Formulaire de recherche

Contrat de mariage ROLAND Marie Barbe - MOLET Toussaint : 05.11.1701 [2E26-209]

Du cinquième jour de novembre mil sept cent un.

Comparurent en personnes Toussaint Mollet jeune homme à marier manouvrier de son stil, fils de feux André et de Catherine Rouge qui furent conjoints demeurant au village d’Anneux, ledit Toussaint présentement au village d’Awoingt, assisté de Jean et François Mollet ses frères, maréchal et manouvrier respectivement, demeurant audit Awoingt, et d’Antoine Vitou laboureur au même lieu son compère d’une part, Marie Barbe Roland fille aussi à marier de feux Antoine et de Bonne Carpentier qui furent conjoints, ménagers demeurant à Estourmel, assistée d’Antoine Roland son frère, de Gilles Carpentier son oncle et de Jacques François et de Joseph Hutin son parrain ancien mayeur dudit Estourmel d’autre part, tous demeurant audit lieu lesquels de leur bon gré reconnurent pour parvenir au mariage pourparlé qui au plaisir de Dieu se solemnisera de bref en face de notre mère la Ste Eglise si elle y consente d’entre lesdits Toussaint Mollet et Marie Barbe Roland d’avoir convenu et traité des clauses et conditions suivantes.

Premièrement quant est du bien et portement du susdit Mollet futur mariant, icelui a déclaré avoir à lui appartenant et dont il jouit actuellement en vertu d’achat qu’il en a fait de Jean Mollet son frère et Anne De La Follie sa femme le vingt sept octobre dernier une demie mencaudée de terre en jardinage amazée de maison prise en six boitellées terres cotteries situées audit Awoingt, tenant à deux mencaudées jardinage du Sr Jacques Claro, à trois boitellées Marie Barbe Lefebvre, abordante à la ruelle et à cinq boitellées François Pamart ainsi que ladite demie mencaudée se comporte et extend avec son amazement sous réservation dont il jouit actuellement comme dit est sans charge seulement celles anciennes et foncières. Plus qu’il a à lui aussi appartenant environ huit mencauds de blé qu’il a gagné l’août dernier duquel portement ladite Roland assistée que dessus a déclaré s’en tenir pour apaisée.

Au regard du portement d’icelle Marie Barbe Roland, elle a déclaré et mis en avant qu’il lui compte et appartient de la succession de ses feux père et mère trois boitellées de terres en jardinage à prendre en neuf boitellées à l’encontre de ses frères et sœurs, du côté du jardin Louis Tabary et y tenant aussi, tenant aussi au grand chemin menant au Cateau en Cambrésis. Item la troisième partie de deux mencaudées de terres labourables à l’encontre que dessus en deux pièces d’une mencaudée chacune dont la première tenant à une mencaudée Antoine François clerc dudit lieu, à une mencaudée la veuve Arnould Leduc et au chemin menant d’Estourmel à Carnières, et la deuxième tenant à une mencaudée dudit Antoine François et à sept boitellées Monsieur le doyen de Francqueville et à une mencaudée de l’Eglise. Item la quatrième partie d’une demie mencaudée jardinage amazée de maison à l’encontre de ses dits frères et sœurs, le tout situé audit Estourmel et terroir d’icelui tenant à demie mencaudée la veuve Antoine Gra, à demie mencaudée Catherine Roland sa sœur, et au grand chemin ainsi qu’il se comporte et extend dont elle en jouit actuellement aux charges et redevances que toutes les susdites parties doivent et peuvent devoir pour sa part. En outre ledit Antoine Roland son frère promet et s’oblige lui fournir et compter sitôt ce mariage consommé la somme de vingt quatre florins une fois de vingt pattars chacun pour toutes et quelconques les prétentions qu’elle avait et pouvait avoir es biens et effets mobiliaires délaissés par ses dits feux père et mère, même ceux qu’elle pourrait avoir acquis communément avec son dit frère auxquels elle a renoncé et renonce en faveur d’icelui au moyen de la prédite somme qu’elle a accepté à cet effet. Avec ce lui donne encore ledit Antoine son frère deux mencauds de bon et leal blé qu’il lui fournira sitôt ce mariage consommé, une couverte de laine et une paire de linceux duquel portement ledit Toussaint Mollet a pareillement déclaré s’en tenir pour apaisé. Et pour le bon amour que lesdits futurs mariants se portent mutuellement ils ont convenu et accordé que le survivant d’eux deux jouira sa vie durant seulement des biens de fond qu’aura porté au présent mariage le premier mourant, soit qu’il y ait enfant ou non de leur conjonction, à quel effet ils ont respectivement promis en faire les devoirs de loi requis.

Ayant été conditionné et stipulé entre les parties qu’à dissolution du présent mariage ledit survivant à hoirs ou sans hoirs demeurera paisible propriétaire de leurs biens meubles et effets mobiliaires que laissera le prémourant à charge des dettes obsèques et funérailles d’icelui. Tout lequel contrat anténuptial lesdites parties ont respectivement promis tenir entretenir fournir et ponctuellement accomplir par leur foi et serment sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et futurs sur soixante sols tournois de peine à fournir à tel juge qu’il appartiendra renonçant à toutes choses contraires. Fait et passé en la ville de Cambrai par devant le notaire royal y résident soussigné avec lesdites parties en présence des personnes nommées au préambule tous comme parents et amis que témoins pour ce appelés les jour et an susdit.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.