Formulaire de recherche

Rente de Robert Felix et Elisabeth Trenchant envers Jacques Simon et Marie de St Pol : 01.08.1609 [E2465/13]

La contrepartie de ce présent chirographe est reposant au ferme des mayeur et échevins de la seigneurie de Cattenières près de la ville de Cambrai tenu le premier jour d'août an mil six cent et neuf. Pour Jacques Simon et Marie de St Pol sa femme conjoints.

Sachent tous présent et à venir que par devant honnorable homme et sage Arnould Bricout à ce jour mayeur suffisamment commis et établis de et en toute la ville, terre, juridiction et seigneurie de Cattenières en Cambrésis, et en la présence d'icelle ville et seigneurie ci-après nommés, vinrent et comparurent personnellement Robert Félix et Elisabeth Trenchant sa femme, conjoints demeurant audit Cattenières, lesquels comparants de leur bon gré, pure, franche et libérale volonté, de leur certaine et vraie science, sans aucune séduction ou contrainte, mêmement ladite femme quant à ce de son mari suffisamment et agréablement autorisée, dirent, reconnurent et confessèrent que pour leur plus grand profit et utilité, évidemment apparant pieux et plus dommageable marché que celui présent éviter et meilleur faire, parmi et moyennant la somme de deux cents soixante cinq florins carolus tels que de vingt pattars Flandres chacun qui étaient et sont tenus et redevables à ce envers Jacques Simon et Marie De Saint Pol sa femme, demeurant en la Neuville Saint Rémy près de Cambrai, restant de plus grande somme pour la plus grande assurance à eux fait par lesdits Jacques Simon et Marie De Saint Pol de toute une maison, jardin, lieu pourpris et héritage contenant deux mencaudées une boitellée de terre ou environ séant audit Cattenières tenant d'une part sur rue et chemin menant dudit Cattenières au moulin de Rocquier et d'autre à une rasière appartenant à … et à une rasière de Toussaint Margerin dont iceux comparants s'en tiennent contents et apaisés. A ces causes, lesdits Robert Félix et Elisabeth Trenchant en suite de l'accord et convention par eux faits avec lesdits Simon et sa femme faisant l'achat dudit héritage pré-déclaré avaient cédé, cosntitué, assis et assigné et par ces présentes cèdent, constituent, assient et assignent sur eux et sur tous leurs biens meubles, immeubles et … quelconques présents et à venir au profit desdits Jacques Simon et Marie de Saint Pol sa femme présents et acceptant une certaine rente héritière et perpétuelle telle que de seize florins onze pattars et six deniers qui est au foeur du denier seize, laquelle rente lesdits Robert Felix et Elisabeth Trenchant conjoints ont promis et seront tenus satisfaire et payer auxdits Jacques Simon et Marie de Saint Pol sa femme ou au porteur de ceste en leurs noms chacun an à deux temps et paiements à chacun terme la moitié. Si comme aux premiers jours des mois de février et août dont le premier terme et paiement d'icelle rente sera et écherra au premier jour du mois de février venant l'an mille six cent et dix et le second terme et paiement pour l'accomplissement de la première année d'icelle rente sera et écherra au premier jour du mois d'août pour ainsi chacun an et en avant continuer payer ladite rente de seize florins onze pattars et six deniers de terme en terme et d'an en an perpétuellement et à toujours. Sauf tant pour lesdits Robert Felix et Elisabeth Trenchant, leurs hoirs et ayant cause qui peuvent accepter le remboursement ladite rente quand plaisir et … en arriveront en payant et remboursant auxdits Simon et de Saint Pol ou au porteur de ceste en leurs noms ladite somme de deux cent soixante cinq florins carolus à un, deux ou trois paiements pour chacun des deux premiers paiements cent florins et pour le troisième soixante cinq florins avec ladite rente et arriérages d'icelle et ratte de temps et tous dépens et mises de justice que pour ce se pourront en suivre léamment et sans fraude et diminuera à ladite rente à l'avenant des remboursements. Et pour plus grande sureté de ce faire et de léal … iceux lesdits Robert Félix et Elisabeth Trenchant conjoints, ladite Elisabeth de son mari autorisée comme dessus est dit, mirent, werpirent et rapportèrent bien suffisamment et à loi es mains dudit mayeur comme es mains de seigneur et de justice, présents lesdits échevins ci-après nommés, toute ladite maison, jardin, lieu pourpris et héritage dessus amplement déclarés par la dite somme en arrentement de l'église dudit Cattenières et autre partie dont sept boitellées tenues en arrentement de la cure dudit lieu ainsi que le tout se comporte et extend sans aucune exception.

Lequel rapport, lesdits conjoints rapporteurs s'étaient et ont fait à ces fins et sur ladite forme et manière, devise et ... que s'ils étaient ou sont ci-après en rémission et défaut de léamment satisfaire et payer ladite rente de terme en terme et d'an en an, si ce qui dit est, et tant attendissent que trois termes et paiements faisant une année et demie en fussent pleinement dus et échus l'un par l'autre et sans accord ladite rente par na nouvelle de en ce cas … ledit troisième terme passé et expiré se pouvoir par lesdits Jacques Simon et Marie de Saint Pol ou ledit porteur de ceste en leurs noms trainé par clain et loi à ladite maison, jardin lieu pourpris et héritage dessus rapporté et iceux faire vendre, exécuter et adénierer pour sur les deniers en procédant prendre et avoir ladite somme de deux cent soixante cinq florins carolus ou ce que à parpayer en resterait. Si aucune chose remboursée était avec ladite rente et arriérages d'icelle à rate de temps et tous dépens et mises de justice que pour ce pourrait en payant léamment et sans fraude. Et si peu y avait et que lesdits comparants dudit rapport ne puissent accomplir en vendage ladite somme pour icelle rente, arriérages et dépens. Si promirent lesdits comparants du surplus qui en resterait le parpaiement sur eux et sur tous leurs biens meubles et immeubles et … quelconques présents et à venir sans rien y excepter. …. pour ce en demeurer nul que lesdit Jacques Simon et Marie De Saint Pol, leurs hoirs et ayant causes ou le porteur de ceste en leurs noms ne puissent rien faire payer ladite rente, de terme en terme et d'an en an, et sur les biens trouvés occupant ladite maison, jardin, lieu pourpris et héritage rapporté sans attendre ni requérir ladite exécution si bon ne semble. Et si ont les rapporteurs élu et élisent domicile en et sur ladite maison, jardin et héritage dessus déclarée, consentant et accordant que tous les exploits de justice nécessaires à faire touchant ce que dit est soient faits en leur absence ou de l'un d'eux et qu'ils soient aussi bons et valables comme si faits étaient à leur propre personne et vrai domicile, pourra toutefois qu'ils fussent lors absents et demeurant hors dudit Cattenières et juridiction d'icelle et non autrement. A tant et pour tout ce faire que dis est, demeure ledit rapport es mains de loi et à la charge de telles rentes et redevances anciennes que ladite maison, jardin, lieu pourpris et héritage doit et peut devoir. A ce faire, furent présents et spécialement requis et appelés à savoir comme mayeur dudit Cattenière le dessus nommé Arnould Bricout et comme échevins dudit lieu Jacques Gransard, Jean Loblen, Gilles Félix et Léonard Vaillant. Ce fut fait et passé à ladite Neuville Saint Rémy en la maison du mayeur dudit lieu par terre empruntée et obéissance aux abbés et religieux aux abbé et religieux … le premier jour du mois d'août de l'an de grâce mil six cent et neuf.

Le neuvième jour du mois de décembre 1610, comparut personnellement Jacques Simon demeurant à La Neuville Saint Rémy près de la ville de Cambrai et reconnu de sa bonne volonté sans contrainte, parmi et moyennant la somme de deux cent et soixante cinq florins carolus qu'il a eue et reçue comptant de sage et honnête personne maître Jean Daillier prêtre et curé de ladite Neuville Saint Rémy dont il s'en est tenu et tient content et bien payé et quittant ledit Daillier du tout absolument et à toujours a vendu, cédé, quitté et transporté et par ces présentes vend, cède, quitte et transporte du tout dès maintenant et à toujours audit Daillier absent acceptant par moi notaire stipulant pour et au nom dudit Simon une certaine rente héritière et perpétuelle de seize florins onze pattars et six deniers tournois au rachat de deux cent soixante et cinq florins qui est au foeur du denier seize dus par Robert Félix et Elisabeth Trenchant sa femme, conjoints demeurant à Cattenières, payables chacun an aux premiers jours de février et août et à chacun terme la moitié sont rapportés et hypothéqués d'une maison, jardin, lieu pourpris et héritage contenant deux mencaudées une boitellée de terre séant audit Cattenières pour quoi le droit et cause des … en fait mention en date du premier jour du mois d'août de l'an mille six cent et neuf, passé par devant lesdits mayeur et échevins dudit Cattenières qui leur ont été … et mis en main faisant ledit … vrai seigneur … et poursuivre d'icelle rente et le ….. du tout en son propre droit …. par ledit Simon …. garantir et faire valider le présent rapport envers et contre tous sans jamais allier directement ou indirectement au contraire par les faits serments de son corps pour ce faire par les abbés et religieux de Cambrai les jour, mois et an susdits par devant moi notaire pour par ces présentes de Thomas … et Jérôme Lenglet demeurant à Cambrai, témoins à ce requis et appelés le neuf décembre mille six cent et dix.Et plus bas présent écrit était signé de la marque ou signature de Jacques Simon et de moi notaire soussigné. 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.