Formulaire de recherche

Contrat de mariage SEGARD Pierre - LENGLET Angélique : 12.06.1723 [2E26-37]

Comparurent personnellement Pierre Segard fils à marier de Jérôme et de défunte Marie Jeanne Delwarde mulquinier demeurant à Estourmel, de son père assisté, d’Etienne Ségard son frère demeurant au même lieu et de Jacques Taisne son oncle par alliance demeurant à Fontaine au Pire d’une part ; Angélique Lenglet aussi jeune fille à marier de défunt Martin Lenglet et de Bonne Lasselin, de sa mère pareillement accompagnée et de Gilles Carpentier son beau-père demeurant à Chantemerle, de Pierre François et Jean Le Ducq ses deux oncles alliés demeurant audit Estourmel d’autre part, lesquelles parties désirant mettre fin et accomplir le mariage entre elles projeté et qui se doit solemniser le plutôt que faire se pourra en face de notre mère saint Eglise entre lesdits Pierre Ségard et Angélique Lenglet sont convenus des clauses et conditions suivantes.

Premièrement ledit Jérôme Ségard déclare qu’il appartient audit futur mariant son fils une mencaudée de terre fief en jardinage située en une pièce audit Chantemerle et ce en vertu de l’achat que ledit Jérôme Ségard en a fait depuis sa viduité tenant d’une part à une mencaudée aussi fief de Gabrielle Plet, d’autre part à une autre mencaudée de pareilles terres de Bonne Lasselin et au chemin allant de Wambaix à Carnières pour en jouir du jour de la célébration de son mariage auquel effet ledit Jérôme Ségard père déclare qu’il renonce par le présent contrat à toute jouissance qu’il pourrait s’être réservé sa vie durant dudit fief. Item donne audit futur époux son fils la moitié d’un jardin et maison contenant trois boittelées de terres mainfermes situés au village de Ligny à prendre à l’encontre d’Etienne Ségard son frère pour l’autre moitié, tenant au jardin de Charles Labbé, à l’héritage de Marie Lamouret et au warescaix du seigneur de Ligny.

Quant est des biens de la future épouse, ladite Bonne Lasselin sa mère, autorisée au besoin de son mari, déclare qu’elle donne à sa dite fille à cause de ce mariage un jardin amazé de maison contenant trois boittelées de terres mainfermes situées audit Chantemerle provenant du chef de ladite Lasselin, tenant au jardin des héritiers de Catherine Monnier et à celui occupé par Gilles Carpentier et de deux côtés au warescaix du seigneur pour en jouir aussitôt prestement. De plus, ledit beau-père et mère propre de ladite future épouse rendent et rétrocèdent à icelle toutes les terres qu’ils tiennent à bail de différents particuliers, dont les parties se tiennent contentes des abouts et tenants sans les déclarer pour en jouir aux charges des rendages et autres clauses insérées aux baux, à l’exception toutefois d’une mencaudée à solle que lesdits père et mère se réservent à leur choix en cas que lesdits futurs mariants ne s’accommoderaient avec eux pour en profiter et jouir durant leur vie durant, au moyen de laquelle rétrocession les futurs époux et épouse promettent et s’obligent au cas de prédécès de ladite Bonne Lasselin avant ledit Gille Carpentier de nourrir icelui honnêtement et l’entretenir suivant sa condition, ayant été convenu que lesdites parties susdites et que lesdits beau-père tt mère et lesdits futurs époux et épouse vivront en commun et seront logés dans la même maison où iceux père et mère font actuellement leur demeure. Et en cas de séparation les mêmes père et mère promettent et s’obligent solidairement l’un pour l’autre de donner et fournir alors auxdits futurs mariants la moitié de tous les meubles et effets qui se trouveront à eux appartenant en ladite maison.

De tout quoi les parties comparantes ont déclaré de se tenir pour contentes et apaisées. A été stipulé et conditionné entre elles que le survivant des futurs conjoints, soit qu’ils aient enfant ou non, demeurera propriétaire de tous les biens meubles, effets et actions mobiliaires de la communauté, à charge des dettes et funérailles du décédé, et viager respectivement de leurs biens de fonds immeubles, tant fief que mainferme, déclarés au présent contrat, pour quoi ils promettent d’en faire ….entre eux et tous devoirs de loi, soit devant ou après la consommation de ce mariage. A l’accomplissement et entretien des présentes clauses et conditions lesdites mêmes parties ont obligé réciproquement leurs personnes et biens présents et à venir sur soixante sols tournois de peine & renonçant à choses contraires spécialement ladite Lasselin au droit du sénat consul Velleien et à l’authentique si qua mulier à elle expliqué et qu’elle a dit avoir bien entendu. Fait et passé à Cambrai par devant les notaires royaux y résident soussignés le douze de juin mil sept cent vingt trois.

 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.