Formulaire de recherche

Contrat de mariage Jean François LESAGE et Marie Anne VAILLANT : 17.01.1731 [2E26-40]

17 janvier 1731
Par devant les notaires royaux résidents à Cambrai soussignés comparurent personnellement Jean François Lesage jeune homme à marier de Jean Baptiste et de défunte Marie Barbe Lévêque, accompagné de son dit père demeurant tous deux au village de Beauvois et de Mathias Lesage son oncle paternel demeurant au village de Fontaine en Beauvois d'une part. Marie Anne Vaillant, jeune fille aussi à marier d'Antoine et de feue Marie Anne Leduc, assistée de son dit père demeurant au village de Reumont et d'Auger Vaillant son oncle paternel demeurant aussi bien que ladite Marie Anne Vaillant au village de Cattenières d'autre part. Lesquelles parties désirant mettre fin et accomplir le mariage entre elles projeté et qui se doit solemniser en face de notre mère Saint Eglise le plus tôt que faire se pourra entre lesdits Jean François Lesage et Marie Anne Vaillant, sont convenus des clauses et conditions matrimoniales suivantes.
 
Premièrement quant au portement de biens dudit Jean François Lesage futur mariant ledit Jean Baptiste Lesage son père lui cède en considération de ce futur mariage la jouissance et usufruit de trois boitellées de terres labourables prises en trois mencaudées et une boitellée de terres tenues en fief de la terre et seigneurie de Walincourt, situées en une pièce au terroir dudit Fontaine, tenant lesdites trois mencaudées et une boitellée tenant à trois autres mencaudées et une boitellée de pareilles terres de Pierre Bricout, à trois mencaudées de Philippe Grière et au chemin menant dudit Fontaine à Cambrai, lesquelles trois boitellées sont prises du côté d'une demie mencaudée dont jouit usufructuairement Pierre Philippe Lesage son frère, bien entendu que la totalité desdites trois mencaudées et une boitellée tenues en fief comme dit est appartiendront en propriété après le décès dudit Jean Baptiste Lesage audit futur mariant comme étant l'aîné de ses frères et soeurs. De plus ledit Jean Baptiste Lesage a promit et s'est obligé de payer et compter en espèces sonnantes audit futur mariant son fils la somme de quatre vingt florins monnaie de Frandres aussitôt ce présent mariage consommé.
 
Et au regard du portement de biens de ladite Marie Anne Vaillant future mariante ledit Antoine Vaillant son père lui donne et cède le viager d'une rasière de terres labourables situées en deux pièces au terroir dudit Cattenières provenant de donation que Jean Vaillant son oncle a fait à ladite future mariante tenant savoir une mencaudée à une autre mencaudée de Philippe Vaillant et une demie mencaudée prise en trois boitellées à l'encontre dudit Philippe Vaillant son oncle tenant à trois boitellées occupées par Jean Hégo et à deux mencaudées de Philippe Drapier mayeur de Cauroir et au chemin menant dudit Cattenières à l'aventure pour par ladite mariante en jouir en toute propriété du jour de ses épousailles. De plus son même père lui rétrocède sous le bon plaisir du vénérable chapitre de St Géry en Cambrai ainsi que les parties ont déclaré à l'un des notaires une rasière de terres aussi labourables prises en cinq mencaudées à l'encontre d'Auger et Philippe Vaillant, tenant lesdites cinq mencaudées sises en une pièce au susdit terroir appartenant audit chapitre, à trois mencaudées de Laurent Farez, à trois autres mencaudées de Jacques Soyez, et à dix huit mencaudées de Jean Baptiste Fievet et au ruisseau, laquelle rasière est prise au long dudit ruisseau du grand côté pour par elle en jouir à titre de rétrocession et d'observer les clauses résultant du bail qu'en a eu ledit Jean Baptiste Vaillant qui étaient ci devant occupeur desdites cinq mencaudées du même jour de ses épousailles. De plus son dit père lui cède et donne la juste moitié d'un jardin et héritage contenant une mencaudée de terres ou environ située en l'enclos dudit Cattenières tenant à une mencaudée de Marie Guilbaut, au jardin d'Antoine Foriere à présent Jacques son fils, et par devant à la rue menant à l'aventure. Lui donne pareillement les bâtiments qui sont érigés sur la prédite moitié de jardin, laquelle est prise de côté de ladite Marie Guilbaut, pour par elle en jouir en toute propriété du jour de la célébration de ce mariage. Finalement ladite future mariante après le décès de son dit père aura et lui appartiendra la moitié d'un jardin et héritage et contenant une boitellée de terres située en l'enclos du village de Ligny, tenant au pré du sieur Ballicque, et au jardin de François Leriche et au cimetière dudit lieu.
 
Desquels portements de bien les parties contractantes ont déclaré de se tenir pour contentes et bien apaisées. A été convenu, stipulé entre les mêmes parties que le survivant des futurs conjoints soit qu'ils aient enfants vivants apparant à naître ou non de cette future conjonction demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles, effets, noms, raisons et actions de la communauté et pour tels réputés et seront les mêmes futurs conjoints viagers respectivement de tous les biens de fond et immeubles tant échus qu'à écheoir, tant fiefs que mainfermes et autres en passant devant ou après la consommation de ce futur mariage tous devoirs de loi requis et nécessaires, et cela à la première demande et réquisistion, attendu que dans lesdits biens de fond et immeubles se trouve quelque bien tenu en fief, payant toutefois les dettes, obsèques et funérailles du prémourant. A l'accomplissement de toutes lesquelles clauses et conditions, les susdites parties ont obligé leurs personnes et biens présents et à venir sur soixante sols tournois de peine & renonçant à choses aux présentes contraires. Fait et passé audit Cambrai le dix sept janvier mil sept cent trente et un.
 
 
Suivent les signatures de Jean François Lesage, Jean Baptiste Lesage, Mathias Lesage, Hubert et Ancelin.
Suivent les marques d'Antoine Vaillant, Auger Vaillant et Marie Anne Vaillant. 
Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.