Formulaire de recherche

Donation de Jean Leduc et Adrienne Vallet à Félix Desourmaire et Marie Leduc : 11.02.1627 [E2465/13]

Lettre de don fait par Jean Leduc pour et au profit de Félix Desourmaire et Marie Leduc sa femme. Reçu le seizième jour du mois de mars l'an seize cent vingt sept. Le ferme.

Sachent tous présent et à venir que par devant honnête personne Jean Bricout suffisamment commis, institué et établi pour cette fois seulement et est apparant par certain billet signé du bailly de Saint Sépulchre en date du dixième de février seize cent vingt sept, de et en toute la terre, juridiction et seigneurie de Saint Sépulchre au village de Cattenières en Cambrésis et présents lesdits échevins d'icelle seigneurie, vinrent et comparurent en leurs personnes Jean Leduc … d'icelle terre et Adrienne Vallet sa femme et épouse, lesquels de leur bonne volonté, sans contrainte, séduction ou induction, mêmement pour ce faire icelle femme de son dit mari agréablement autorisée, dirent, reconnurent que pour acquisition à la promesse par eux faite en traitant le mariage de Marie Leduc leur fille avec Félix Desourmaire fils de Denis et Martine Oblen, prise en face de l'église, avoir donné et octroyé à ladite Marie Leduc et son dit mari en avancement dudit mariage une partie de jardin et héritage non amazée à prendre par d'en bas en une rasière de jardin appartenant auxdits donateurs, séant et gisant au terroir d'icelle seigneurie de Saint Sépulchre dont les tenants sont tels que s'en suivent pour la partie desdits donataires savoir qu'ils prendront leur portion de jardin au debout d'en bas à bord à l'héritage de Martin Hutin et l'afferme de leur dite portion par en haut se prendra à droite ligne d'un champ de pommiers croissants pour le piedsent sur ledit jardin, tenant par côté à l'héritage d'Olivier Bricout et d'autre à un autre héritage appartenant auxdits donateurs. Ainsi qu'icelle portion de jardin se comporte et extend sans y rien réserver, retenir ni mettre hors.

Pour lequel don et avancement dudit mariage conduire et demeurer valable, être tenu ferme et stable, lesdits comparants donateurs de leur bon gré comme dessus icelle Adrienne Valet autorisée comme dit est, mirent, werpirent et rapportèrent es mains dudit mayeur comme es mains de seigneur et de justice présents lesdits échevins bien suffisamment et à loi, toute ladite portion de jardin et s'en déshéritèrent, dévêtirent, issirent hors et y renoncèrent une fois seconde et tierce pour en adhériter lesdits donataires promettant ce présent don et avancement à léamment entretenir et garantir envers et contre tous de tout trouble et empêchement comme léaux donateurs sont tenus de faire jusqu'aux dires des juges et à la coutume de ce pays et comté de Cambrésis, à la charge des servitudes que ladite portion de jardin peut devoir à … du côté de ladite rasière dont elle est sortie et … et sans nuls autres empêchements si comme lesdits donateurs affirmèrent par leur serment solennellement fait selon ladite coutume. Et puis furent et ont été lesdits Fléix Desourmaire et Marie Leduc … donataires à leur requête par les mains dudit mayeur comme par les mains de seigneur et de justice présents lesdits échevins bien suffisamment et à loi, adhérités, vêtus, saisis et mis en bonne possession et saisine pour par eux en jouir, user et posséder ensemble. Et au cas que ladite Marie Leduc allait de vie à trépas première et avant icelui son mari, sans hoir délaissant de leurs deux chairs, en ce cas ledit Félix Desourmaire son mari survivant devra jouir de ladite portion de jardin ci dessus donnée non plus que douze ans entiers et ensuivant l'an l'autre à compter du jour du trépas d'icelle prémourante ou de son ou de ses hoirs procréés comme dessus. Durant lesquels douze ans le possesseur devra et sera tenu et sujet à entretenir de tels abouts édifice, arbres portant fruits et haies et autres choses croissant que le tout pourrait être trouvé dessus à la mort d'icelle prémourante ou de ses enfants et décharger lesdites rentes et servitudes telle que dessus pour ladite portion de jardindevoir net et pur, et décharger du bout dudit terme de douze ans en tant toutefois qu'ils en disposeraient ensemble, duquel pouvoir ils en tiennent la faculté et puissance. Et puis furent en toutes les choses dessus dites et chacunes d'icelles successivement et par ordre fait tous conjurement et jugement, toutes solennités faites, tenues, gardées et observées selon la coutume du lieu, pays et comté de Cambrésis et tous droits pour ce faire bien payés et satisfaits à l'apaisement de justice. A ce faire furent présents et spécialement requis et appelés à savoir comme mayeur le premier Jean Bricout et comme hommes cotières sauf tous droits Paul Lequien, Antoine Hutin et Gaspar Félix. Ce fut fait et passé sous leur pouvoir et jugement le onzième jour du mois de février l'an mille six cent vingt sept. 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.