Formulaire de recherche

Contrat de mariage LASSELIN Marie Joseph - LEDUC Jean : 25.10.1704 [2E26-143]

Comparurent personnellement Jean Leduc fils à marier de feu Arnould et Marie Claire Gransart d’icelle sa mère accompagné et de Pierre Dainville son frère utérin d’une part. Marguerite Joseph Lasselin fille aussi à marier de Toussaint et Jeanne Hustin d’iceux ses père et mère accompagné demeurant tous à Estourmel d’autre et reconnurent que pour parvenir au mariage traité et pourparlé, qui au plaisir de Dieu se doit en bref solemniser en la face de notre mère la Ste Eglise, si elle y assente entre lesdits Jean Leduc et Marguerite Joseph Lasselin d’avoir fait les portements, promesses et conditions suivantes.

Premièrement quant au portement dudit futur mariant ladite Marie Claire sa mère lui a cédé et cède un fief de trois boittelées de terres en jardinage qu’elle avait à elle appartenant situé audit Estourmel tenant au jardin de Fresmy et au warescaix du seigneur pour en jouir prestement aux charges…. icelui jardin. Plus ladite mère a promis et promet de fournir et livrer audit futur mariant son fils le nombre de sept mencauds de blé en nature qu’icelui devra rendre et délivrer audit Toussaint Lasselin père de la future mariante parmi quoi icelui sera tenue et obligé de nourrir et alimenter lesdits futurs mariants jusqu’à l’août prochain mil sept cent et cinq dont et duquel portement la future épouse se tient contente et apaisée sans y faire ici plus ample ni particulière déclaration.

Et au regard du portement de ladite Marguerite Joseph Lasselin future mariante, icelle et ses dits père et mère ont dit et mis en avant qu’elle a à elle appartenant deux pintes de terres à prendre en un jardin contenant une boitelée de terres séantes audit Estourmel amazées de maison chambre et grange tenantes au chemin de Cambrai au Cateau en Cambrésis et au jardin de Nicolas Hustin, à l’encontre de ses dits père et mère à elle données en légation par le testament de feue Marguerite Leduc mère grande. Plus ses dits père et mère lui cèdent et donnent le surplus dudit jardin, maison, grange et héritage ainsi qu’il se comporte pour en jouir seulement après la mort d’iceux père et mère, pour en jouir pendant leur vie ensemblement, mais arrivant que lesdits père et mère ne s’accorderaient avec lesdits futurs mariants, iceux ne jouiront que de la chambre et moitié dudit jardin la vie durant desdits père et mère aux charges et dettes par moitié. En outre, lesdits père et mère ont donné et donnent auxdits futurs mariants tout leurs meubles, terres à cense, effets et actions mobiliaires à eux appartenant à l’exclusion de tous autres, à charge aussi de leur viager, rendages, clauses et conditions portées par les baux desdites terres lorsqu’ils en seront en jouissance, et à charge de toutes dettes obsèques et funérailles d’iceux, comme encore de nourrir, alimenter et entretenir lesdits père et mère durant leur vie raisonnablement et honnêtement comme à leur état et condition appartient, arrivant qu’ils seraient infirmes et impuissants de faire aucun travail. Promettent encore lesdits père et mère de payer et compter à leur dite fille la somme de huit patagons après la consommation du présent mariage, duquel portement son dit futur mari se tient content aussi et apaisé sans plus se déclarer ni spécifier.

Ayant au surplus été dit, convenu et conditionné entre les parties contractantes que le survivant desdits futurs conjoints sera et demeurera aussi bien sans hoirs qu’à hoirs de la présente conjonction en la paisible possession et propriété de tous les biens meubles effets et actions mobiliaires que délaissera le prémourant en payant par ledit survivant toutes dettes, service et funérailles dudit prédécédé, conditionné même aussi que ledit survivant jouira sans hoirs du bien de fond que délaissera ledit premier décédant, sa vie durant seulement. Lequel contrat de mariage et conditions les parties respectivement comparantes ont promis et promettent tenir … et accomplir par leur foi et serment sous l’obligation & sur soixante sols tournois de peine & renonçant à toutes choses contraires. Fait et passé audit Cambrai par devant le notaire royal y résident soussigné en présence dudit Pierre Dainville et Jean François y demeurant témoins aussi requis et ….Le vingt cinq d’octobre mil sept cent quatre.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.