Formulaire de recherche

Contrat de mariage Emmanuel DEBU et Pasquette COUPEZ : 27.01.1683 [2E26-12]

Comparurent en leurs personnes Emmanuel Debu jeune fils, et avec lui Philippe Debu et Marie Grau, ses père et mère, ladite femme autorisée de son mari et pour assistant Etienne Debu son frère, Marguerite Debu sa sœur, Pierre Debu son oncle, Martin Fournier et Louis Noiret son parent, tous demeurant tant à Villers Plouich qu'à Ribecourt d'une part, et Pasquette Coupez aussi jeune fille et avec elle Jean Coupez son père, Bartholomé, Hubert et Antoine Coupez ses frères, Nicolas Coupez et Jacques Goubet ses oncles demeurant à Flesquières d'autre part, lesquels comparants ont reconnu que pour traité de mariage qu'au plaisir de Dieu et de la Vierge se fera et solennisera en Notre Mère la Sainte Eglise si elle y consent d'entre ledit Emmanuel Debu et ladite Pasquette Coupez. Les parties dudit traité sont telles qu'ils s'en suivent.

Premièrement, quant est du bien et portement du mariage dudit Emmanuel Debu, ses père et mère lui ont promis et promettent solidairement sans division insolidium de lui faire jouir par ce présent cèdent, quittent et transportent tout tel droit de bail et autre droit qu'ils ont et peuvent jamais avoir et prétendre à tous, huit mencaudées de terres labourables à la solle en plusieurs pièces séant au terroir de Villers Plouich, tenues en cense de l'église dudit Villers Plouich, à la réserve de 3 mencaudées à la solle pour en jouir par lesdits donnants leur vie durant seulement. Le tout en tel état qu'elles sont présentement et n'est dû tous arrierages jusqu'à ce jour des abouts et tenant. Desdites terres ladite future mariante, ses parents et amis s'en sont tenus pour contents sans en faire autre déclaration excepté les trois mencaudées ci dessus réservées sont telles qu'elle s'en suit. Savoir une mencaudée tenant au chemin allant dudit Villers Plouich à Cambrai, et à neuf mencaudées du même chemin. Item une rasière tenant au chemin dudit Villers Plouich à Beaucamp et à vingt mencaudées de l'abbaye de Cantimpré en Cambrai, et la .. demie mencaudée prise en deux mencaudées ou environ tenant au chemin allant dudit Villers Plouich à Metz-en-Couture, et à trois mencaudées de Maurice Devaux. Item ses dits père et mère lui donnent deux chevaux et tous outils de labour et fourrage qu'ils ont en leur possession pour en jouir prestement par lesdits futurs mariants aussitôt les épousailles accomplies. Item ses dits père et mère lui donnent tout un jardin et héritage amazé de maison séant audit Villers Plouich contenant une boitellée de terre, tenant au jardin de Maurice Devaux, au jardin de feu Hubert Moinier et au flagard, n'est du toutes rentes jusqu'à ce jour, et lesdits donnants seront et sont obligés d'en faire et passer les devoirs de loi requis et nécessaires au profit desdits futurs mariants tant et qu'une fois requis en seront, à charge que les dits donnants sont obligés de livrer toutes les pièces de bois qu'il sera nécessaire pour raccommoder ladite maison et chambre susdite aussitôt qu'ils en seront requis et payer l'ouvrage de mains d'iceux du stil de charpentier et de livrer toute la couverture et toute autre chose qu'il sera nécessaire pour la réfection d'une telle maison et chambre et pour l'ouvrage de mains d'iceux de manouvrier, Jean Coupez père de ladite future mariante est obligé de le faire moyennant ladite donation. Lesdits futurs mariants sont tenus et obligés solidairement de labourer quatre mencaudées de terre à la solle la vie durant desdits donnants de tout point en point tous les ans et de carier toutes les dépouilles desdits donnants qu'ils dépouilleront tous les ans et quarier leur fumier leur vie durant moyennant quoi lesdits futurs mariants jouiront tous les ans de trois mencauds de mars desdites quatre mencaudées ci-dessus déclarées. De plus lesdits donnants sont tenus et obligés de faire agréer lesdits futurs mariants dudit marché ci-dessus. Item ses dits père et mère lui donnent trois mencauds de blé prestement aussitôt les épousailles accomplies et tout quoi est du portement dudit Debu les parties s'en sont tenus pour contents sans en faire autres déclarations.

Quant au bien et portement de mariage de ladite Pasquette Coupez, son dit père lui donne deux cent et cinquante florins, monnaie courante dans la ville de Cambrai, telle que de quarante huit patars pour ….. de laquelle somme deux cent florins seront au profit desdits Philippe Debu et Marie Grau. Savoir quatre vingt florins aussitôt les épousailles accomplies et le reste desdits deux cent florins à deux paiements égaux savoir au jour de St Rémy seize cent quatre vingt trois et quatre vingt quatre et les cinquante florins pour parfaire la somme susdite seront au profit desdits futurs mariants. Savoir vingt cinq florins prestement et les autres vingt cinq florins au jour de St Rémy audit an seize cent quatre vingt trois. Bien entendu qu'il a été conditionné que lesdits futurs mariants ne pourront plus prétendre aux meubles que délaissera ledit Jean Coupez après sa mort et que les … étant et ont été … de leur mariage à la demande de ladite Pasquette … lesquels fournissements elle répartira également à l'encontre de ses frères et sœurs. Item son dit père lui donne trois mencauds de blé aussitôt les épousailles accomplies et de l'accommoder d'une paillasse, une paire de linceul et couverture selon son état.

Ledit traité de ce présent mariage est fait en telle forme et condition que le dernier vivant desdits futurs mariants demeurera en tous biens meubles aussi bien sans hoirs qu'avec hoirs de leurs deux chairs, excepté que sans hoirs de leurs deux chaires le dernier vivant sera tenu et obliger de rendre les trois meilleures pièces d'habillement ayant servi au corps du premier mourant aux héritiers du premier mort et payer les dettes et funérailles du premier.

Tout lequel traité de ce présent mariage, charges, devises et conditions lesdites parties comparantes ont promis tenir, entretenir, fournir, livrer, payer, faire laisser jouir et accomplir de point en point sans y contrevenir et sans aller au contraire, promettant lesdits premiers comparants de faire ratifier ce présent contrat par devant tout ce qu'il appartiendra par avant les épousailles et ce sous l'obligation de tous leurs biens présents et futurs sur lesquels ils accordent … … … fait à leur dépens, domicile élu au château d'Havrincourt à juges messieurs du conseil d'Artois et sur soixante sols tournois de peine à donner et servir sous s'obligeant et renonçant, ladite femme renonçant au droit du senatus consultus à elle donner à entendre. Fait et passé audit Flesquières par devant notaire public du Cambrésis soussigné le vingt septième jour du mois de janvier an seize cent quatre vingt et trois en présence des parents et amis ci-devant nommés servant pour témoins.

Suivent les marques et signatures d'Emmanuel Debu, Pasquette Coupez, Philippe Debu, Jean Coupez, Bartholomé Coupez, Marie Grau et E.Dasin (notaire)

Aujourd'hui huitième de février mil six cent quatre vingt trois par devant les hommes de fief de la châtellenerie d'Havrincourt soussigné, sont comparus Philippe Debu laboureur demeurant à Villers Plouich et Marie Grau sa femme avec eux Emmanuel Debu leur fils à marier d'une part, Jean Coupez demeurant à Flesquières et Michelle Boulanger sa femme et avec eux Pasque Coupez leur fille à marier d'autre part et reconnurent avec lesdites parties comparantes … en leur égard lesquels en personne après avoir … à haute et intelligible voix du présent contrat de mariage de ….. ouï, agréé, approuvé, gratifié le contenu des présentes selon la forme y tenant le tout selon qu'il est porté par icelui sous charges et conditions y intervenues à quoi les parties ont promis y satisfaire, fournir et accomplir sous serment par l'obligation de leurs biens présents et futurs sur lesquels ils ...  valablement renonçant à toute chose contraire …. après que lesdites femmes ont renoncé au droit de senatus consulte Velleian à l'authentique si qua mulier à elle donné à entendre … … Ainsi fait et passé lesdits jour, mois, an par devant que dessus.

Suivent les marques et signature de Philippe Debu, Mary Grau, Michelle Boulanger, Pasque Coupez, Emmanuel Debu, J.Creton (notaire)

Le huitième jour dudit mois et an susdit, je soussigné Philippe Debu connait et confesse d'avoir reçu dudit Jean Coupez à témoin de la somme susdite, la somme de quatre vingt florins. Et pareillement ledit Emmanuel Debu a confessé d'avoir reçu dudit Jean Coupez la somme de vingt cinq florins aussi à témoins desdits cinquante florins qu'il lui est dû dans ce présent contrat.

Suivent les marques et signatures de Philippe Debu, Emmanuel Debu.
Le cinquième jour du mois d'octobre et an susdit, je soussigné Philippe Debu connaît et confesse d'avoir reçu de Jean Coupez la somme de cent trente cinq florins, savoir vingt cinq florins pour son fils Emmanuel Debu qui est pour parfaire toute la somme ci-dessus en ce contrat que ledit Coupez était obligé de payer audit soussigné …

Suit la signature de Philippe Debu  

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.