qu'avec hoirs ou bien, en cas arrivant ceux qu'ils pourront prétendre quelque droit, ils seront soumis de payer et satisfaire à ladite Marie Mairesse la somme de cinquante florins.

Pour la partie et portement de mariage de ladite Marie Mairesse, ladite Pasquette Leroy sa mère lui donne tout prestement en témoin de sa part après sa mort à l'encontre de ses frère et sœur tout le nombre et quantité de dix pintes de terre à champs advestis à blé tout prestement de leur patrimoine tenant à deux mencaudées que ladite veuve occupe à cense et à cinq boitellées de Jacques Watremez. Item ladite Pasquette promet de payer et satisfaire à ladite fille la somme de dix patacons qui 24 florins payable au jour de Pâques de l'an qu'on dira mil six cent quatre vingt et quatre. D'abondant, ladite Pasquette donne à ladite Marie sa fille deux mencauds de blé tout prestement après les épousailles et ladite Pasquette sa mère promet de lui acheter un cotillon tout promptement et ladite Marie Mairesse partira après la mort de ladite sa mère en tout son patrimoine par elle délaissée à l'encontre de tous ses frère et sœur, parents et amis.

Il a été dit, devisé et accordé que le dernier vivant desdits futurs mariants demeurera paisiblement en tous bien meubles aussi bien sans hoirs qu'avec hoirs en payant dettes, obsèques, services et funérailles du premier décédé. Et si en cas advenait que ladite Marie Mairesse venait à mourir sans hoirs, ledit Jean Catelain sera soumis de rendre à ladite Pasquette sa belle-mère les trois principales pièces des accoutrement délaissés par sa dite fille.

Lesdits partis contractants respectivement, chacun en leur regard, ont promis de bonne foi tenir, entretenir, payer, fournir de point en point sans y contrevenir. A quoi se sont obligés in forma es mains du notaire soussigné sous l'obligation de … leurs personnes et tous leurs biens présents et à venir et sur soixante sols tournois de peine à donner si besoin est renonçant à toutes choses contraires. Fait et passé audit Boussières par devant le notaire soussigné en présence d'Eloy Mirou et Benoit Canonne témoins et bien assistant le dixième jour du mois de novembre 1683.

Suivent les marques de Jean Catelain, Marie Mairesse, Pasquette Leroy, Eloi Mirou, Benoît Canonne et Legrand (notaire).  

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.