Formulaire de recherche

Succession de Bernard Pillier et Péronne Lefebvre : 23.06.1612 [E2465/13]

Lettre de partage faite par Bernard Pillier et Peronne Lefebvre sa femme conjoints demeurant à Cattenières de lamaison, jardin et héritage pour après leur décès appartenir à Pierre et Georges Pillier leurs enfants. Parti pour mettre au ferme répondant à deux parties.

Sachent tous présent et à venir que par devant honorable homme et sage Arnould Bricout, mayeur de Cattenières, présents comme échevins Julien Lesage, Jacques Gransard, Jean Leduc, Gilles Félix et Léonard Vaillant, ensemble requis et appelés en forme de loi en la maison de Bernard Pillier et Péronne Lefebvre sa femme, demeurant audit Cattenières, duquel lieu ledit Bernard Pillier et sa femme étant lors encore en bon sens, mémoires et entendement, … et volonté vraie, considérant qu'il n'est rien plus certain que la mort ni incertain que l'heure d'icelle, ne désirant mourir intestat mais comme enfants de la Ste Eglise, remontrèrent … ils avaient à eux appartenant une maison, chambre et autres édifices servant de grangette là ou ils font leur résidence et demeure séant en un jardin, lieu pourpris et héritage contenant deux mencaudées …. audit Cattenières devant léglise. Item deux mencaudées de terre fief sises au terroir dudit lieu. Desquels biens et héritage en avaient et ont fait partage en forme de testament et ordonnance de dernière volonté pour après leurs deux décès advenus et non devant appartenir à leurs enfants. A laquelle division et partage ont délaissé ladite maison, chambre et édifice de grangette à Pierre Pillier leur fils maisné avec la juste moitié dudit jardin et héritage y appendant tenant d'un sens au jardin de Philippe Leduc et au jardin de la cure ayant assise sur la rue devant léglise. Item l'autre moitié dudit jardin comprenant une mencaudée tenant au jardin de Pierre Cardon, de debout aux terres des pauvres ayant aussi son assise sur ladite rue, l'ont delaissée à Georges Pillier leur fils second. Et les deux autres mencaudées de terre fief à Jean Pillier l'aîné fils.

Pour lequel partage sortir effet perpétuellement et à toujours, lesdits bernard Pillier et Péronne Lefebvre sa femme, de leur bonne, pure et franche volonté comme dit dessus, mirent, werpirent et rapportèrent toute ladite maison, chambre, grangette, jardin, lieu pourpris et héritage mainferme ainsi divisés et parchonnés en la main dudit mayeur comme en main de seigneur et de justice, présents lesdits échevins bien suffisamment et à loi, et s'en dessaisirent, dévêtirent et déshéritèrent, issirent hors et y renoncèrent une fois, seconde et tierce pour en adhériter et mettre en bonne possession et saisine, lesdits Pierre et Georges Pilliers, parchonniers, aux charges des rentes, servitudes et redevances anciennes que ladite maison, jardin et héritage doit et peut devoir annuellement et équivalent d'un an à autre et sans nuls autres empêchements. Puis furent et ont été lesdits Pierre et Georges Pillier et chacun leur dite part et portion et héritage dessus entièrement déclarées et aussi égales et parchonnées par lamain dudit mayeur comme par main de seigneur et de justice présents lesdits échevins, adhérités, saisis, vêtus et mis en bonne possession, bien suffisamment et à moi, pour par eux justement tantôt après le décès de leurs père et mère et non devant en jouir, user et posséder comme de leurs biens patrimoniaux sans aucune … l'un de l'autre. Puis en furent les ... et autres paies aux us et coutume de ce pays et comté de Cambrésis. A ce faire furent présent et spécialement requis et appelés les mayeurs et échevins susdits. Ce fut fait et passé audit Cattenières le vingt troisième jour du mois de juin l'an mille six cent et douze.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.