Formulaire de recherche

Contrat de mariage LEDUC Jean Baptiste – PRUVOT Marie Madeleine : 13.04.1724 [2E26-233]

Comparurent personnellement Jean baptiste Leducq valet de charrue de sa profession jeune homme à marier de Jacques Leducq ci-devant mulquinier et de défunte Marie Monchau qui furent conjoints ses père et mère, assisté et accompagné de son dit père et de Jean Payen son oncle par alliance demeurant à Ligny d’une part, et Marie Magdeleine Pruvost fille aussi à marier d’Antoine Pruvost mulquinier et de Marie Magdeleine Loiseaux conjoints ses père et mère et de Jacques Pruvost son frère demeurant audit Ligny d’autre part. Lesquels comparants de leur bon gré reconnurent que pour parvenir au mariage entre eux concerté qui de bref se passera et solemnisera en face de notre mère la Sainte Eglise si elle y consente et accorde d’entre ledit Jean Baptiste Leducq et ladite Marie Magdeleine Pruvost futurs mariants ont fait les devises promesses et conditions dudit mariage en la forme et manière que s’en suit.

Et premier. Quant est des biens et portement de mariage dudit Jean Baptiste Leducq son dit père a déclaré lui donner comme par ces présentes lui donne par forme de fixion de ..après lui acceptant comme héritier apparant la juste moitié d’un certain fief se consistant en un jardin lieu et héritage non amazé situé audit Ligny et relevant dudit lieu, tenant le total de lisière au jardin de Jean Baptiste Gabet, d’autre lisière à la …menant du Quesnoy à l’église, d’un bout au pré dit le pré Ballicq, et par devant à la place dite le Quesnoy. Icelle moitié à prendre sur toute ladite …dudit fief, du côté et tenant à ladite place dite le Quesnoy d’un bout et d’autre bout à l’autre moitié dudit fief jusque par ledit donateur pour en jouir par ledit futur mariant présentement propriétairement et à toujours comme de son propre bien à l’effet de quoi ledit donateur a promis et sera tenu d’en faire et passer tous devoirs de loi, ….. et déshéritance au profit dudit futur mariant son fils par devant qu’il appartiendra par avant les épousailles même d’en faire intervenir Marie Anne Guillaume sa seconde femme si besoin est, l’autorisant à cet effet dès à présent comme pour tout lors tant en son absence qu’en sa présence, le tout à charge néanmoins que ladite moitié dudit fief ci-dessus donnée sera tenu de laisser à toujours un passage pour l’autre moitié, joignant ladite présente allant à l’église pour y avoir l’entrée et sortie libre depuis ledit Quesnoy par devant jusqu’à ladite présente comme warescaix sera suffisant pour y pouvoir librement passer … avec chevaux, valet, chariot, charrette à pied, à cheval et tous les trains quelconques et autrement sans aucun empêchement duquel portement de mariage ladite Marie Magdeleine Pruvost future mariante assistée que dessus a déclaré s’en tenir pour contente et bien apaisée.

Et au regard des biens et portement de mariage de ladite Marie Magdeleine Pruvost, ses dits père et mère ont déclaré et promis de faire construire et ériger, à leur frais, sur la moitié dudit fief ci-dessus donné et déclaré par abouts et tenant au port de mariage dudit futur mariant deux places de bons murets de terre de quatorze à quinze pieds de creux chacune avec une étable de six pieds de large y joignant, auxquelles places seront tenus livrer et faire approprier tous les matériaux combles plancher couverture……et généralement tout ce qu’il conviendra pour l’érection desdites deux places et étable, pour le tout avoir fait et achevé et d’en faire la livrance hors des mains de tout ouvrier et en état d’y pouvoir faire résidence pendant la présente année mil sept cent vingt quatre parmi et moyennant quoi ladite future mariante du gré et consentement de son dit futur époux a déclaré qu’elle décharge ses dits père et mère de la somme de deux cents florins à bon compte de trois cents florins qu’ils ont prestement entre leurs mains en déport et à elle appartenant …qu’ils ont ici déclaré, s’étant au surplus obligés à donner à leur dite fille future mariante pour et au lieu de son aménagement la somme de cinq patacons sitôt le présent mariage accompli, duquel portement de mariage ledit Jean Baptiste Leduc futur mariant assisté que dessus a pareillement déclaré s’en tenir pour content et bien apaisé, les deux ports de mariage et avantages ci-dessus estimés à quatre cent quatre mil livres.

Ayant expressément convenus conditionné et accordé entre les parties parents et assistants soussignés qu’arrivant le décès dudit Jean Baptiste Leduc par avant ladite future épouse aussi bien avec hoirs que sans hoirs, en ce cas icelle aura droit de jouir de la moitié dudit fief ci-dessus donné et déclaré par abouts et tenants au port de mariage d’icelui, usufructuairement sa vie durant seulement. A l’effet de quoi, ledit futur mariant a promis et sera tenu d’en faire et passer tous devoirs ……par devant qui il appartiendra et par avant les épousailles ou après avertissant ladite future mariante d’en prendre l’adhéritance et possession en dedans l’an du décès d’icelui pour par elle en jouir sa vie durant comme dit en ledit cas arrivant comme dessus.

Si a été au surplus conditionné et accordé entre les dites parties parents et assistants soussignés que le dernier vivant desdits futurs conjoints aussi bien avec hoirs que sans hoirs demeurera seul propriétaire de tous les biens meubles et effets mobiliaires de leur communauté tels qu’ils se trouvent délaisser par le prémourant au jour de son trépas à charge des dettes obsèques service et funérailles du prémourant. Tout lequel contrat de mariage et choses dites les dites parties ont respectivement promis tenir entretenir ….. faire valoir et …., payer tout et entièrement accomplir de point en point et en la manière dite par leur foi et serment sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et futurs et sur soixante sols tournois de peine à donner à tel juge qu’il appartiendra renonçant à toutes choses contraires. Ce fut ainsi fait et passé audit Ligny par devant le notaire royal de la résidence de Prémont soussigné en présence de Jean Gabet et de Martin Flament, tous deux mulquiniers demeurant audit Ligny, requis pour témoins à ce appelés le treizième de février mil sept cent vingt quatre.

Suivent les marques de Jean baptiste Leduc, Marie Magdeleine Pruvost, Jacques Leduc, Marie Magdeleine Lemaire, Jacques Pruvost

Suivent les signatures de Jean Paien, Antoine Pruvost, Martin Flament, Leducq (notaire)

 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.