Formulaire de recherche

Contrat de mariage ROLAND Marie Magdeleine - LAUDE Jean Philippe : 14.11.1722 [2E26-359]

Du quatorze de novembre mil sept cent vingt deux par devant le notaire royal résident à Cambrai soussigné furent présents Jean Philippe Laude fils à marier de Jean et de Thérèse Bricout demeurant au village d'Awoingt accompagné de ses dits père et mère, de Jacques Antoine Laude son frère, de Simon Tullier son parrain d'une part, et Marie Magne Roland fille aussi à marier de feu Antoine et de Marie Bucque, vivants conjoints demeurant à Estourmel, accompagnée de Toussaint Mollet et Marie Barbe Roland sa femme, ses beau-oncle et propre tante, de Pierre Lasselain son oncle allié d'autre part, et reconnurent lesdites parties que pour parvenir au mariage entre elles pour parler qui de bref d'avoir convenu comme s'en suit.

Premièrement quand est des biens et portement en ce mariage dudit futur mariant, iceux ses père et mère ladite femme de son mari autorisée lui donnent en avancement de mariage et en en avancement de succession deux mesures de terres jardinage à prendre en quatre à l'encontre de son dit frère du côté et tenantes à une mesure de Marie Catherine Bertain, et à la grand rue menant à Cambrai. Item une autre mesure aussi jardinage à prendre en deux à l'encontre que dessus dont le partage s'en fera ci-après, tenante au jardin Gilles Courbet et à l'encontre du village. Item une mendée de terre labourable au terroir dudit lieu tenante au chemin qui mène de Cambrai au Cateau Cambrésis et à deux mendées de Marie Michelle Lantié, de tout quoi il jouira de ce jour et en avant à toujours en payant les rentes anciennes et foncières à la réserve du soucrion et de la moitié du blé croissant sur la mencaudée ci-dessus déclarée. De tout quoi sa future épouse se contente, lequel portement a été estimé à deux cents libres par les parties.

Et au regard du portement de la même future épouse elle a déclaré qu'il lui appartient de la succession de ses feux père et mère six pintes de terres jardinages amazées de maison et autres édifices situées au village de Cauroir tenant au pré de Robert Bricoult, au jardin de Pierre Lasselain et au warescaix sur lequel jardin elle a déclaré et avec elle ledit Pierre Lasselain qu'il n'y a aucune charge ni rente que celles anciennes et foncières, et de quoi icelui Lasselain demeurera garant promettant les payer en son propre … … au cas où il s'en trouveraient d'autres. Item un autre jardin non-amazé contenant trois boitellées ou environ situées à Estourmel tenant au jardin d'Augustin Défossez et à celui d'Elisabeth Roland et par devant à la rue de Cambrai au Cateau Cambrésis qui est son portement duquel son futur mari se contente, estimé à deux cent livres par les parties.

Convenu entre les parties qu'à dissolution de ce mariage soit à enfant ou non le survivant des futurs conjoints sera et demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles actions mobiliaires et pour tels réputés et outre ce viager des immeubles généralement quelconque échu ou à échoir du prémourant en payant toutes dettes et funérailles du décédé. Ce quoi faire et accomplir les parties comparantes ont obligé leurs personnes et biens présents et à venir sur soixante sols tournois de peine & renonçant à choses contraires, notamment ladite femme au droit du senatus à elle expliqué. Passé à Cambrai les jour et an susdit en présence des amis non intéressés et de Bauduin Queulain requis pour témoins.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.