Formulaire de recherche

Vente des familles Gave et Lamourette à Simon Dubois et Martine Pollette : 23.01.1574 [E2465/13]

Lettre d'acquet

Le présent chirographe est pour le ferme des échevins de Cattenières au profit de Simon Dubois et Martine Pollette sa femme.

Sachent tous présent et à venir que par devant et au clain et requête d'aujourd'hui fait par honnêtes personnes Simon Dubois et Martine Pollette sa femme, demeurant en la ville de Cattenières au conjurement d'honorable homme Ernould Bricout, mayeur à ce jour et comme échevins dudit lieu à savoir Jean Lobelen, Nicolas Lefebvre, Antoine Leprêtre et Andrieu Lequien, duquel ils ont dit et recordé à Benoit Desourmaire leur frère comparant qu'environ en l'an quinze cent et septante trois, le vingt-cinquième jour de mars avant Pâques, ils furent présents en la ville dudit Cattenières, là on vint et comparurent personnellement Jean Lamourette et Jeanne Tuboise sa femme, Guillaume Depreux et Marie Demain sa femme, Gillette Lamourette veuve de Nicolas Thiébaut, et Barbette Lamourette veuve de Pierre De Hordain, Jean Gave et Barbe Lefebvre sa femme, Julien Gave et Martine Taquet sa femme, et Jean Gave l'aîné et Hélène Delesau sa femme, lesquels comparants de leur bonne volonté et vraie science mêmement lesdites femme quant à ce de leur dit mari suffisamment autorisée, dirent, reconnurent et confessèrent que pour leur plus grand profit, evident apparant pieux marché que celui présent éviter et meilleur faire ils avaient et ont vendu bien justement léamment perpétuellement et à toujours un certain juste prix et léal vendage de quoi et duquel prix et vendage ils s'en sont tenus l'un pour tous bien payés de leur denier et prix dudit vendage de Simon Dubois et de Martine Pollette sa femme, demeurant en la ville dudit Cattenières, d'un jardin et héritage séant et gisant audit village de Cattenières tenant d'une part au jardin de Jean Lobelen et d'autre côté tenant au jardin dudit Simon Dubois et abouttant à l'orde rue et tenant par derrière à sept boitellées de terre de la cure dudit village. Tout ainsi que ledit jardin et héritage s'en comporte et extend entre ses bornes et assens sans rien excepter, retenir, ni mettre hors.

Pour lequel vendage sortir son plein effet et icelui conduire et demeurer valable et être totalement tenu ferme et stable, perpétuellement et à toujours, les dessus vendeurs mirent, werpirent et rapportèrent tout ledit héritage et jardin ci dessus déclaré en la main dudit mayeur comme en main de seigneur et de justice et présents lesdits échevins bien suffisamment et à loi, et s'en dessaisirent, dévêtirent, déshéritèrent, issirent hors et y renoncèrent une fois, seconde et tierce pour lesdits acheteurs en adhériter et mettre en bonne possession et saisine comme de leur bon héritage et léal acquet à toujours. Et si promirent et dirent en commun léamment lesdits vendeurs à conduire et garantir paisiblement le présent vendage jusqu'aux dires des juges et à la coutume du lieu et du pays et comté de Cambrésis aux charges des redevances anciennes que ledit héritage doit et peut devoir tant seulement. Pour lequel werp, rapport et déshéritance, lesdits échevins jurés dudit mayeur au premier trait à part et … ensemble et en premièrement le serment desdits vendeurs par lequel ils jurèrent et affirmèrent par leurs serments que dudit jardin et héritage devant dit, ils en avaient fait … sinon que ce présent rappport et vendage et tout ce … qui en ce cas d'en faisait avoir et considérer dire par jugement et tout décret qu'ainsi ne savoir … chose nulle ainsi par quoi ledit rapport en fut et soit bien fait et à loi pour ce faire que dit est. Et puis dudit jardin et héritage furent et ont été ledit Simon Dubois et Martine Pollette sa femme, conjoints par mariage, acceptant par la main dudit mayeur comme par main de seigneur et de justice et présents lesdits échevins bien suffisamment et à loi adhérités et mis en bonne possession et saisine pour en faire et disposer le dernier vivant d'eux deux à savoir dudit Simon Dubois ou de sa dite femme Martine Pollette à sa bonne volonté comme bon en semblera de faire au dernier survivant sans en avoir aucun empêchement car ainsi en ont voulu faire et disposer lesdits acheteurs pour plusieurs et raisonnables causes à ce les ... en cas qu'autement ne disposeraient eux deux vivant ensemble car ils en ont retenu la faculté et puissance tant qu'ils vivront. Pour lesquelles adhéritance, saisine et possession lesdits échevins commis dudit mayeur au premier trait et … ensemble en premièrement que lesdits vendeurs s'en étaient tenus et tenaient pour contents et bien payés de leurs deniers. Et ledit mayeur de tout droit pour ce dû et appartenant dirent par jugement … et tout décret qu'ainsi n'en … chose dite par quoi lesdits acheteurs en furent et sont dudit héritage et jardin devant dit bien suffisammment et à loi, adhérités par le dernier survivant ledit Simon Dubois ou sa dite femme Martine Pollette en faire et disposer à sa bonne volonté comme dit est auparavant aux us et coutumes du lieu et du pays et comté de Cambrésis et sauf tout droit le dessus honorable Ernould Bricout mayeur dessus nommé et les échevins à savoir Jean Lobelen, Nicolas Lefebvre, Antoine Leprêtre et Andrieu Lequien suffisamment et paisiblement de tout décret ont recordé à Benoit Desourmaire leur frère comparant. Ce présent record fut fait en la ville de Cattenières le vingt troisième jour du mois de janvier de l'an mil cinq cent et septante quatre.  

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.