Formulaire de recherche

Contrat de mariage Claude CARDON et Marie Marthe LEFEBVRE : 03.11.1714 [2E26-431]

Du trois de novembre mil sept cent quatorze par devant le notaire royal résident à Cambray soussigné furent présent Claude Cardon fils à marier de Philippe et de feue Margueritte Forière demeurant à Cattenières accompagné de son père, de François Cardon son frère et d'Antoine Bardou son beau-fils-frère d'une part, Marie Marthe Lefebvre fille à marier de Nicolas et de feue Catherine Villain demeurante au village d'Esne assistée de son père, d'André Lefebvre son frère, de Jean Clais son beau-frère et de Toussaint Bricoult son oncle allié d'autre part, et reconnurent lesdites parties que pour parvenir au mariage entre eux pour parler qui de bref au plaisir de Dieu se fera en face de notre mère la Ste Eglise si elle y consente et accorde et avant qu'il y ait aucun engagement entre lesdits Claude Cardon et Marie Marthe Lefebvre futurs mariants d'avoir convenu comme s'en suit.
 
Premièrement quand est des biens et portement en ce mariage dudit futur mariant icelui son père lui donne et rétrocède le droit de bail de trente mencaudées à la solle de terres labourables qu'il tient de plusieurs particuliers, savoir trente mencaudées en plusieurs pièces appartenant au marché du Fresnoy des abouts et tenants le futur mariant en a parfaite connaissance sans qu'il soit besoin d'en faire ici aucune déclaration. Item seize mendées appartenant à l'Eglise de la Magdeleine en plusieurs pièces. Item seize mendées appartenant à Elisabeth Rosel demeurante à Cambray. Item trois mendées et demi de …la veuve Pierre Francqueville demeurante audit Cambray. Item trois mendées et demi du sieur Lepoivre demeurant audit Cambray. Item trois mendées des pauvres dudit Cattenières. Item quatre mendées de l'Eglise dudit lieu. Item neuf boistellées desdits pauvres, dans lesquelles trente mencaudées de terres à solle sont comprises quatorze mendées en plusieurs qui appartiennent audit Philippe Cardon père, lequel en cède la jouissance pendant sa vie au futur mariant son fils acceptant pour après son décès icelles quatorze mencaudées de terres appartenir en toute propriété aux enfants dudit Philippe Cardon conformément au testament conjonctif avec Margueritte Forrière sa femme et au contrat de mariage de Michel Foullon et Marie Louise Cardon, fille dudit Philippe et d'icelle Forière suivant lesquels testament et contrat de mariage, il appartient audit futur mariant il appartient huit mencaudées desdites quatorze, dans lesquelles terres tant de cense que de fond ledit Phiippe Cardon père retient la jouissance de quatre mendées de terres à la solle qu'il choisira une fois seulement dans lesdites terres excepté dans deux mencaudées qui appartiennent à ladite Marie Louise Cardon conformément à son dit contrat de mariage, lesquelles quatre mendées de terres à la solle les futurs mariants devront labourer de toutes royes au profit dudit Philippe Cardon qui fournira les semences nécessaires tant pour saison que pour mars, sans pouvoir prétendre par les mêmes futurs mariants aucuns salaires ni paiements des labeurs desdites terres desquelles ledit Cardon père jouira pendant sa vie sans en payer aucun rendage soit qu'il les prenne dans celles de cense ou dans les terres de fond et sera quitte en payant seulement les tailles et impositions mises et à mettre en considération ledit Philippe Cardon laissera suivre à iceux futurs mariants la moitié des dépouilles à mars desdites quatre mencaudées à la solle et fournira aussi la moitié des semences de mars nécessaires à l'encontre desdits futurs mariants. De plus icelui Philippe Cardon se retient la jouissance aussi pendant sa vie d'une chambre tenant à la rue, de la brasserie avec les ustensiles y servant ainsi qu'elle se consiste, d'une étable contigu de ladite brasserie, d'une place suffisante dans la grange pour y mettre les dépouilles des terres réservées et d'un tiers dudit jardin non amazé excepté cependant les deux tiers des profits de ladite brasserie qui resteront au profit des futurs mariants bien entendu néanmoins que si ledit Philippe Cardon trouve à propos de vivre en communauté avec lesdits futurs mariants iceux jouiront de tout ce qu'il a réservé ci-dessus pour le temps seulement qu'ils seront en communauté. Item ledit Cardon père donne et cède au futur mariant son fils trois chevaux harnachés, deux vaches, chariots, herches, harnats, et autres ustensiles de labour, pailles fourrages battus et à battre avec les avoines battues et non battues excepté six mencauds de poix dans laquelle donation il entend comprendre la susdite maison et héritage aux réserves avant dites, ledit Philippe Cardon promet fournir encore aux futurs mariants les blés qui leur seront nécessaires pour leur nourriture et celle de leurs domestiques jusqu'à l'août prochain et décharge son dit fils de toutes dettes jusqu'au jour de ses épousailles et lui laissera suivre les meubles meublants la maison excepté les pièces nécessaires pour tenir ménage au cas qu'il ne voudrait pas vivre en communauté avec les futurs mariants qui ne seront point aussi obligé au paiement des rendages à échoir au jour de la St André prochain, lesquels rendages seront payés par ledit Philippe Cardon père qui est le portement dudit futur mariant dont la future mariante et ses assistants se sont contentés et apaisés. 
 
Et au regard du portement de ladite Marie Marthe Lefebvre, future mariante, icelui Nicolas son père promet fournir et compter sitôt ce mariage consommé la somme de treize cents florins monnaie de Flandres, savoir onze cents florins audit Philippe Cardon acceptant en considération des donations et rétrocessions faites par ce présent contrat audit Claude son fils et les deux autres cents florins auxdits futurs mariants, au moyen de quoi la même future mariante du gré et consentement de son futur époux a renoncé et renonce au profit de son dit père acceptant à telles parties et droits qu'elle avait et pouvait avoir et prétendre dans les biens de fond tant patrimoine que d'acquet de ses dits père et mère pour par icelui son père en faire et disposer à sa volonté et au cas de non disposition compter et appartenir à Pierre et Jeanne Catherine Lefebvre ses enfants à partager entre eux deux également à l'exclusion de tous autres. De plus promet fournir et donner à sa dite fille pour son entrée en ménage à choisir dans son étable une vache et un veau à prendre au choix de la future mariante dans ceux qui se trouvent appartenir audit Nicolas Lefebvre qui est tout le portement de la même future mariante duquel son futur époux se contente.
 
Convenu entre les parties qu'à dissolution de ce mariage soit à enfant ou non le survivant desdits futurs mariants demeurera seul et paisible et propriétaire de tous les biens meubles, effets mobiliaires et pour tels réputés que délaissera le prémourant en payant toutes dettes et funérailles du décédé, et pour le bon amour et affection que le futur mariant a pour sa future épouse il lui donne acceptante du gré et consentement de son dit père et de ses autres assistants, la propriété de deux mendées de terres à prendre dans les huit reprises dans le portement dudit futur mariant pour par elle au cas de survivance de son futur mari et de non enfant de ce mariage en faire et disposer à sa volonté et au cas de non disposition valable lesdites deux mencaudées de terres appartiendront aux héritiers plus proches dudit futur mariant lequel donne encore a sa future épouse du gré et consentement que dessus la jouissance et usufruit des six autres mencaudées restantes desdites huit dans laquelle est comprises la susdite maison et héritage mentionnée au portement dudit futur mariant et aux conditions ici exprimées pour validité desquelles donations tant de propriété que d'usufruit, il en fera les œuvres de loi requis et nécessaires devant ou après leurs épousailles. 
A l'accomplissement desquelles clauses et conditions les parties comparantes ont obligé leurs personnes et biens présents et advenir sur soixante sols tournois de peine en renonçant à choses contraires ainsi fait et passé audit Cambray les jour et an et par devant que dessus en présence des parents et amis non intéressés dénommés au préambule et de Jean Baptiste Lemaire praticien audit Cambray témoin pour ce requis et appelé signés Claude Cardon , marque de ladite Marie Marthe Lefebvre, Philippe Cardon, marque dudit Nicolas Lefebvre, François Cardon, Antoine Bardoux, André Lefebvre, J.Clais, Toussaint Bricoult, J.B Lemaire et A.Queulain noté avec paraphe. 
Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.