Formulaire de recherche

Contrat de mariage Philippe HUTIN et Jeanne LEFEBVRE : 21.04.1708 [2E26-428]

Comparurent personnellement Philippe Hutin fils à marier de feu x Jean et Michelle Cottiau demeurant à Cattenières accompagné d'André Cottiau censier des Coquelets et Philipe Hustin mayeur dudit Cattenières ses tuteurs ce jourd'hui commis et établis par les baillis et hommes de fief du chapitre de Notre Dame par acte à nous apparu, accompagné aussi de Michel Beauvillain son beau-frère d'une part, Jeanne Lefebvre fille à marier de Philippe demeurant à Forenville et de feue François Louise Pio, d'icelui son père assistée d'autre part et reconnurent iceux tuteurs ensuite de l'autorisation à eux donné par lesdits baillis et hommes de fief que pour parvenir au mariage entre eux pourparler qui de bref se fera si notre mère la sainte Eglise y consente et accorde entre lesdits Philippe Hustin et Jeanne Lefebvre et avant qu'il y ait aucun engagement entre eux d'avoir convenus sous les devises et conditions suivantes 
 
Premièrement quant est des biens et portements dudit Philippe Hutin, futur mariant, il a déclaré avec ses dits tuteurs qu'ensuite du testament dudit Jean Hustin son père il lui appartient les meubles et effets mobiliaires par lui délaissé à son trépas, les droits de marchés .. et moulins et généralement touts les effets de nature mobiliaire icelui testament passé par devant maître Balthazard .. prêtre et curé dudit Cattenières à charge de payer à ses frères et sœurs les frais y spécifier et satisfaire au surplus aux conditions reprises audit testament au compte desquelles sommes il y a déjà payé à Marie Thérèse Hutin sa sœur la somme de seize cent florins qu'il lui revenait par ledit testament et dont il en a quittance et décharge valable connues aux parties. Déclare au surplus ledit Philippe et ses dits tuteurs qu'il lui appartient diverses parties de terres tant fiefs que mainfermes reprises au partage fait cejourd'hui entre lui et ses dits frères et sœurs et entre autre deux mencaudées de fiefs tenu du comte de Cambrésis séant audit Cattenières tenant à quatre mencaudées de Philippe Hustin, à deux mendées de Servais Bricout au warescaix et à sept mencaudées d'Antoine Lengrand duquel fief le futur mariant jointement ses dits tuteurs en font donation à la dite future mariante acceptante pour la propriété à la charge de l'usufruit que le même futur mariant s'est réservé en icelui sa vie durant et dont il en sera fait les devoirs de loi requis et nécessaires et sur lequel fief il y bâtira une maison et autres édifices pour y faire sa demeure. Déclare encore ledit futur mariant d'avoir part égale avec ses frères et sœurs sur le moulin de Cattenières et Chantemerle dont et duquel portement la future mariante a déclaré s'en tenir comme elle se tient pour contente et apaisée. 
 
Et au regard du portement d'icelle ledit Philippe Lefebvre son père a promis et promet par ceste de lui compter et fournir en avancement d'icelui la somme de seize cent florins monnaie de Flandres , savoir le tiers de ladite somme aussitôt le mariage consommé, un autre tiers un après dudit jour et le dernier tiers un an en suivant encore à pareil jour que l'on dira l'année mil sept cent dix et par-dessus se promet de lui compter et fournir présentement pour son aménagement la somme de cent vingt florins qui est son portement dont et de quoi le futur mariant et tuteurs s'en sont tenus pour contents et apaisés .
 
Ce fait a été conditionné qu'arrivant la mort du futur mariant avant la future épouse soit qu'il y ait enfant vivant apparent à naître ou non, icelle aura la liberté de se tenir à l'hérédité mobiliaire de son mari ou la répudier si bon lui semble pour au cas de répudiation remporter franchement sans aucune charge des dettes services ni funérailles d'icelui son portement ci-dessus, ses habits linges bagues et joyaux qui auront servi à ses corps et chef le tout à prendre et avoir sur les plus clairs et apparents biens qu'il délaissera à son trépas. Et au cas que lors il n'y ait aucun bâtiment fait et construit sur lesdites deux mencaudées de terres fiefs ci-dessus nommés à la future mariante icelle remportera et prendra encore sur les plus clairs biens de son mari la somme huit cent florins pour amendement de mariage et au lieu de douaire. Et au cas contraire arrivant le décès de la future mariante avant son futur mari soit à enfant ou non enfant, icelui sera et demeurera seul et paisible en tous biens meubles et effets mobiliaires de leur communauté en payant toutes dettes services et funérailles d'icelle sauf qu'au cas de non enfant ledit futur mariant sera tenu de retourner aux plus proches héritiers d'icelle les meilleures pièces d'habits qu'elle délaissera à son trépas. A l'accomplissement et entièrement desquelles clauses et conditions ci-dessus les parties ont obligé et obligent en leur égard leurs personnes et biens présents et à venir sur soixante sols tournois de peine & renonçant à toutes choses contraires. Fait et passé à Cambrai le vingt un d'avril mil sept cent huit et ont signé Philippe Lefebvre André Cotteau Philippe Hustin, B.Watier notaire et F.Cuissette aussi notaire aux paraphes il est ainsi tenu. 
 
Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.