Formulaire de recherche

Contrat de mariage Philippe LEFEBVRE et MarieThérèse HEGO : 19.02.1727 [2E26-439]

Aujourd'hui dix neuf de février mil sept cent vingt sept par devant le notaire royal résident à Cambray soussigné furent présent Philippe Lefebvre fils à marier de feu Pierre et d'encore vivante Marie Elisabeth Lefebvre demeurant au village de Cagnoncles, accompagné de sa dite mère, de Pierre Joseph Lefebvre son frère, de Pierre Soyer son oncle, de Pierre Lefebvre son oncle maternel et de Jean Baptiste Colleau son beau-frère d'une part Marie Thérèse Hégo fille aussi à marier de Jean et Marie Elisabeth Bricoult demeurant au village de Cattenières, accompagnée de ses dits père et mère, d'Olivier Bricoult son père grand du côté maternel d'autre part, et reconnurent lesdites parties que pour parvenir au mariage entre elle pour parler qui de bref au plaisir de Dieu se fera en face de notre mère la Sainte Eglise si elle y consente et accorde, et avant qu'il y ait aucun engagement entre lesdits Philippe Lefebvre et Marie Thérèse Hégo futurs mariants d'avoir convenu comme s'en suit.
 
Premièrement quant est des biens et portement en ce mariage dudit futur mariant icelle sa mère lui donne acceptant toute une maison, jardin et héritage à usage de brasserie avec tous les ustensiles y servant séante audit Cagnoncles contenant demie mencaudée de terres ou environ tenant d'une part à la rue Caboche, au jardin d'Antoine Bury, et à celui de Pierre François Lefebvre, pour par lui en jouir et sa future épouse sitôt ce mariage consommé, promettant en faire les œuvres de loy nécessaires avant les épousailles, auquel effet et se procurera les décret licence et autorité nécessaires à ce sujet. Item promet le faire agréer par les propriétaires dans le droit d'occupation et jouissance de vingt neuf mencaudées de terres labourables situées en diverses pièces au terroir dudit lieu appartenant à plusieurs particuliers pour par lui en jouir audit titre du jour de ses épousailles en payant les rendages et autres submissions locatives. Item lui donne trois chevaux harnachés, chariot, herche, arnats et autres ustensiles de labour, pailles, fourrages et avoines qui sont existant en ladite maison, tous les tonneaux qu'elle a à elle appartenant à la réserve de quatre à son choix qu'elle se réserve. Item promet nourrir les futurs conjoints chez elle jusqu'à l'août prochain comme ses autres enfants. Item déclare qu'après son décès et trépas il appartiendra audit futur mariant son fils quatre mencaudées de terres tenues en un seul fief de la Seigneurie de Lamby situées en deux pièces au terroir dudit lieu, si comme trois mencaudées tenantes à six mencaudées et à quatre mencaudées de messieurs de St Géry et à quatre mencaudées occupées par Jacques Leduc, et l'autre mencaudée tenante à huit mencaudées desdits seigneurs de St Géry, à une mencaudée de Pierre François Lefebvre, et à une mencaudée desdits Seigneurs de St Géry occupée par Antoine Bury. Finalement déclare de décharger ledit futur mariant son fils de toutes dettes jusqu'au jour de ses épousailles, au moyen de quoi le futur mariant promet de labourer de toute … au profit de sa dite mère pendant sa vie tous les biens de fond qu'elle a en sa possession et qu'elle jouit par ses mains, charrier les dépouilles et fumiers ainsi que ses chauffages, en fournissant par elle les semences nécessaires et payer les dépens qu'il serait obligé de faire en lui allant quérir ses chauffages, ce faisant il profitera et sa future épouse de la moitié des ..desdits biens de fond et elle lui fournira un cent de jarbées par chacun an, bien entendu que les futurs conjoints ne seront obligés de labourer que les terres de fond desquelles elle jouira par ses mains et non par d'autres, sinon qu'arrivant la mort d'icelle par avant Marie Angélique sa fille, il sera et sa future épouse obligés de labourer de toute….les terres de fond de sa dite sœur pendant la vie d'icelle aux conditions avant marquées et à proportion de la quantité de terres qu'elle aura vendue la moitié des …tant en grain qu'en paille, et la moitié des jarbées battus qui proviendront des dépouilles de saison, cependant il sera libre à ladite Marie Elisabeth Lefebvre de changer les dispositions ci-dessus pour ce qui regarde les labours de ses terres et de sa dite fille.Parmi tout quoi le même futur mariant n'aura aucune part dans la succession mobiliaire de ses père et mère qui appartiendra à celui ou ceux au profit desquels la mère voudra disposer, il n'aura aussi aucun droit à deux mandées de terres fiefs …de la baronnie d'Esne dont l'une appartiendra à Pierre Joseph et l'autre à la prédite Marie Angélique Lefebvre, non plus qu'aux terres mainfermes de ses dits père et mère qui seront partagés entre ses frères et sœurs qui est le portement du même futur mariant duquel sa future épouse se contente. 
 
Et au regard de la même future mariante iceux ses père et mère, ladite femme de son mari autorisée promettent lui fournir et compter la somme de six cent florins monnaie de Flandres en avancement de succession dont trois cent seront fournis à ladite Marie Elisabeth Lefebvre en considération des donations et avantages par elle faites au futur mariant son fils, savoir deux cent florins sitôt ce mariage consommé, et cent florins aux Pâques prochaines, les autres trois cent florins seront fournis aux futurs conjoints savoir cinquante florins aussitôt ce mariage consommé, autres cinquante florins au jour de la Toussaint prochain, et les autres deux cent florins en dedans deux ans, date des présentes, au moyen de quoi elle renonce du gré et consentement de son futur mari à la succession mobiliaire de ses père et mère aussi bien qu'aux immeubles qu'ils possèdent actuellementde sorte que des immeubles, meubles et effets mobilaires qui pourront leur venir par donation, acquisition, succession ou autrement, elle y aura part comme ses frères et sœurs et pour faire valider la susdite renonciation aux immeubles elle en fera avec son futur mari au besoin les œuvres de loi avant le dernier paiement de la prédite somme de six cent florins.Finalement aménageront leur dite fille à leur volonté qui est le portement de la même future épouse duquel son futur mari se contente.
 
Convenu entre les parties qu'à dissolution de ce mariage soit à enfant ou non le survivant sera et demeurera héritier mobiliaire du décédé en outre le viager des immeubles généralement quelconques échus et à échoir du prémourant de telles natures qu'ils soient et ou il puissent être situées et assis promettant d'en faire les œuvres de loi nécessaires devant ou après leurs épousailles.  A quoi faire et accomplir les parties comparantes ont obligé leurs personnes et biens présents et advenir sur soixante sols tournois de peines en renonçant à toutes choses contraires notamment ladite Bricoult au droit du senatus à elle expliqué. Passé à Cambray les jour et an susdits en présence des amis non intéressés et de Bauduin Queulain témoins à ce requis …signés Philippe Febvre, marque de ladite Marie Thérèse Hégo, marque de ladite Marie Elisabeth Lefebvre, marque de Pierre Soyer, Pierre Lefebvre, Pierre Lefebvre oncle, Jean Baptiste Colaux, Jean Hégo, marque de ladite Marie Elisabeth Bricoult, marque dudit Olivier Bricoult, B.Queulain et comme notaire A.Queulain avec paraphe.
Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.