Formulaire de recherche

Contrat de mariage DISLAIRE Etienne– MARCAILLE Françoise : 02.11.1715 [2E26-353/432]

Le deux de novembre mil sept cent et quinze par devant les notaires royaux résidant à Cambray soussignés furent présents Estienne Dislers fils à marier de feux Philippe et Marie Catherine Lemaire demeurant à Naves assisté de Pierre Doise son beau-frère d’une part, Françoise Marescaille fille aussi à marier de feux Antoine et Jeanne De La Brasserie demeurant au village de Saint Aubert en Cambrésis assistée de Michel Marescaille son frère d’autre part, et reconnurent lesdites parties que pour parvenir au mariage entre elle pour parler qui de bref au plaisir de Dieu se fera en face de notre mère la sainte Eglise si elle y consente et accorde et avant qu’il y ait aucun engagement entre lesdits Estienne Dislers et Françoise Marescaille futurs mariants d’avoir convenu comme s’en suit

Premièrement quant est des biens et portement en ce mariage dudit Dislers il a déclaré qu’il lui appartient de la succession de ses feux père et mère la sixième partie d’un jardin et héritage amazé de maison et autres édifices à prendre indivisement à l’encontre de ses frères et sœurs contenant une boistellée de terres à prendre en demie mencaudée audit Naves tenant au jardin de Nicolas Cappelies, et à l’héritage de Noël Locquet. Item cinq pintes de terres labourables à prendre aussi indivisementables que dessus au terroir de Naves dont le partage se fera ci-après, finalement qu’il tient à titre de bail une mencaudée de terres de quoi et de surplus de son portement la future mariante se tient pour contente et apaisée.

Et au regard du portement de la même future mariante elle a pareillement déclaré qu’il lui appartient de la succession de ses père et mère un jardin et héritage amazé audit Saint Aubert contenant six pintes de terres ou environ tenant au jardin Joseph …, à celui de la veuve Simon Jacquemar et à la rue menant à Cambray, finalement qu’elle meublée et habillée suivant sa condition qui est son portement duquel son futur mari se contente.

Convenu entre les parties qu’à dissolution de ce mariage soit à enfant ou non le survivant des futurs mariants demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles actions mobiliaires et pour tels réputés et outre le viager des immeubles généralement quelconque que délaissera le prémourant en payant toutes dettes et funérailles du décédé et ce nonobstant toutes lois et coutumes à ce contraire auxquels les partie ont expressément dérogés et ..

A quoi faire et accomplir les parties ont obligé leurs personnes et biens présents et advenir sur soixante sols tournois de peine renonçant à choses contraires. Passé audit Cambray les jour et an susdit par devant que dessus

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.