Formulaire de recherche

Rente de Thomas LEMAIRE et Catherine PILLIEZ au profit de Daniel LIENON le 13-01-1622 [E2465/13]

 

Pour le ferme Lettre de constitution d'une rente de dix huit florins deux patars douze deniers au rachat de deux cent quatre vingt dix florins par Thomas Lemaire et sa femme au profit d'honorable homme Daniel Lienon demeurant à Cambrai.

Sachent tous présent et à venir que par devant homme honnête et sage Arnould Bricout à ce jour mayeur suffisamment commis et établi de et en toute terre, juridiction et seigneurie de Cattenières et en la présence des échevins dudit lieu ci après nommés comparurent en leurs personnes Thomas Lemaire et Catherine Pilliez sa femme, conjoints demeurant audit Cattenières, lesquels de leurs bons gré, pure, franche et libérale volonté sans aucune contrainte même ladite femme quant à elle de son dit mari suffisamment autorisée, dirent, reconnurent et confessèrent que pour leur profit faire pieux marché éviter et faire meilleur parmi et moyennant la somme de deux cent quatre vingt dix florins carolus qu'ils ont confessé avoir reçue comptant de honnête homme Daniel Lievou demeurant en Cambrai et dont ils s'en sont tenus pour contents et bien payés.

Ils avaient et ont vendu, créé, et constitué et par ces présentes créent et constituent bien justement léamment et sans fraude à toujours audit Daniel Lievou, présent et acceptant, une rente héritière et perpétuelle de dix huit florins, deux patars douze deniers payable à deux termes et paiements en l'an. Si comme au troisième jour de juillet et janvier à chacun d'une année la moitié dont le premier paiement pour la première d'une demie année d'icelle rente écherra à payer au troisième jour de juillet prochain et le second paiement pour l'accomplissement de la première année écherra au troisième jour de janvier de l'an seize cent et vingt trois pour aussi continuer de payer de terme en terme, d'an en an à toujours sauf que lesdits partis constituant pourront, leurs hoirs et ayant cause, ravoir, racheter et rembourser ladite rente en payant et remboursant audit Daniel Lievou, ses hoirs et ayant cause ladite somme de deux cent quatre vingt dix florins à trois fois en payant de terme en terme avec retard de temps à l'avenant avec dépens, frais et mises de justice pour ce ensuivis, laquelle dite rente de dix huit florins deux patars douze deniers …

Thomas Lemaire et sa dite femme ont promis, sont et seront tenus , leur hoirs et ayant cause, satisfaire et payer audit Daniel Lievou, ses hoirs ou au porteur de ces présentes en son nom, de terme en terme, d'an en an, aux jours dessus narrés sans contrainte, sans frais ni opposition aucune. Et en plus grande sûreté de ce faire et de correctement tenir, lesdits Thomas Lemaire et sa dite femme, vendeurs, de leurs bons gré, ladite femme de l'autorité que dessus, mirent, werpirent et rapportèrent en la main dudit mayeur comme en main de seigneur et de justice présents lesdits échevins bien suffisamment et à loi toute une certaine maison, jardin, lieu pourpris et héritage situés au village dudit Cattenières contenant deux mencaudées de terre ou environ tenant d'une part à une mencaudée de Léonard Vaillant, d'autre à deux mencaudées de Jean Bricout et au chemin qui mène dudit Cattenières à Haucourt, ainsi que toute ladite maison et jardin se comportent et extendent sans aucune chose réserver, retenir ni mettre hors. Lequel rapport, lesdits conjoints vendeurs firent et ont fait à cette fin et sur telle forme, manière et condition, leur hoirs et ayant cause possesseurs de cette maison et jardin rapportés étaient en temps à venir en rémission et défaut de payer ladite rente audit Daniel Lievou, ses hoirs et ayant cause ou porteur de ces présentes en son nom tant que trois termes et paiements faisant une année et demie en fussent pleinement dus et échus l'un sur l'autre en quelque an ou terme que …. ledit troisième terme passé et expiré … pouvoir que ledit Daniel Lievou, ses hoirs et ayant cause ou porteur de ces présentes en son nom traire par clain et loi sur ladite maison et héritage rapportés et icelle faire vendre, subhaster et à dénierer sur les denier en procédant y prendre et avoir ladite somme de deux cent quatre vingt dix florins de deniers principaux avec tous les arriérés de ladite rente … ratte de temps, frais, dépens et mises de justice pour ce ensuivis et si peu y avait et que …. et vendage dudit rapport ne fussent suffisant pour fournir à toute ladite somme, rente et dépens en ce cas ledit Thomas Lemaire et sa dite femme promirent le surplus et résidu qui demeure serait parfaire et parpayer sur eux et sur tous leurs biens présents et à venir comme leur propre terre mais pour ce ne demeurera ….. ledit Daniel Lievou, ses dits hoirs ou ledit porteur ne se puisse ou puissent bien faire payer de ladite rente de terme en terme et d'an en an, par clain et par lois sur les plus apparents biens trouvés occupant ladite maison et jardin rapportés ainsi que pourra être héritière et accoutumée s'en faire payer pour procéder à ladite vente et subhastation si bon ne semble. Ils ont lesdits rapportants élu leur domicile en et sur ladite maison et jardin consentant et accordant à  toutes sommations, assignations, ajournement et avec exploits de justice à faire y serait en leur absence … … … et … que fait en leurs personnes mêmes et vrai domicile pourvu que lors ils seront demeurant hors dudit Cattenières et non autrement. A tant demeurera ledit rapport es mains de loi. A ce faire et passer furent présents et spécialement requis et appelé lesdits à savoir comme mayeur le dessus nommé Arnould Bricout et présents comme échevins dudit Cattenières Julien Lesage, Jacques de Gransard et Léonard Vaillant.

Ce fut fait et passé en la ville de Cambrai par obéissance prise le troisième jour de janvier mil six cent et vingt et deux.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.