Formulaire de recherche

Contrat de mariage LEGROS Adrien - MANIEZ Marie : 26.05.1699 [2E26-208]

Du vingt septième jour de mai mils six cent nonante et neuf.

Comparurent en personnes Adrien Legros, berger de son stil, demeurant à Wambaix, jeune homme libre de condition, fils de feu Jean Legros et d'encore vivante Michelle Bernard qui furent conjoints demeurant à Ramilly, assisté de sa dite mère, d'Adrien Lesne son beau-père, de Roland Bernard son oncle maternel et d'Anastase Buzin son frère allié d'une part, Marie Maniez fille aussi à marier de Mathias et de feue Anne Lecocq qui furent conjoints demeurant audit Wambaix, assistée de son dit père, de Jean Lesne laboureur demeurant au village d'Esnes son oncle, de Félix Desourmaix demeurant audit Wambaix son beau-oncle d'autre part, lesquels de leur bon gré sans contrainte que pour parvenir au mariage pourparlé qui au plaisir de Dieu se parachèvera et solennisera de bref en face de notre mère la Ste Eglise si elle y consente d'entre lesdits Adrien Legros et Marie Maniez d'avoir traité et convenu des clauses et conditions suivantes.

Premièrement quant est du bien et portement dudit Legros, futur mariant, icelui avec sa dite mère et assistants a déclaré et mis en avant qu'il a à lui appartenant de la succession de son feu père, et qu'il porte au présent mariage, le nombre de dix mencaudées de terres labourables, savoir deux mencaudées fief et le surplus mainfermes situées en diverses pièces au terroir de Ramillies et Thun l'Eveque amplement spécifiées et titres en faisant mention, et dont il jouit paisiblement, le tout estimé à huit cent florins. Icelles avec la maison ci-après chargée de trois cent florins en capital. Plus que lui compte et appartient de la même succession un certain jardin contenant trois boitellées de terres ou environ amazé de maison, grange, étables et autres édifices séantes audit Ramillies tenant à trois mencaudées de messieurs de St Géry et au marais dudit lieu, estimés à deux cent florins. Laquelle maison et jardin, ledit Adrien Legros, pour le bon amour et affection naturelle et filiale qu'il porte à ladite Michelle Bernard sa mère et ledit Adrien Lesne son beau-père, il leur donne pour en jouir leur vie durant tant seulement et non plus avant, sans en payer aucune chose durant ce temps sinon que de l'acquitter des redevances anciennes et foncières, tailles et gabelles qu'icelle maison doit e peu devoir. Pour quoi valider il a promis d'en passer les devoirs de loi requis et pertinents quand requis en sera à condition que lesdits père et mère payeront la moitié d'une rente de quinze florins par an due aux mère et religieuses de St Jacques au Bois au rachat desdits trois cent florins hypothéqués tant sur ladite maison et jardin que sur cinq mencaudées, parties des dix nommées devant, et ce leur vie durant comme dit est. A charge aussi d'entretenir la susdite maison de placqs et couverture comme léaux occupeurs et détenteurs sont tenus faire. Duquel portement ladite Maniez assistée que dessus a déclaré s'en tenir apaisée.

Au regard du portement d'icelle Marie Maniez, son dit père lui donne en avancement de mariage pour en jouir sitôt icelui consommé la moitié d'une boitellée de terre jardinage amazée de maison composée de deux places dont ils s'en retient une et l'autre il la donne à sa dite fille au choix d'icelui Mathias, séante audit Wambaix, tenant au chemin qui mène de Cambrai à Bohain et du debout à une boitellée de Félix Desourmaix, estimée à trente florins. Item lui donne encore trois mencaudées de terres labourables séantes en deux pièces au terroir dudit Wambaix dont l'une contient une rasière tenant à une rasière de Félix Desourmaix et à cinq mencaudées occupées par Félix Noirmand, et l'autre pièce aussi une rasière tenant au chemin dudit Wambaix à Chantemerle, et à une mencaudée de Noël Delacourt, ainsi qu'elles se comportent et en tel état qu'elle sont présentement estimées à deux cent florins. En outre lui donne une vache valable environ huit pattagons pour le tout ce que dessus en jouir sitôt ce mariage consommé avec le peu de meubles meublants qu'il a présentement en sa possession, dont et duquel portement ledit Legros a pareillement déclaré s'en tenir pour content.

Et pour le bon amour mutuel que les futurs mariants se portent et afin que le survivant d'eux deux puisse vivre honnêtement ils ont promis se … l'un l'autre de chacun trois mencaudées de terres prises en celles qu'ils portent au présent mariage pour par ledit survivant en jouir sa vie durant seulement, soit qu'il y ait enfant ou non de leur conjonction, aux charges qu'elles peuvent devoir dont ils en passeront bons et léaux devoirs de loi à la réquisition de l'un deux.

Ayant été conditionné, stipulé et accordé entre les parties qu'à dissolution du présent mariage, le survivant des futurs conjoints demeurera paisible aussi bien sans qu'avec hoirs de leur conjonction en tous biens meubles et effets mobiliaires que laissera le prémourant à charge des dettes, obsèques et funérailles d'icelui.

Tout lequel contrat anté-nuptial et clauses y exprimées les parties respectivement promettent tenir et entretenir, fournir et ponctuellement accomplir par leur foi et serment sous l'obligation de leurs personnes et biens présents et futurs sur soixante sols tournois de peine à donner à tel juge qu'il appartiendra renonçant à toutes choses contraires. Ce fut ainsi fait et passé en la ville de Cambrai par devant le notaire royal y résident soussigné avec lesdites parties en présence des personnes nommées au préambule, de Nicolas Moreau et Claude Louis, bourgeois dudit lieu, tant comme parents et amis que tels pour ce appelés les jour et an susdits.

 

Suivent les marques d'Adrien Legros, Marie Maniez, Adrien Lesne, Michelle Bernard, Matias Maniez et la signature de Houseau (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.