Formulaire de recherche

Contrat de mariage Philippe DEPREUX et Marie Thérèse LEDUC : 09.02.1689 [2E26-140]

Comparurent personnellement Philippe Depreux fils à marier de Philippe et feue Jeanne Raoust demeurant à Carnières, assisté dudit père, de Claude Depreux son frère, de Pierre Losez son beau frère et de Jacques Duterque son cousin d'une part, Marie Thérèse Leduc fille aussi à marier de Philippe et défunte Marie Hutin demeurant à Chantemerle assistée aussi dudit son père et d'Antoinette Plet sa belle mère, d'Amand Hutin son oncle maternel et de Bon Leduc son beau frère d'autre part. Lesquels reconnurent de leur bonne volonté que pour parvenir au mariage pourparlé qui au plaisir de Dieu se doit de bref solemniser à la face de notre mère la Ste Eglise si elle y assente, entre lesdits Philippe Depreux et Marie Thérèse Leduc d'avoir fait les portements, promesses et conditions suivantes. 
 
Premièrement quant est du bien et portement dudit futur mariant, ledit Philippe son père lui a rendu et rend les deux tiers du marché qu'il tient à ferme des dames et religieuses de St Lazare de Montay( ?) du Cateau Cambrésis, avec les deux tiers des ustensiles de labour, trois chevaux au choix dudit futur mariant et promis nourrir tant lesdits futurs mariants que leurs chevaux jusqu'à l'août prochain de la présente année seize cent quatre vingt neuf, lesdits deux tiers de marché à prendre à l'encontre dudit père et à en jouir et faire la dépouille audit août prochain pour ---en payer par lesdits futurs mariants le rendage à proportion et aux charges, clauses et conditions portées par le bail, pour par ledit Philippe père jouir de l'autre tiers sa vie durant, et après son décès retourner encore audit futur mariant à la charge avant dite, sauf et excepté que Jeanne Leroy, femme présentement audit Philippe père, belle mère dudit futur mariant, au cas qu'elle vienne à survivre à son dit mari, jouira aussi sa vie durant seulement de deux mencaudées de terres à la roye à choisir par elle entre celles dudit troisième tiers, sans charge d'aucun rendage ni labour, et pourra tenir une vache et une aunaille ou génisse à son choix, s'il y en a en la maison. Et comme ledit Philippe père a encore un fils à marier nommé Paul Depreux, frère audit futur mariant, icelui Paul jouira aussi de douze mencaudées de terres à prendre audit troisième tiers réservé, savoir quatre mencaudées tenantes au chemin menant de Carnières à Cambrai et à trois mencaudées de maitre Servais Pierache chapelain de l'Eglise métropolitaine dudit Cambrai. Item quatre autres mencaudées tenantes au chemin du Frasnoy et à neuf mencaudées de l'hopital de St Julien en la dite ville, et les autres quatre mencaudées tenantes au chemin allant de Boussières au vieil moulin de Rieux et à quatre mencaudées occupées par Pierre Dormal, et ce après la mort de son dit père et à charge d'en payer le rendage et satisfaire aux autres conditions dudit bail, les labours et asservissements, sy jouira ledit Paul aux charges que dessus après la mort aussi de ladite Jeanne Leroy sa belle mère, de six autres mencaudées de terres dudit troisième tiers ……deux mencaudées tenantes à quatre mencaudées du chapitre de ladite métropolitain et au chemin menant de Carnières à Estourmel, deux autres mencaudées tenantes à trois boitelées de l'église de Carnières et à neuf mencaudées desdites dames et religieuses de St Lazare, et les autres dernières tenantes à trois autres boitelées de ladite église de Carnières et à la voie de Carnières à Boussières passant au travers. A condition toutefois que si ledit Paul viendrait à prendre état honorable, ledit futur mariant son frère aura la liberté de rentrer en la jouissance de toutes lesdites terres en lui retournant et payant la somme de deux cent florins une fois, bien entendu aussi que lesdites dépouilles et advesties dudit troisième tiers de l'année du trépas dudit Philippe père seront et demeureront au profit de ladite Jeanne Leroy ladite et dudit Paul, en payant le rendage et les .. ;auxdits futurs mariants, et dont duquel portement ladite future mariante assistée comme dessus a déclaré et déclare s'en tenir contente et apaisée sans en faire ici plus ample ni particulière déclaration, ayant promis de plus acquitter son dit fils de toutes dettes jusqu'à ce jour. 
 
Et au regard du portement de ladite Marie Thérèse future mariante ledit Philippe son père a promis et promet de lui payer et fournir la somme de six cent florins, à savoir deux cents après le présent mariage consommé, deux autres cents au jour de St Simon St Jude prochain, et les deux autres cents à pareil jour de l'an ensuivant mil six cent quatre vingt et dix. Comme aussi lui donner une vache et l'aménager honnetement à la volonté et discrétion de son dit père, duquel portement, ledit son futur mari aussi à l'assistance qu'il dit est, déclare en etre content sans plus le déclarer ni spécifier. 
 
Ayant au surplus été convenu, accordé et conditionné entres lesdites parties que le survivant des futurs conjoints sera et demeurera aussi bien sans hoirs qu'à hoirs de la présente conjonction en la paisible possession et jouissance de tous les biens meubles et actions mobiliaires que délaissera le prémourant en payant par ledit survivant toutes dettes, obsèques et funérailles dudit prédécédé. 
 
Lequel contrat de mariage et choses dites, lesdites parties respectivement comparantes ont promis et promettent tenir, fournir, payer et accomplir par leur foi et serment, sous l'obligation & sur soixante sols tournois de peine & renonçant &. Fait et passé audit Cambrai par devant le notaire public y résident soussigné en présence des personnes dénommées au préambule aussi requis pour témoins le neuvième jour de février mil six cent quatre vingt neuf. 
 
Suivent les signatures de 
Philippe Depreux 
Philippe Depreux 
Philippe Leduc 
Cocquiau (notaire) 
 
Suit la marque de 
Marie Thérèse Leduc 
 
Et depuis savoir le quatorzième jour desdits mois et an a été consenti, convenu et conditionné entre lesdites parties comparantes que ladite somme de six cent florins, promise pour port de mariage à la dite Marie Thérèse future mariante par ledit Philippe Leduc son père, devra etre payée par icelui audit Philippe Depreux père dudit futur mariant aux jours limités et stipulés au susdit contrat au sujet des avantages faits à son dit fils. Comme aussi que les deux chevaux qui seront trouvés en la maison dudit Depreux père au jour de son trépas, l'un d'iceux devra appartenir audit futur mariant, l'autre audit Paul Depreux son frère également sans autrement y avoir …Fait audit Cambrai par devant ledit notaire soussigné les jour et an prédits 
 
Suivent les signatures de 
Philippe Depreux 
Philippe Depreux 
Philippe Leduc 
Cocquiau (notaire) 
 
Suit la marque de 
Marie Thérèse Leduc 
 
Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.