Formulaire de recherche

Contrat de mariage Jean Philippe Basquin - Marie Jeanne Martin : 12.01.1742 [2E26-242]

Comparurent personnellement Jean Philippe Basquin mulquinier de son stil, jeune homme à marier de Robert Basquin, aussi mulquinier de son stil, et de défunte Antoinette Bombart qui furent conjoints ses père et mère, assisté et accompagné de son dit père, Arnould Deloffre son oncle par alliance, Robert Deloffre son cousin germain et aussi son parrain, et de Simon Oblin laboureur son maitre, tous demeurant à Troisvilles d'une part, et Marie Jeanne Martin, fille aussi à marier de feu Géry Martin en son vivant valet de charrue de sa profession et d'encore vivante Catherine Leprêtre qui furent conjoints ses père et mère et icelle native de Ligny, âgée de vingt sept ans ou environ demeurant audit Troisvilles depuis six ans ou environ avec Marie Françoise Martin sa tante soit disant être autorisée de sa dite mère pour faire et passer ce que s'en suit et par laquelle elle promet en tant que de besoin de faire apparaître son consentement par devant qui il appartiendra par avant les épousailles, assistée et accompagnée de ladite Marie Françoise Martin sa tante paternelle, Antoine Beauvois et de Bernardin Boitteau ses amis acquis, tous demeurant audit Troisvilles d'autre part. Lesquels comparants de leur bon gré reconnurent que pour parvenir au mariage entre eux concerté qui de bref au plaisir de Dieu se passera et solennisera en face de notre mère la Saint Eglise si elle y consente et accorde d'entre ledit Jean Philippe Basquin et ladite Marie Jeanne Martin, futurs mariants, ont fait les devises, promesses et conditions dudit mariage en la forme et manière que s'en suit.

Et premier, quant est des biens et portement de mariage dudit Jean Philippe Basquin, tant en biens fonds que meubles et effets qu'il a à lui appartenant, ladite Marie Jeanne Martin, future mariante assistée que dessus, a déclaré s'en tenir pour contente et bien apaisée sans qu'il soit besoin d'en faire ici plus particulière déclaration.

Et à l'égard des biens et portement de mariage de ladite Marie Jeanne Martin, ladite Marie Françoise Martin sa tante a déclaré et mis en avant qu'à elle future mariante appartient tout prestement tant en vertu des devoirs de rapports es mains de loi qu'elle a ci-devant faits au profit d'icelle future épouse sa nièce qu'en vertu du présent contrat, la juste moitié par indivise à l'encontre de ladite Marie Françoise Martin pour l'autre pareille moitié par elle réservée en un jardin lieu et héritage situé audit Troisvilles et où elle fait à présent sa demeure et résidence tenant le total de lisière à une partie d'héritage dudit Antoine Beauvois, d'autre lisière à l'héritage de Joseph Desvignes, d'un bout par derrière au préau et par devant à la rue menant à l'église. De laquelle moitié de jardin et héritage ci-dessus déclarée ladite future épouse en jouira prestement propriétairement et à toujours comme de son bien propre à quoi ladite Marie Françoise Martin a consenti sous promesse de lui laisser … jouir, faire valoir et garantir à charge des rentes anciennes et foncières seulement et sans nul autre empêchement et consent au surplus que l'adhéritance et possession leur en soit donné et accordé à la première demande et réquisition. De plus, pour certaines justes causes et raison à elle connues donne par le présent par donation d'entre vifs et irrévocable à toujours au profit de ladite future épouse sa nièce, présente et acceptante, la juste moitié de tous ses biens meubles et effets mobiliaires tels qu'elle a présentement à elle appartenant et étant en sa possession, délivrable sitôt le présent mariage accompli et convenu entre les parties que lesdits deux futurs conjoints et ladite Marie Françoise Martin vivront communément ensemble aussi longtemps qu'ils seront en bonne union ensemble et au cas qu'ils ne s'accorderaient pas ensemble ils seront respectivement libre de se retirer pour vivre chacun en leur particulier en partageant lors tous les biens meubles et effets mobiliaires tels qu'ils auront en commun, chacun pour la moitié. Duquel portement de mariage ledit Jean Philippe Basquin futur mariant assisté que dessus a pareillement déclaré s'en tenir pour content et bien apaisé.

Ayant été expressément convenu, conditionné et accordé entre les parties, parents et assistants soussignés, que le dernier vivant desdits deux futurs conjoints aussi bien avec hoirs et sans hoirs aura droit de jouir usufructuairement sa vie durant seulement de tous les immeubles du prédécédé tels qu'il aura à lui appartenant et qu'il délaissera au jour de son trépas en quel lieu et endroit ils pourront être situés. Conditionnant de plus que le dernier vivant desdits deux futurs conjoints, aussi bien avec hoirs et sans hoirs, demeurera seul propriétaire et paisible possesseur de tous les biens meubles, effets mobiliaires, et tout ce qui est réputé pour meubles tels qu'ils se trouveront délaissés par le prémourant au jour de son trépas à charge des dettes, obsèques, service et funérailles dudit prémourant.

Tout lequel contrat de mariage et choses dites, lesdites parties ont respectivement promis tenir, entretenir, laisser jouir, faire valoir, et garantir, payer, fournir et entièrement accomplir de point en point et en la manière dite par leur foi et serment sous l'obligation de leurs personnes et biens présents et futurs et sur soixante sols tournois de peine à donner à tel juge qu'il appartiendra renonçant à toutes choses contraires. Ce fut fait et passé audit Troisvilles, par devant le notaire royal résident à Prémont soussigné en présence desdits assistants non obligés dénommés au préambule du présent contrat requis pour témoins à ce appelés le douzième de janvier mil sept cent quarante deux.

Suivent les marques et signatures de Jean Philippe Basquin, Marie Jeanne Martin, Robert Basquin, Arnould Deloffre, Simon Oblin, Marie Françoise Martin, Robert Deloffre, Antoine Beauvois, Bernardin Boitteau et Leducq (notaire).  

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.