Formulaire de recherche

Contrat de mariage Thomas VITOUX et Marie Anne VAILLANT : 10.01.1732 [2E26-445]

Du dix de janvier mil sept cent trente deux par devant le notaire royal résident à Cambrai soussigné furent présents Thomas Vitou fils à marier de Guillaume et de feue Jeanne Bastien assisté de Guillaume et de Jean François ses frères d'une part, Marie Anne Vaillant fille à marier naturelle de feu Jean Baptiste Vaillant et de Marie Pillet accompagnée de Jean François Segard son parrain d'autre part et reconnurent lesdites parties que pour parvenir au mariage entre elles pourparler d'avoir convenu de qui suit.
 
Premièrement quand est des biens et portements au mariage du futur époux, il a déclaré qu'il lui appartient trois boitellées de terres labourables situées en une pièce au terroir de Beauvois tenant à trois boitellées de Jean Leducq, à huit mencaudées de Jean Bastien, à demie mencaudée des hoirs de Mathieu Balembois, par en haut à Jean Bastien qui est le portement du futur mariant duquel sa future épouse se contente.
 
Au regard du portement de la future épouse elle a déclaré qu'en conformité de la donation à elle faite par sa feue mère réalisée le vingt trois octobre 1727 il lui compte et appartient une mencaudée deux pintes de terres labourables mainfermes situées en plusieurs pièces au terroir dudit Cattenières. Si comme la première pièce contenant un tiers de demie mencaudée de jardinage amazée tenant de lisière à une rasière d'Adrien Hoez et de bout à la rue menant à la chapelle de Notre Dame. Item un tiers de mencaudée aussi jardinage non amazé tenant de lisière à une mencaudée des enfants de Philippe Hutin, d'autre lisière à demie mencaudée appelée pictage et au warescaix du seigneur. Item sept pintes ou environ de terre labourable tenant de lisière à demie mencaudée appartenant à Antoine Sedent, d'autre lisière à deux mencaudées de François Cardon. Finalement trois pintes à prendre en trois boitellées tenant de lisière à une mencaudée appartenant à Olivier Bricout, d'autre lisière à huit mencaudées occupées par ledit Bricout. De tout quoi elle est en actuelle jouissance de quoi et du surplus son futur mari se contente.
 
Convenu entre les parties qu'à dissolution de ce mariage soit à enfant vivant apparant à naître ou non, le survivant des futurs conjoints sera héritier mobiliaire du décédé et viager des immeubles généralement quelconques en payant toutes dettes et funérailles du décédé. A l'accomplissement desquelles clauses et conditions les parties comparantes ont obligé leurs personnes et bien présents et à venir sur soixante sols tournois de peine & renonçant à choses contraires et comme le futur mariant déclare en son portement qu'il lui compte et appartient trois boitellées de terre labourable ses dits frères pour ceci, présents et comparants, ont dit qu'elle lui sont venues du chef et succession de leur feue mère auxquelles leur dit père n'a aucun droit de propriété ni jouissance. De quoi ils se portent fort, promettant même l'en faire jouir du jour de ses épousailles et en avant à toujours sous les obligations et renonciations avant dites et c'est solidairement l'un pour l'autre et un d'eux seul pour le tout sans division ni ordre de discussion renonçant au bénéfice d'iceux. Passé à Cambrai en présence de Bauduin Queulain et d'Antoine Descaudin témoins à ce requis les jour, an et par devant que dessus.
 
Marque dudit Thomas Vitou, marque de Marie Anne Vaillant, marque d'Alexandre Vitou, marque de Jean François Vitou, Jean François Segard, Queulain, Descaudin et comme notaire Queulain.
Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.