Formulaire de recherche

Contrat de mariage GABET Thérèse - MAISON Philippe : 27.10.1735 [2E26-74]

Par devant les notaire royal et témoins résident à Cambrai soussignés furent présents Philippe Maison fils à marier de Pierre et de feue Marie Anne Gransard ses père et mère mulquinier demeurant au village d'Estourmel d'icelui son père assisté et accompagné de Maxellence sa soeur d'une part, Thérèse Gabet fille aussi à marier de défunts Pierre et Marie Catherine Leduc aussi ses père et mère demeurant audit lieu assistée de Nicolas François clerc dudit Estourmel son beau-frère, de Philippe Depreux son oncle et d'Augustin Leduc son parain d'autre part, lesquels pour parvenir au mariage traité et pourparlé entre ledit Maison et ladite Gabet sont convenus comme s'en suit.

Premièrement quant aux biens et portement de mariage dudit futur mariant icelui son père lui donne une fois la somme de cent florins, une stile de mulquinier garnie d'une toile en quatorze claire et une autre toile faite en batiste en seize. Promet aussi lui rétrocéder du consentement du propriétaire une mencaudée de terre labourable appartenant à l'abbaye de Premy tenant à vingt mencaudées de Madame de Franqueville et à trois mencaudées de pareilles terres dudit Premy pour en jouir présentement ainsi qu'elle est avestie, à charge du rendage ordinaire et autres clauses dudit bail pour après icelui fini en prendre un nouveau en son propre et prime nom et après la mort de son dit père il jouira en propriété d'une demie mencaudée de terre labourable en une pièce au terroir du Rocquet tenant au chemin de Wambaix au cimetière de Cauroir et à demie mencaudée de Sainte Maison et à deux mencaudées occupées par Arnould Chartier. Lui donnera aussi sept mencauds de blé de son aôut. Finalement lui donne un jardin et héritage contenant une boitellée de terres ou environ située à Chantemerle tenant au jardin de Damoiselle Bouvigny, et à une boitellée de Joseph Fiévet pour dudit jardin en jouir présentement en toute propriété et pour … de laquelle propriété de même que pour la demie mencaudée ci-dessus son dit père jointement Maxellence et Jeanne Maison ses deux filles promet et s'oblige d'en faire tous devoirs requis et nécessaires devant ou après le présent mariage accompli, desquelles deux parties de terre sa future épouse sera viager tant avec que sans enfants, lequel port de mariage est toute la part et portion que son dit fils pouvait avoir à prétendre dans les successions mobiliaires et immobiliaires de sesdits père et mère auxquelles successions il déclare de renoncer dès à présent comme pour lors et c'est aussi tout le port de mariage du futur mariant dont sa future épouse et assistants se sont contentés.

Et venant au port de mariage de ladite future épouse et assistants ont déclaré qu'il lui appartient une maison, jardin et héritage fief contenant une boitellée tenant au chemin de Cambrai au Cateau et au jardin d'Arnould Chartier, il lui appartient aussi une autre mencaudée fief jardinage tenant au jardin dudit Augustin Leduc et à cinq boitellées de Martin Lepretre. Item neuf pintes de terre ou environ jardinage mainferme tenant à la maison ci-dessus et au jardin dudit Chartier, conformément au partage fait avec ses frères et soeurs. Item demie mencaudée de terre labourable au terroir dudit Estourmel tenant et à prendre dans une mencaudée en une pièce, tenant à deux mencaudées de Mr De Franqueville et à une mencaudée de Philippe Ségard. Item demie mencaudée aussi labourable à prendre comme dessus dans neuf boitellées à l'encontre de son beau-frère Nicolas François et des héritiers d'Anne Gabet. Item lui appartient tous les meubles meublant, vaches et autres effets mobiliaires existant en sa dite maison, et comme la future épouse est chargée d'une fille provenant de Magedeleine Gabet sa soeur, a été convenu que ledit futur mariant s'en charge des mêmes clauses et conditions stipulées par les actes faits par devant la justice et comme il faut compter trois cent florins audit enfant a été convenu que si ledit futur mariant compte ladite somme de ses deniers sans vendre les parties de terres mainfermes ci-dessus, il sera propriétaire de toutes lesdits parties de terre mainferme et en jouira et disposera comme d'un bien propre à lui appartenant au cas de non enfant de leur présente conjonction et au surplus tant avec que sans enfants, il sera viager des fiefs, au moyen de quoi ladite future épouse sans enfant jouira propriétairement et disposera aussi comme d'un bien à elle appartenant de la boitellée de terre jardinage tenant au jardin de Damoiselle Bouvigny et au surplus tant avec que sans enfants, elle sera viagère des parties de terre de son futur époux et pour sureté de quoi se feront les devoirs suivant la coutume devant ou après le présent mariage accompli, qui est tout le port de mariage de ladite future épouse.Conditionné que le survivant tant avec que sans enfants sera héritier mobiliaire et viager des immeubles comme est dit ci-dessus que délaissera le prémourant à charge des dettes, obsèques et funérailles.

A l'accomplissement duquel contrat de mariage les parties ont obligé leurs personnes biens présents et futurs & sur soixante sols tournois & renonçant &. Fait et passé à Cambrai le vingt sept octobre mil sept cent trente cinq en présence de Jean François Rosel et Jacques Joseph Bourdon, témoins à ce requis et appelés et ont signé et apposé leurs marques pour ne savoir écrire.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.