Formulaire de recherche

Testament de Jean Baptiste LAGOUGE et Hélène VAILLANT : 10.02.1735 [2E26-539]

Cejourd'hui le dixième jour du mois de février de l'an de grâce mille sept cent trente cinq, furent présents Jean Baptiste Lagouche tailleur, demeurant à Chantemerle de la paroisse de Cattenières, qui quoiqu'en son lit malade était en son bon sens, mémoire et entendement, et Hélène Vaillant sa femme suffisamment autorisée par son mari susdit, laquelle était en bonne santé, lesdits ne voulant mourir intestat mais disposant de ce qu'il a plut à Dieu leur prêter dans ce monde, ont fait un testament conjointement et disposition des dernières volontés en termes qui s'en suivent.

Avant tout nous recommandons nos âmes à Dieu notre créateur, à la bienheureuse Vierge Marie, à St Martin patron de la paroisse et à tous les saints et saintes du paradis, les priant d'intercéder pour nous après de Dieu afin qu'après notre mort il veuille placer notre âme au royaume des cieux.

Quant aux biens que Dieu a bien voulu nous prêter en ce monde, nous en disposons ensemble comme il s'en suit.

1° Nous voulons et entendons qu'après le décès de nous deux, Philippe Leduc notre gendre et Marie Françoise Lagouche notre fille soient en possession et en pleine jouissance de notre jardin contenant demie mencaudée tenant d'une lisière à Pierre Ségard, d'autre à un jardin occupé par Adrien Gra, d'un bout au warescaix du seigneur, d'autre aux héritiers de Simon Lagouche et que notre maison, grange, et étables leurs appartiennent à l'exclusion de tout autre.

2° Nous voulons qu'après notre décès nos susdits enfants occupent généralement tout les terres que nous tenons à ferme en l'état auquel elles se trouveront.

3° Nous déclarons aussi nos enfants susdits héritiers de tous nos biens meubles.

Lequel testament et disposition des dernières volontés, nous voulons et entendons qu'il sorte son plein et entier effet nous réservant néanmoins toujours la faculté et puissance de le révoquer, augmenter et annuler de tout ou en partie de par autre testament codicile ou autrement. Et dès à présent nous voulons que les susdits Philippe Leduc et sa femme donnent quarante florins à Marie Hélène Guienne, fille de Jean Guienne et de Marie Catherine Lagouche tout d'abord qu'ils entreront en possession des … biens meubles et immeubles.

Ainsi fait et passé audit Chantemerle en la maison desdits testateurs par devant maître Jean Joseph Beriot, prêtre curé dudit lieu et en présence de Roch Leduc laboureur et de Pierre Segard mulquinier tous deux demeurant audit Chantemerle. Et ledit testament ayant été lu et relu auxdits testateurs et en présence desdits témoins ils ont déclaré être ainsi leur intention et dernière volonté, ledit testateur ayant été interrogé s'il savait écrire a répondu que oui, ladite testatrice ayant été interrogée a répondu que non mais qu'elle ferait sa marque, lesdits témoins interrogés ont répondu que oui et ont signé le jour et an susdits.

Les susdits testateurs pour une plus grande sûreté ont déclaré en présence des témoins soussignés qu'ils se font viagers l'un de l'autre et cela le jour et an que dessus.

Suivent les marques et signatures d'Hélene Vaillant, Roch Leduc, Pierre Ségard, Baptiste Lagouche et Bériot curé de Cattenières.

 

Nous soussignés mayeur et échevins de Chantemerle avons fait les devoirs de loi ordinaires et nécessaires selon la coutume du Cambrésis pour la validité du testament conjoint de Jean Baptsite Lagouche et d'Hélène Vaillant sa femme par lequel ils disposent de leur jardin amazé d'une maison, grange, étables en faveur de Philippe Leduc leur gendre et de Marie Françoise Lagouche leur fille, en la maison desdits testateurs le jour et an que dessus. Le nombre d'échevins ne se trouvant pas suffisant Joseph Leduc a été échevin pour cette œuvre seulement par Roch Leduc mayeur.

Suivent les signature de Roch Leduc, Pierre Ségard, Joseph Leduc et Philippe Gransard.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.