Formulaire de recherche

Dispense de consanguinité Cardon-Desse : 30.08.1788 [5G466]

Dispense de consanguinité entre Pierre Joseph CARDON et Rosalie Joseph DESSE

Du 30 août 1788

Fulmination de bref de Rome en faveur de Pierre Joseph Dominique Cardon et Rosalie Joseph Desse sur l'empêchement du 2 égal de consanguinité existant entre eux.

Information faite et menée à Cambrai par devant nous Pierre Joseph Godefroi, prêtre secrétaire de l'archevêché de Cambrai, curé de la paroisse de Ste Elisabeth en cette ville, commissaire dénommé par monsieur le révérant official de Cambrai, juge ecclésiastique dudit lieu et du diocèse par l'appostille mise au dos du bref apostolique produit par Pierre Joseph Dominique Cardon de la paroisse de Montigny en Arrouaise [erreur du scribe il faut lire Montigny en Cambrésis] et Rosalie Joseph Desse de la paroisse de Cattenières en Cambrésis comparant, lesquels nous ont produit ledit bref apostolique par eux obtenu en cour de Rome à effet d'être approuvé sur l'empêchement de parenté du second égale de consanguinité existant entre eux, lesquels nous ont supplié de procéder à l'information des faits contenus audit bref et d'ouïr les témoins qu'ils produisent.

Suivant quoi, nous, commissaire susdit, ayant donné acte auxdits comparants de leur production avons procédé ainsi qu'il suit le trente d'août mil sept cent quatre vingt huit.

Est comparu Pierre Joseph Dominique Cardon de la paroisse de Montigny en Arrouaise [lire Cambrésis], âgé de vingt huit ans, suppliant, lequel après serment de dire vérité par lui prêté, a déclaré 10 qu'il fait profession de la religion catholique apostolique et romaine dans laquelle il voulait vivre et mourir, 2° qu'il était parent à Rosalie Joseph Desse suppliante au deuxième degré égal de consanguinité conformément à la généalogie qu'il nous a donné et que sitôt joint au présent procès verbal, 3° qu'il désire épouser la suppliante à cause de l'amitié particulière qu'il a pour elle, qu'il se fréquente depuis un an avec assiduité, qu'il a même eu des familiarités criminelles avec elle sans cependant qu'il y ait eu de commerce charnel, que le public a soupçonné d'inconduite de manière que la suppliante risquerait de rester à marier s'il ne l'épousait, qu'il est repentant d'avoir donné sujet à la critique, qu'il ne s'y est pas exposé dans l'intention d'obtenir plus facilement dispense en cour de Rome et qu'il accomplira la pénitence qu'il lui sera imposée et qu'il ne contribuera jamais à ce que d'autres en fassent de même, 4° qu'il est pauvre, obligé de travailler de ses mains pour vivre n'ayant reçu de tout mariage futur et ne pouvant espérer que trois à quatre mencaudées de terre après la mort de son père, 5° que son père consent à son mariage projeté, 6° qu'il ne connaît point d'autre empêchement que la fille est libre et non ravie et après lecture y a persisté et signé.

Comparut secundo Rosalie Joseph Desse de la paroisse de Cattenières en Cambrésis, suppliante, âgée de dix neuf ans, laquelle après serment par elle prêté de dire vérité a déclaré 1° qu'elle fait profession de la religion catholique apostolique et romaine dans laquelle elle veut vivre et mourir, 2° qu'elle est parente à Pierre Joseph Dominique Cardon au deuxième degré égal de consanguinité, étant enfants de frère et de sœur conformément à la généalogie qui sera mise ci-après, 3° qu'elle désire épouser le suppliant à cause de l'amitié particulière qu'elle a pour lui, qu'il la fréquenté avec familiarité sans cependant qu'elle ait consenti aux libertés qu'il a eu près d'elle, 4° qu'elle est pauvre obligée de travailler de ses mains pour vivre n'ayant reçu du tout en port de mariage de la part de son père et ne pouvant espérer qu'un petit avantage après le décès des deux tantes chez qui elle va se retirer, 5° que ses parents consentent à son mariage projeté, 6° qu'elle en connaît point d'autre empêchement, qu'elle est libre et non ravie, lecture faite y a persisté et signé.

Jean Guislain Herbert, âge de trente quatre ans, clerc de la paroisse de Cattenières lequel après serment par lu prêté de dire vérité a déclaré 1° que les suppliants sont bons catholiques, 2° que Pierre Joseph Dominique Cardon et Rosalie Joseph Desse sont parents au deuxième degré égal de consanguinité étant enfant de frère et de sœur, 3° qu'il convient qu'ils se marient ensemble d'autant plus que lui-même les a vu ensemble se comporter d'une manière peu honnête de façon que s'il avait fait le rapport la fille pouvait en être diffamée et soupçonnée d'... qu'au reste le mariage est souhaité, 4° qu'il sont pauvres obligés de travailler de leurs mains n'ayant rien l'un et l'autre eu port de mariage et qu'ils ne pourraient espérer que peu de chose après la mort de leur parents, 5° que leurs parents respectifs consentent au mariage des suppliants, qu'il ne couvait point d'autre empêchement et que la fille est libre et non ravie, lecture faite y a persisté et signé.

Toussaint Bardoux de la paroisse de Cattenières, âgé de trente ans, cousin des suppliants, lequel après serment par lui prêté de dire vérité a déclaré primo que Pierre Joseph Dominique Cardon et Rosalie Joseph Desse sont bons catholiques, 2° qu'ils sont parents ensemble au second degré égal de consanguinité étant enfants de frère et sœur conformément à la généalogie qui sera jointe ci-après, 3° que les parties sont convenables, qu'il sait qu'ils s'aiment beaucoup, qu'il les a même vu se caresser, que cependant il ne les soupçonnait pas d'avoir fait d'autres faits, qu'il ne sait pas au reste si d'autres personnes ont pu former quelques soupçons sur leur conduite, 4° qu'ils sont pauvres obligés de travailler de leurs mains pour vivre, 5° qu'il en cuvait point d'autre empêchement et que la fille est libre et non ravie. Lecture faite y a persisté et signé.

 

Généalogie

 

Claude Cardon a engendré

 

 

Claude Cardon                              Michelle Cardon

                Qui engendra                           d'où est né Jacques Desse

 

 

Pierre Joseph Cardon                            Rosalie Desse

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.