Formulaire de recherche

Contrat de mariage GABET Marie Anne - THERY Noel : 23.02.1713 [2E26-213]

Comparurent personnellement Noël Thery fils à marier de feu Noël et d’encore vivante Marguerite Henne demeurant à Wambaix assisté de Jean Thery son frère et de Michel Desains mayeur du même lieu d’une part et Marie Anne Gabet fille aussi à marier de feux Pierre et Marie Catherine Leducq demeurant à Estourmel accompagnée de Grégoire Leducq son oncle maternel de Philippe Preux son oncle allié et tuteur comme mari et bail d’Anne Gabet sa tante du côté paternel de Joseph Hutin mayeur dudit Estourmel et d’Amand Cauro ses amis d’autre part lesquels comparants ont reconnu que pour parvenir au mariage pourparlé lequel au plaisir de Dieu se solemnisera de bref en face de notre mère la Ste Eglise si elle y consente entre lesdits Noël Thery et Marie Anne Gabet et avant qu’il y ait aucun engagement entre eux d’avoir convenu comme s’en suit

Premier quant est des biens que le futur époux peut porter au présent mariage sa future épouse et assistants ont déclaré en être suffisamment contents et apaisés sans en requérir aucune déclaration. S’obligeant en considération de l’avantage qui sera fait ci-après à la future épouse dans son portement de payer avant ses épousailles entre les mains des mayeurs et échevins dudit Estourmel jointement ledit tuteur la somme de sept cent cinquante florins monnaie de Flandres pour appartenir à Magdeleine Thérèse et Françoise Gabet toutes mineures d’ans et sœurs à la future épouse et être employés à leur profit avoir aux deux plus âgées qui sont Magdeleine et Thérèse à chacune d’eux cent vingt cinq florins et à ladite Françoise la plus jeune la somme de trois cent florins attendu que les deux premières sont avantagées de quelques biens de fief patrimoine desquelles sommes elle seront toutes les trois sœurs ci-dessus héritières l’une de l’autre et en outre il sera tenu et s’oblige comme dessus de nourrir loger habiller et entretenir lesdites trois sœurs mineures selon leur état jusqu’à l’âge de vingt quatre ans ou qu’elles prendront état honorable parvenu par elle sans rapporter sans peines et travaux à son profit et suivant leur capacité. Et arrivant que ledit futur mariant les maltraiterait outre raison et non en père de famille en telle sorte qu’elles ne pourraient rester dans la maison et sous la domination il s’oblige de leur fournir les aliments et habillements comme dit est au dire et ordonnance de la justice dudit Estourmel.

Et puis passant au portement de la future mariante elle a déclaré avec son dit tuteur qu’elle jouira avec son futur époux et profitera à titre d’occupation du marché appartenant à divers maîtres se consistant en vingt mencaudées de terres à la solle ou environ situées en diverses pièces au terroir dudit Estourmel des abouts et tenants desquelles terres les parties ont déclaré en avoir connaissance et en être apaisés déclarant en outre d’avoir à elle appartenant en droit d’aînesse un fief se consistant en un jardin amazé de maison et grange et étable audit Estourmel où ses dits père et mère faisaient leur demeure, de plus lui appartiendra tous les chevaux chariots herches harnats et autres ustensiles de labour servant à la culture du marché ci-dessus et par-dessus les meubles meublant avec une vache à la réserve des trois pièces de maisneté , pour tout de quoi jouir et posséder par elle et son futur époux en tel état qu’il se trouve à présent de ce jour en avant à condition de payer les rendages desdites terres aux maîtres et ce en considération et récompense des charges ci-dessus auxquelles le futur époux s’est soumis moyennant quoi elle jouira aussi des biens appartenant auxdites mineures jusqu’au dit terme de vingt quatre ans ou qu’elles prendront état honorable sans en payer aucune chose. Ce fait a été convenu et arrêté qu’à la dissolution du présent mariage soit que d’icelui il y ait enfant ou non

Le survivant des futurs conjoints demeura possesseur et propriétaire de tous les biens meubles, effets mobiliaires et autres pour tels réputés de leur communauté en payant par icelui survivant toutes les dettes et funérailles. A l’accomplissement de tout ce que dessus les parties ont obligé leurs personnes et biens présents et à venir sur soixante sols tournois de peine à servir et donner & renonçant à toutes choses contraires. Ainsi fait et passé à Cambrai par devant le notaire royal y résident soussigné le vingt trois de février mil sept cent treize en présence des personnes dénommées eu préambule requis et appelés pour témoins.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.