Formulaire de recherche

Contrat de mariage SEGARD Marie Thérèse - GODELIEZ Philippe : 27.10.1740 [2E26-77]

Par devant le notaire royal et témoins résidents à Cambrai soussignés furent présents Philippe Joseph Godeliez fils à marier de Jean et de Marie Anne Louis demeurant au faubourg St Druon, d'iceux ses père et mère assisté d'une part, Marie Jeanne Thérèse Ségard fille aussi à marier de Philippe et de Marie Antoinette Machu demeurant au village d'Estourmel, d'iceux ses père et mère assistée et accompagnée de Joseph Leduc et Pierre Ségard ses oncles et de Joseph Leduc son cousin d'autre part, lesquels pour parvenir au mariage traité et pourparlé entre ledit Philippe Joseph Godelier et ladite Marie Jeanne Thérèse Ségard son convenus comme s'en suit.

Premièrement quant aux biens et port de mariage dudit futur mariant, iceux ses père et mère lui donnent la propriété de cinq mencaudées de terre amazée de maison situées au faubourg de Saint Sépulchre en une pièce, tenante au petit chemin de Rumilly, à deux mencaudées de François Noreux et au chemin de la procession et à pareilles deux mencaudées ou environ appartenant à Marie Joseph sa soeur pour en jouir présentement. Item la propriété d'une mencaudée de terre jardinage prise en deux sur lesquelles il y a une maison et laquelle les futurs mariants jouiront présentement et la moitié à l'encontre de ses dits père et mère qui jouiront et l'autre moitié où ils font actuellement leur demeure, leur vie durant, pour après la mort du dernier vivant d'eux deux lesdites deux mencaudées et l'autre moitié de maison compter et appartenir en tout propriété audit futur époux. Item lui donnent encore la propriété d'un fief de dix mencaudées et environ es terres labouables en une pièce au terroir de Séranvillers tenant au chemin dudit Séranvillers à Crèvecoeur, aux terres de Mr De Hertaing et au ruyot de Borniavalle, pour les susdites parties de terres en jouir présentement. Item après la mort de ses dits père et mère, lui compte et appartient deux fiefs de trois mencaudées et demie éclipsées ne faisant ci-devant qu'un fief de sept mencaudées mouvant d'Estourmel au terroir de Lesdain ou Séranvillers. Ledit futur époux sera aussi héritier mobiliaire de ses dits père et mère ce qui aura aussi lieu pour la future épouse au cas que son futur époux viendrait à la précéder tant avec que sans enfants à charge et leurs dettes obsèques et funérailles et de leur faire dire à chacun vingt cinq messes aussitôt le décès du dernier. Conditionné que si la future épouse venait à mourir avant son futur époux ne laissant qu'une fille ou des filles, que son futur époux aurait garçon d'un autre mariage à qui par conséquent les fiefs ci-dessus appartiendront. S'il n'y a qu'un fille de la présente conjonction, elle aura après la mort de son père la quatrième partie de la valeur desdits deux fiefs qui seront pour lors estimés et à lui payer par celui ou ceux à qui lesdits deux fiefs appartiendront. S'il y a plusieurs filles elles en auront la moitié, qui est tout le port de mariage dudit futur époux dont sa future épouse et assistants se sont contentés. Convenu et conditionné que la future épouse survivant son futur époux tant avec que sans enfant sera viagère des immeubles ci-dessus tant fiefs que mainfermes pour sureté de quoi se feront les devoirs devant ou après le présent mariage accompli aux dépens des futurs époux sans quoi le présent mariage s'en suivrait. 

Venant au port de mariage de ladite future épouse, iceux ses père et mère en avancement de leur succession et en faveur du présent mariage lui fourniront la somme de douze cent florins aussitôt le présent mariage accompli. Lui donnent aussi la propriété de trois boitellées de terres labourables mainfermes au terroir dudit Estourmel tenant à trois mencaudées de St Julien et aux terres occupées par Pierre Joseph Ségard pour en jouir présentement et après la mort de ses dits père et mère elle aura part égale dans leur succession mobiliaire et immobiliaire à ses deux autres soeurs et ce sans fraude en rapportant le présent port de mariage, lesdites trois boitellées par estimation desquelles trois boitellées le futur époux tant avec que sans enfant par forme de … sera viager. Conditionné que le survivant tant avec que sans enfant sera héritier mobiliaire comme aussi viager des immeubles ci-dessus et autres venus et à venir que délaissera le prémourant à charge des dettes obsèques et funérailles d'icelui. Les futurs maraints s'obligeant de nourrir et entretenir tant en santé que maladie le survivant des père et mère du futur époux.

A l'accomplissement duquel contrat de mariage les parties ont obligé leurs personnes et biens présents et à venir sur soixantes sols & renonçant &. Fait et passé à Cambrai le vingt spet octobre mil sept cent quarante et ont signé la future mariante, sa mère, celle du futur époux et Pierre Ségard, et leur marque pour ne savoir écrire de ce enquis en présence de Jean François Rosetet Jacques Joseph Bourdon praticiens et témoins à ce requis et appelés.

 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.