Formulaire de recherche

Contrat de mariage BRACQ Pierre – DENOYELLE Jeanne Marguerite : 17.08.1706 [2E26-401]

Comparurent personnellement Pierre Bracq, jeune homme à marier des feux Jean et Anne Lenglet, accompagné de Pierre Antoine Bracq son oncle et de Pierre Lenglet son cousin, ménagers demeurant à Borneville d'une part, Jeanne Marguerite Noyelle fille à marier de Pasquet et Jeanne Tordoir, en la compagnie de ses dits père et mère, ménagers demeurant à Ligny d'autre part, et reconnurent que pour parvenir au mariage pourparlé qui au plaisir de Dieu se fera et solennisera en face de notre Mère la Sainte Eglise si elle y assent entre lesdits Pierre Bracq et Jeanne Marguerite Noyelle avoir fait les devises, promesses et conditions ci-après déclarées.

Premièrement quant est des biens et portement de mariage dudit futur mariant, icelui a déclaré qu'il a six pintes de terre à prendre dans un jardin contenant une rasière tenant de deux lisières aux jardins de la veuve de Jean Clais et de debout à une mencaudée de Philippe Ledieu et d'autre debout à la rue menant à Cocquelet, icelles six pintes avec une chambre et la maison du côté de Jean Bricout situées audit Borneville. Item qu'il a encore la moitié de cinq boitellées de terre en jardinage tenant au chemin de Cambrai à Cocquelet et aux terres d'Etienne Fontaine et de debout à deux mendées de Robert Sorlin et situées audit lieu. Item qu'il a encore la quatrième partie d'une mencaudée et deux pintes de terre situées au terroir de Caudry tenant de lisière à deux mencaudées et demie de l'église dudit lieu, aux terres d'Antoine Lenglet et de debout à une mencaudée de Pierre Fontaine. Item qu'il lui appartient encore la quatrième partie de trois boitellées de terre sises audit terroir tenant à pareille terre d'Adam Bracq, d'autre à une mencaudée de Martin Flament et de debout au marché de Frenesse (?). Item qu'il lui appartient deux pintes de terre à prendre dans une demie mencaudée située au même terroir tenant à une boitellée de la veuve d'Antoine Gabet, d'autre à trois mencaudées des pauvres dudit lieu et au camp de Martin Delacourt. Finalement qu'il lui appartient après le décès de sa grand-mère trois boitellées de terre à prendre en deux camps sises audit terroir, savoir le premier contenant une demie mencaudée à prendre en une mencaudée tenant à quatre mencaudées de l'archevêché et à deux mencaudées de l'église dudit lieu, le second contenant une boitellée à prendre en trois boitellées tenant à deux mencaudées et demie de l'église dudit lieu et à pareilles terres des hoirs d'Anne Richez. Item qu'il a à lui une estille de mulquinier duquel portement de mariage ladite future mariante s'en est tenue pour contente et apaisée, sans qu'il soit besoin en faire autre déclaration.

Et venant au portement de mariage de ladite Jeanne Marguerite Noyelle, ses dits père et mère ont déclaré lui donner en propriété pour en jouir sitôt son mariage consommé deux pintes de terre sises audit Ligny amazées de chambre et maison que lesdits donnants promettent achever la construction jusqu'à la clef à la porte tenant à trois pintes de Jean Hennino, à six pintes de Michel Despierre et aux warescaix menant au Cateau. Item ont promis et promettent compter à leur dite fille la somme de septante deux florins, monnaie de Flandres, sitôt son dit mariage consommé. Item une estille de mulquinier qui sera chargé de fil pour faire de la toile en quatorze. Item lui donnent une homaille d'huy en un an. Item qu'ils lui fourniront sitôt son mariage consommé une cuvelle, un meneau pot au feu … couverte de laine et une paire de linceuls. Duquel portement de mariage ledit futur mariant s'en est tenu pour content et apaisé sans qu'il soit besoin en faire autre déclaration.

A été convenu et stipulé entre les parties qu'à dissolution de cette future conjonction à hoirs ou sans hoirs, le survivant d'eux deux sera et demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles, nom, raison et actions mobilières du prédécédé à charge de payer les dettes, obsèques et funérailles d'icelui. Est conditionné aussi que le survivant desdits futurs conjoints aura la jouissance et usufruit sa vie durant seulement à hoirs aussi bien que sans hoirs des biens de fond ci-après du prémourant, pour quoi ils feront les devoirs de loi respectifs si besoin est. Savoir si le futur mariant survit il jouira des deux pintes et maison déclarés au port de mariage ci dessus de ladite Jeanne Marguerite Noyelle. Et si ladite future mariante survit elle jouira des pintes de terre au nombre de six amazées comme dit est premièrement déclarées en ces présentes et aussi de deux pintes de terre à prendre dans une demie mencaudée située au terroir de Caudry tenant à une boitellée de la veuve d'Antoine Gabet, d'autre à trois mencaudées des pauvres dudit lieu et au camp de Martin Delacourt.

Tout lequel traité de mariage les parties contractantes ont respectivement promis tenir, entretenir et accomplir par leur foi et serment sous l'obligation de leurs personnes et bien présents et futurs sur soixante sols tournois de peine à donner et & renonçant &, notamment ladite femme au droit de senatus consul Velleyen et à l'authentique si qua mulier à elle donné à entendre. Fait et passé à Cambrai par devant les notaires royaux y résidents soussignés le quatorze août mil sept cent six.

 

Suivent les marques et signatures de Pierre Bracq, Jeanne Marguerite Noyelle, Jeanne Tordoir, Pasquet Noyelle, Pierre Antoine Bracq, Pierre Lenglet, B.Wattier (notaire) et G de Troye (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.