Formulaire de recherche

Contrat de mariage Louis GRANSARD et Marie Jeanne DELESAUX : 22.04.1702 [2E26-424]

Comparurent personnellement Louis Gransard demeurant à Chantemerle relict d'Elisabeth Fauquer, assisté et accompagné de Pierre Maison son beau frère demeurant à Estourmel, de Jean Fauquer demeurant à Naves son beau frère et d'Etienne Santer demeurant à Igniel paroisse d'Estourmel d'une part, Marie Jeanne Delesaux relict de Baltazar Ségard demeurant audit Chantemerle assistée et accompagnée de Gilles Carpentier son bon ami d'autre part, reconnurent lesdites parties que pour parvenir au traité d'entre eux pour parler qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en la face de notre mère la Sainte Eglise si elle y consente et accorde, et avant qu'il y ait aucun lien ni engagement d'entre lesdits Louis Gransard et Marie Jeanne Delesaux futurs mariants d'avoir convenu, traité et stipulé comme s'en suit 
 
Premièrement quant est des biens et portements dudit futur mariant la future mariante et assistants ont déclaré en être contents et apaisés sans être besoin d'en faire autre déclaration. 
 
Et venant le portement de ladite Marie Jeanne Delesaux icelle a déclaré qu'elle est demeurée en tous biens meubles d'avec son feu mari qui est tout son portement duquel futur mariant a déclaré en être content et apaisé. 
 
Convenu et arrêté entre les parties qu'arrivant la mort dudit Grandsart futur mariant avant sa future épouse icelle aura la jouissance sa vie durant de deux pintes de terres en jardinage amazées d'une petite chambre à prendre dans un jardin de six pintes séantes audit Chantemerle tenant de deux sens au flégard et au jardin de Joseph Hutin à prendre lesdites deux pintes du côté du flégard et en cas que ledit futur mariant trouverait bon de donner à quelqu'un de ses cinq enfants qu'il a retenu de sa première conjonction en avancement de mariage la petite chambre ci-dessus déclarée icelui enfant à qui la donation sera faite sera obligé d'en faire construire une autre et de la même grandeur estimation à ses frais et dépens sur les mêmes deux pintes pour en jouir comme dis par ladite future mariante. En outre ledit futur mariant lui a assigné comme il assigne par ceste pour son douaire préfix et conventionnel la somme de cinq patacons faisant douze florins monnaie de Flandres à prendre et avoir sur les plus clairs et apparants biens qu'il délaissera sans aucunes charges de dettes ni funérailles que lesdits enfants seront tenus lui payer à deux termes égaux à savoir le premier aussitôt le cas arrivé et l'autre moitié un an après, en ce faisant iceux enfants jouiront et profiteront de tous les meubles que délaissera ledit prémourant à l'exception savoir d'un coffre, un cuvelle, un seau un chaudron et un pot au feu qu'ils seront tenus de laisser suivre à ladite future mariante par-dessus le douaire ci-dessus. Et par fait contraire en cas la mort de la future mariante avant son futur époux, icelui sera et demeurera en tous biens meubles noms et actions mobiliaires que délaissera icelle mariante en payant par loi les dettes obsèques et funérailles. 
 
Sous quoi les parties ont promis tenir entretenir de point en point sous l'obligation de leurs biens et héritages présents et advenir sur soixante sols tournois de peine à donner en renonçant à toutes choses contraires. Ainsi fait et passé à Cambrai par devant le notaire royal y résident soussigné en présence des parents et amis dénommés au préambule requis pour témoins le vingt deux d'avril mil sept cent et deux. Convenu d'abondant qu'au cas que les mariants viendraient à vendre lesdites pintes de terre en jardinage ci-dessus, en ce cas lesdits enfants du futur mariant ne seront tenus de payer le douaire susdit ainsi en demeureront déchargés exonérés. Signé Louis Gransar, marque Marie Jeanne Delesaux, Pierre Meson, Jean Fauquet, Estienne Santer, Gille Carpentier et Me Cuissette notaire royal avec paraphe. 
 
Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.