Formulaire de recherche

Contrat de mariage CAURO Martin - FONTAINE Jeanne Agnès : 01.07.1733 [2E26-73]

Par devant les notaire royal et témoins résidant à Cambrai soussignés furent présent Martin Cauro garçon à marier de défunt Joseph et d'encore vivante Maxellende Hutin ses père et mère, demeurant au village d'Estourmel, ladite Hutin n'ayant pu comparaitre pour ses infirmités assisté et accompagné d'Amand Cauro son oncle paternel, de Pierre Leduc son oncle paternel, et de Joseph Leduc son cousin, de Robert Dercourt son bon ami d'une part, Jeanne Agnès Fontaine fille aussi à marier de défunts André et Marie Barbe Bouflers ses père et mère vivants demeurant au faubourg de Saint Sépulchre assistée et accompagnée de Bonne et Thérèse Fontaine ses soeurs, de Jean François Bouflers son oncle, Jacqueline Bouflers sa tante, d'Antoine Goubet son beau-frère, Pierre Michel Hutin son beau-frère d'autre part : lesquels pour parvenir au mariage traité et pourparlé entre ledit Cauro et ladite Fontaine sont convenus comme s'en suit.

Premièrement quant aux biens et portement de mariage d'icelui Cauro, futur époux, ledit Pierre Leduc a déclaré qu'il doit lui compter la somme de six cent florins suivant son contrat de mariage avec Marie Agnès Cauro sa soeur, laquelle somme se payera quatre cent florins à la Saint Rémy prochain et les deux cent florins restant à la même fête ensuivant. A été aussi déclaré que ledit futur mariant après la mort de sa mère aura une demie mencaudée de terres jardinage, c'est à dire la quatrième partie d'une rasière ou environ de terres provenant de la donation faite à feue Marie Joseph Cauro leur soeur par Marie Elisabeth Santerre leur grand-mère. Au surplus ledit futur mariant aura sa part dans la succession mobiliaire de sa mère qui est tout son port de mariage dont sa future épouse et assistants ont déclaré s'en tenir pour contents et apaisés.

Et venant au portement de mariage de ladite Fontaine future épouse, icelle et assistants ont déclaré qu'elle a à elle appartenant la somme de mille florins monnaie de Flandre qui sont entre les mains dudit Pierre Michel Hutin qui sont entre ses mains qui s'oblige de les compter aussitôt le mariage consommé. Au surplus elle a part dans six mencaudées moins une boitellée à l'encontre de ses frères et soeurs qui est tout son port de mariage dont son futur époux et assistants ont déclaré de s'en tenir pour contents et apaisés. Conditionné et arrêté que le survivant tant avec que sans enfants sera héritier mobiliaire comme aussi viager des immeubles venus et à venir que délaissera le prémourant à charge des dettes, obsèques et funérailles d'icelui sans que pour ledit viager il soit besoin de faire les devoirs, les parties y ayant expressement déroger et renoncer à toutes coutumes, droits et usages à ce contraire.

A l'accomplissement duquel contrat de mariage les parties ont obligé leurs personnes et biens & renonçant &. Ainsi fait et passé à Cambrai le premier du mois de juillet mil sept cent trente trois, et ont signé et marqué en présence de Jean François … et Pierre Joseph Hubeau, prtaciiens témoins à ce requis et appelés.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.