Formulaire de recherche

Contrat de mariage Jacques BANSE et Adrienne DE SOURMAY : 15-01-1655 [2E26]

Du quinzième jour du mois de janvier seize cent cinquante cinq.

Comparurent personnellement Jacques Bense, jeune fils de Thomas et Pasquette Lemaire demeurant à Naves, assisté de ses dits père et mère d'une part, Adrienne De Sourmay jeune fille de Félix et de défunte Marie Leduc qui furent conjoints demeurant en cette ville de Cambrai, assistée dudit Félix son père, de Thomas Bense le jeune demeurant audit Cambrai son frère allié d'autre part. Et reconnurent de leurs bonnes volontés, sans contrainte, induction ou séduction aucune que pour parvenir au mariage pourparler que de bref se fera et sollenisera en notre mère la Ste Eglise si elle y consente d'entre lesdits Jacques Bense et Adrienne Desourmay les ports, devises être tels que s'en suit.

Et premier, quant est des portement et biens dudit Jacques Bense, lesdits Thomas Bense et Pasquette Lemaire ses père et mère, ladite femme de son dit mari suffisamment autorisée après icelle avoir renoncé au droit du Velleyan et à l'authentique si qua mulier à elle donné à entendre, l'un pour l'autre et chacun d'eux seul pour le tout sans division ni ordre de discussion. Item lui ont promis fournir et délivrer en avancement de son mariage à deux termes et paiements la somme de soixante florins. Si comme la moitié au jour de St Rémy prochainement venant et l'autre moitié restante à pareil jour suivant de l'an qui sera mil six cent cinquante six. Avec lui donne le blé vert d'une mencaudée de terre pour en faire la dépouille par lesdits futurs mariants à l'août prochain située sur le terroir de Naves tenant à neuf boitellées de … et à trois boitellées de la veuve de François Hégot. Si ont promis de cultiver, parfaire et affermer de blé de saison au profit d'iceux mariants après l'août prochain une rasière de terre pour en faire la dépouille à l'août suivant de l'an qui sera mil six cent cinquante six, située sur le terroir de … tenant à une mencaudée de Pierre Dambrinne et à cinq boitellées de Jean Locquet. De plus par eux labourer et affermer ladite rasière de terre de grain de marsail pour en faire la dépouille à l'août suivant 1657. Item aussi de labourer et affermer de grain de marsail ladite mencaudée de terre ci-dessus reprise pour en faire la dépouille à l'août de l'an qui sera mil six cent cinquante six. Item et de plus une rasière et une boitellée de terre pour en faire la dépouille de blé de saison à l'août mil six cent cinquante sept situées au terroir de Naves tenant à trois mencaudées des pauvres dudit lieu et à douze mencaudées de Madame de … et par dessus à labourer et affermer lesdites sept boitellées de terre de grain de marsail pour en faire la dépouille à l'août suivant mil six cent cinquante huit, le tout au profit desdits mariants et ce qui se devra accomplir en son temps et saison bien et dûment. Et au cas arrivant que la dépouille desdites terres viendrait à être perdue en quelle année que ce soit ou gâtée par les … d'icelles, en ce cas ledit Thomas et sa dite femme seront tenus de labourer et affermer autant de terres de semblant grain qu'à celui de la dépouille perdue ou gâtée, ce qui se devra faire à l'année suivante en sa saison après lesdits dégâts ou pertes. Item ont promis fournir et délivrer à leur dit fils mariant sitôt ce présent mariage parfait et consommé six mencauds de blé en nature avec les outils nécessaires au stil de carbry, comme aussi la juste moitié des bois non travaillés qui sont à usage dudit stil gisant présentement en leur possession. Dont et duquel portement ladite Adrienne Desourmay, assistée comme dessus s'en est tenue apaisée sans en faire plus ample déclaration.

Et venant au portement de ladite Adrienne Desourmay, ledit Félix Desourmay son père et avec lui Jeanne Normand alliée à icelui Félix sa belle-mère, icelle de son dit mari autorisée après avoir renoncé au droit du Velleyan et à l'authentique si qua mulier à elle donné à entendre, l'un pour l'autre et chacun d'eux seul pour le tout sans division ni ordre de discussion ont promis fournir et payer à icelle Adrienne leur fille à deux termes et paiements la somme de trois cent soixante florins à elle appartenant à savoir cent vingt florins de pareille somme à elle assigné pour son droit de formoture par contrat de mariage stipulé d'entre son dit père et ladite Jeanne Noirmand sa belle-mère. D'autre item cinquante florins de quelque portion de jardin vendu par décret à Olivier Leduc et cent quatre vingt dix florins de la vente de sa part d'une maison vendue par décret faisant lesdits trois cent soixante florins comme ci-dessus est repris à elle payable, savoir cent et soixante florins sitôt ce présent mariage parfait et consommé. Item autres cent florins pendant le jour de St Rémy prochain venant et autres cent florins restant en pareil jour de St Rémy suivant de l'an qui sera mil six cent cinquante six. Si lui ont promis fournir sitôt ledit mariage parfait quatre mencauds de blé en nature et ont déclaré qu'icelle Adrienne leur fille devra jouir sitôt ledit mariage parfait de la moitié de demie mencaudée de terre à usage de jardinage à l'encontre dudit Thomas Bense le jeune son beau-frère situé à Cattenières, tenant au jardin d'Olivier Leduc et au jardin de l'abbaye de St Sépulchre. Dont et duquel portement ledit Jacques Bense assisté comme dessus s'en est tenu apaisé sans en faire plus ample ni spécifique déclaration.

Ayant eté conditionné et spécialement accordé que le survivant desdits futurs conjoints, à hoirs et sans hoirs, demeurera en tous de chacuns des biens meubles et … que délaissera le premier mourant en payant ses dettes, obsèques et funérailles. Tout lequel traité de mariage et devises portées lesdites parties respectivement ont promis tenir, entretenir, fournir et accomplir de point en point et par la manière dite, par leur foi et serment et sous l'obligation de leurs biens présents et futurs et sur vingt pattars de peine & renonçant &. Fait et passé audit Cambrai par devant le notaire soussigné en présence dudit Thomas Bense le jeune ci-dessus nommé au préambule et Adrien Locquet demeurant audit Cambrai témoins pour ce requis et appelés.

Du vingt et un jour du mois de janvier 1655, Thomas Bense le vieil susnommé a cédé à son dit fils mariant la moitié du droit qu'il a au parfait du bail d'une maison située en Cambrai Ste Agnès appartenant aux dames de la maison de ladite Ste Agnès, à la charge de la moitié des rendages et devises portés au bail et jouira son dit fils de la moitié des fruits et services que rendra Grégoire Vilain que ledit Thomas a pris pour apprenti du stil de carbry, qui fut ainsi fait en présence de Toussaint Guillebau et Antoine Lesage demeurant audit Cambrai témoins pour ce requis et appelés.

Depuis savoir le vingt quatre de septembre mil six cent septante trois, est comparu le devant nommé Jacques Bense allié par mariage à Adrienne Desourmay demeurant à Wambaix lequel a déclaré être entièrement satisfait du portement de mariage de ladite Adrienne Desourmay sa femme que lui avait assigné et promis ledit Félix son père, lequel partant … est déchargé en témoin de quoi a signé le présent acte par devant le notaire soussigné les jour, mois et an que dessus.

Suit la signature de Jacques Bense.

 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.