Formulaire de recherche

Testament de Frédéric CARDON : 20-12-1786 [2E26-539]

Au nom du seigneur. En la présence de maître Nicolas Decroué, prêtre et curé de la paroisse de Cattenières en Cambrésis, fut présent Frédéric Cardon du même lieu, qui malade de corps mais jouissant d'une parfaite présence d'esprit ainsi que nous avons pu voir, a déclaré être sa pleine et dernière volonté les dispositions qui suivent.

1° Ledit Frédéric Cardon a déclaré qu'ayant acheté huit mencaudées de terre avec l'épargne commune de Marie Catherine Cardon et Marie Anne Cardon ses soeurs, elles soient usufruitières d'icelles leur vie durant à l'exclusion des autres.

2° Il entend aussi qu'ayant acheté de la même épargne en trois fois deux mencaudées contigu à sa maison, à la grande rue, et à une mencaudée de la cure, elles en jouissent pareillement.

3° Il atteste de plus que les deux même soeurs seront héritières de tous les biens meubles et effets mobiliers. Or les huit mencaudées du premier article sont en quatre pièces dont la première est de trois mencaudées trois boitellées le long du chemin de Bezin contigu à celles de Benicourt et de Jean Roch Savary. La deuxième est une rasière contigu à trois boitellées de Michel Ségard le ruisseau à travers. La troisième est une autre rasière contigu à une demie mencaudée des hoirs Legrand et Druon Sedent. La quatrième est de cinq boitellées contigu à trois mencaudées d'Antoine Lalin et à cinq autres boitellées dudit testateur.

Telle est pleinement la dernière volonté dudit Frédéric testateur ainsi qu'il nous l'a déclaré en présence de Jean Guislain Herbert et de Jean Baptiste Boulanger témoins à ce requis spécialement et moi pasteur dudit Cattenières soussigné. J'atteste qu'après lui en avoir fait la lecture en présence des deux témoins soussignés, il a répondu nettement que ces présentes dispositions étaient entièrement conformes à sa volonté et qu'il voulait qu'elles soient mises en exécution. En foi de quoi, ne sachant écrire, il a engagé les deux témoins susdits de signer les présentes dispositions au défaut de son incapacité qu'il leur a déclarée. Fait audit Cattenières l'an mil sept cent quatre vingt six le vingt de décembre. Après quoi nous avons signé ainsi que s'en suit. Suivent les signatures de Herbert, Boulanger et Décroué.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.