Formulaire de recherche

Contrat de mariage GABET Philippe – DESCAUDAIN Noelle : 21.10.1706 [2E26-227]

Comparurent personnellement Philippe Gabet mulquinier jeune homme à marier de feu Pierre vivant laboureur et de Françoise Gransard qui furent conjoints ses père et mère et accompagné de Jean Gabet son frère mulquinier et de Jean Taisne son oncle laboureur tous demeurant à Ligny d’une part, Noëlle Descaudain fille aussi à marier de feu Ipolit vivant laboureur et d’encore vivante Marguerite Gambier qui furent conjoints ses père et mère assistée et accompagnée de sa dite mère, de Jacques, François et André Descaudains ses trois frères et de Jean LeNoir son beau frère tous demeurant à Malincourt sauf ledit François Descaudain lequel fait sa résidence à Elincourt d’autre part, lesquels comparants de leur bon gré sans contrainte reconnurent que pour parvenir au mariage entre eux concerté qui de bref au plaisir de Dieu se passera et solemnisera en face de notre mère la Sainte Eglise si elle y consente et accorde entre ledit Philippe Gabet et ladite Noëlle Descaudin futurs mariants ont fait les devises promesses et conditions dudit mariage en la forme et manière que s’en suit

Et premier

Quand est des biens et portement de mariage dudit Philippe Gabet icelui et ses dits assistants ont déclaré et mis en avant qu’il lui compte et appartient des successions de ses dits père et mère à savoir un certain jardin et héritage non amazé contenant trois boitellées situées audit Ligny tenant de lisière à l’héritage de Martin Flament à cause de sa femme, d’autre lisière à celui de feu Nicaise Denis et par devant à la rue menant à Cambrai. Item trois mencaudées et demie de terres labourables situées au terroir dudit Ligny en plusieurs pièces si comme sept boitellées tenantes de lisière à sept boitellées de Philippe Torion et d’autre part à dix mencaudées des pauvres dudit Ligny. Item une mencaudée à prendre indivisement dans une pièce de deux mencaudées à l’encontre d’Hélène Gabet à qui l’autre mencuadée appartient. Icelles deux mencaudées tenantes de lisière aux terres d’Olivier Leducq, d’autre lisière à une mencaudée de feu monsieur Ballicque et d’un bout aux terres du seigneur, et la dernière pièce contenant trois boitellées tenantes de lisière aux terre du seigneur et d’autre lisière à une mencaudée de Jacques Cottel. Déclarant au surplus ledit futur mariant et ses dits assistants qu’il lui compte et appartient pareillement desdites successions les deux pièces de terres labourables ci-après déclarées à savoir la première contenant neuf boitellées ou environ séantes au terroir dudit Ligny tenantes de lisière à demie mencaudée de Nicaise Pruvost et d’autre lisière aux terres de la cure dudit Ligny d’un bout à trois boitellées de Philippe Lamouret et d’autre aux terres de ladite cure, et la seconde pièce contenant deux mencaudées à prendre indivisement dans une pièce de quatre mencaudées à l’encontre de ladite Hélène Gabet à qui les deux autres mencaudées appartiennent. Icelles quatre mencaudées séantes au terroir de Selvigny tenantes de lisière à deux mencaudées de Jean Raymond Delbar d’autre part aux terres de l’église de Wambaix et d’un bout à deux mencaudées d’Adrien Godegault. Et quant au surplus des autres biens dudit futur mariant ladite Noëlle Descaudin sa future épouse assistée que dessus a déclaré s’en tenir pour contente et bien apaisée sans qu’il soit besoin d’en faire ici plus particulière déclaration.

Et à l’égard des biens et portement de mariage de ladite Noëlle Descaudin, sa dite mère a promis et s’est obligée par ceste lui compter et délivrer en avancement de son dit mariage et pour son droit qu’il lui peut compter de l’inventaire et … faite en la maison mortuaire dudit Ipolit Descaudain son père, la somme de six cents livres monnaie de France payable à savoir la moitié pendant le jour de la bonne Pâques prochaine et l’autre moitié en deux termes et paiements égaux, le premier se fera à pareil jour de l’an qu’on dira mil sept cent et huit et le deuxième et dernier paiement se fera au jour de Saint Jean Baptiste de la même année, promettant au surplus ladite Marguerite Gambier de donner à sa dite fille comme dessus autre somme de cinquante livres monnaie que dessus pour et ce au lieu de son aménagement avec aussi une vache le tout délivrable à sa première demande et réquisition, duquel portement de mariage ledit Philippe Gabet futur mariant assisté que dessus a pareillement déclaré s’en tenir pour content et bien apaisé.

Ayant été expressément conditionné et accordé entre les parties qu’arrivant le décès dudit Philippe Gabet par avant ladite future épouse aussi bien avec hoirs que sans hoirs en ce cas icelle aura droit de jouir dudit jardin et héritage et des dites trois mencaudées et demie de terres labourables le tout ci-devant et premier déclare par les abouts et tenants au port de mariage d’icelui, avec aussi et y compris tous les bâtiments qui se trouveront lors érigés sur icelui héritage le tout usufructuairement sa vie durant tant seulement sans qu’il soit besoin d’en faire aucun devoir de loi à ce … nonobstant tous us et coutume à ce contraire auxquels les parties ont dérogé et dérogent par ces présentes.

Si a été au surplus conditionné et accordé entre les dites parties que le dernier vivant desdits deux futurs conjoints aussi bien avec hoirs que sans hoirs demeurera en tous biens meubles noms raisons et actions mobiliaires réputés pour tels que délaissera le prémourant sauf qu’en cas de non enfant du présent mariage tous les habillements linges bagues et joyaux ayant servi au corps et chef du prédécédé qui retourneront à ses plus proches parents et héritiers sans charge d’aucune dette et à charge de par le survivant payer les dettes obsèques service et funérailles dudit prédécédé.

Tout lequel contrat de mariage et choses dites lesdites parties ont respectivement promis tenir entretenir payer fournir et entièrement accomplir de point en point et en la manière dite le tout par leur foi et serment sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et futurs et sur soixante sols tournois de peine à donner à tel juge qu’il appartiendra renonçant à toutes choses contraires, ayant ladite Marguerite Gambier dénommé et dénomme pour son procureur général et spécial la personne de …… auquel elle a donné et donne pouvoir mandement et autorité ce pour elle et en son nom comparaître par devant tous sage et officiers de justice qu’il appartiendra et la en droit à reconnaître le présent contrat obligatoire et exécutoire sur sa personne et biens présents et futurs accordés sur iceux mains assises et mise de fait, élire …. à cet effet, le passer de nouveau si besoin est et généralement faire toutes autres formalités nécessaires en ce regard comme servir ladite Gambier si en personne y était, promettant d’avoir pour agréable forme et stable à tous… tous ce qu’il sera fait en son nom au …que dessus et qui en dépend sans jamais aller au contraire sous les mêmes peines obligations et renonciations ci-dessus portées. Ce fut ainsi fait et passé en la juridiction et seigneurie du village de … en Cambrésis par devant le notaire soussigné avec lesdits comparants en présence desdits assistants dénommés au préambule du présent contrat et de Pierre et Jean Soilleux charpentiers demeurant à Walincourt requis pour témoins à ce appelé le vingt et unième jour du mois d’octobre mil sept cent et six.

Suivent les marques de Marguerite Gambier, Noelle Descaudain

Suivent les signatures de Philippe Gabet, Jean Gabet, Jean Taine, Jacque Decaudain, François Decaudain, Pierre Soileux, Jean Soilleux, Leducq (notaire)

 

Du 6° jour de juillet dix sept cent huit est comparu au greffe du Tabellion de Cambrai le susnommé Philippe Gabet futur mariant lequel a confessé et confesse d’être pleinement payé des six cent livres monnaie de France mentionnées au port de mariage de Noëlle Descaudain sa femme comme aussi des cinquante livres y spécifier pour et au lieu d’aménagement y compris même une vache qui font entièrement le port de mariage d’icelle Descaudain laquelle effet il tient quitte et déchargée Marguerite Gambier sa belle mère et tout autres qu’il appartient consentant que la clause dudit mariage en ce regard fait nulle et de nulle valeur. Fait les jour mois et an que dessus.

Suit la signature de Philippe Gabet

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.