Formulaire de recherche

Contrat de mariage Michel BEAUVILLAIN et Marie Thérèse HUTIN : 29.10.1706 [2E26-401]

Sont comparus personnellement Michel Beauvillain jeune homme à marier de feu Michel et Jeanne Gosselin accompagné de sa dite mère de André Beauvillain son frère Rock Doffelin son cousin et Pierre Drapier son cousin par alliance tous censiers demeurant à Awoingt à la réserve dudit Drapier demeurant à Cauroir d'une part, Marie Thérèse Hustin fille à marier des feux Jean et de Marie Michelle Costrau accompagnée de Philippe Hustin son frère de Jean et André Costrau ses deux oncles de Jean Antoine Mailly son oncle par alliance et de Philippe Hustin son cousin ladite Marie Thérèse Hustin demeurant à Cattenières d'autre part et reconnurent que pour parvenir au mariage pourparlé qui au plaisir de Dieu se fera et se solemnisera en face de notre mère la sainte Eglise si elle y assent entre ledit Michel Beauvillain et Marie Thérèse Hustin avoir fait les devises promesses et conditions ci-après déclarées. 
 
Premièrement quand est des biens et portement de mariage dudit futur mariant Jeanne Gosselin sa mère lui a donné et cédé le droit de ferme et marché de cent mencaudées de terre à la solle qu'elle tient tant de l'abbaye du Vivier d'Arras que de l'abbaye de St André au Cateau ensemble les droits de dîme et terrage situés au terroir d'Awoingt et les dépendances desdits dîmes et terrages s'étendant aussi sur Cauroir, Estourmel, Wambay et Forenville. Item sa dite mère lui a cédé et cède neuf chevaux, quatre vaches et les ensuivant ses moutons brebis et autres bestiaux qu'elle a en sa possession, tous ses blés verts et secs et autres graines généralement tous ses ustensiles chariots servant à la labeur aussi ses meubles meublants pour jouir de ce que dessus par le futur mariant sitôt son mariage consommé à condition qu'il sera obligé de payer les rendages courants et échéant au jour de St André prochain mil sept cent six desdits cent mencaudées de terres dîmes et terrages conformément aux baux et acquitter toutes les charges mentionnées pour l'an courant et payer les salaires et leur…au charron, maréchal et gorlier d'icelui an courant et demeureront les labeurs voitures et autres choses par eux faits et argent et autres choses à eux donner au profit dudit mariant. Item ladite Gosselin a promis et promet de rendre son dit fils et futur mariant net des dettes jusqu'au jour de ses épousailles. Est conditionné que ledit futur mariant sera obligé de labourer à ses frais et dépens le nombre de cinq mencaudées de terres à la solle par chacun an au profit de sa dite mère sa vie durant dont quatre mencaudées à la solle présent dans ledit marché et une à la solle du patrimoine à charge et condition que ladite mère sera obligé de les ensemencer et payer pour lesdits quatre mencaudées au rendage proportionné à celui du marché pour toutes les terres et acquittera aussi les autres charges à proportion. La déclaration des quatre mencaudées à la solle que jouira comme dessus ladite Gosselin s'en suit savoir cinq mencaudées tenantes à trois mencaudées occupées par Baptiste Maison et à huit mendées occupée par censier de Liguié. Item quatre mencaudées tenantes aux terres de Madame de Chantemerle et au chemin qui mène dudit Awoingt au blocquet. Et finalement trois mencaudées tenantes à cinq mendées de l'abbaye d'Hasnon et à trois mendées de ladite abbaye. A cause du transport et cession ci-dessus en l'avancement dudit mariant icelui a promis et promet payer à ladite Gosselin sa mère la somme de deux mille florins monnaie de Flandres payable en trois fois, savoir mille florins sitôt son mariage consommé, cinq cent florins d'huy en un an et les autres cinq cents florins au jour de St Simon St Jude mil sept cent huit duquel portement de mariage ladite future mariante assistée comme dessus s'en est tenue pour contente et apaisée sans qu'il soit besoin en faire autres déclarations. 
 
Et venant au portement de mariage de ladite Marie Thérèse Hustin icelle a déclaré qu'elle a à elle appartenant la somme de seize cents florins de la dite monnaie portée au testament de feu son père pour en jouir sitôt son mariage consommé et que lesdits Jean et André Michel Costrau ses deux oncles et Philippes Hustin son frère et Philippe Hustin son cousin ont promis et promettent lui faire valoir solidairement sans division ni discussion duquel portement de mariage ledit future mariant assisté comme dessus s'en est tenu pour content et apaisé sans qu'il soit besoin en faire autres déclarations. A été conditionné que lesdits futurs mariants seront obligés de faire bâtir deux places sur le jardin de leur demeure sa vie durant avec un peu de jardin contenant une boistellée. 
 
A été conditionné entre les parties qu'à dissolution de cette future conjonction à hoirs ou sans hoirs le survivant d'eux deux sera et demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles nom raison et actions mobiliaires du prédécédé à charge de payer les dettes obsèques services et funérailles d'icelui. Tout lequel traité de mariage lesdits comparants contractants ont respectivement promis tenir entretenir et accomplir par leur foi et serment sous l'obligation de leurs personnes et biens présents et futurs sur soixante sols tournois de peine à donner en renonçant à choses contraires notamment ladite femme au droit de senatus consul Velleyen et à l'authentique si qua mulier à elle donné à entendre. Fait et passé à Cambray par devant le notaire royal y résident soussigné avec les parties le vingt neuf octobre mil sept cent six en présence des parents dénommés au préambule de ceste comme témoins à ce requis. 
 
Suivent les signatures de 
 
Michel Beauvillain 
Mary Thérèse Hutin 
Jenne Gosselin 
André Beauvilain 
Roch Dofflin 
Pierre Drapier 
Philippe Hutin 
Jean Cotteau 
André Michel Cotteau 
Jean A Mailly 
Philippe Hustin 
G.De Troye (notaire) 
 
Par devant lequel notaire sont comparus lesdits Michel Beauvillain et Marie Thérèse Hustin sa femme en la compagnie de Jeanne Gosselin leur mère lesquels ont confessé et reconnu avoir eu et reçu de Philippe Hustin leur frère la somme de seize cents florins monnaie de Flandres qui sont les deniers portés au testament de leur père Jean Hutin et déclarés au port de maraige de ladite Marie Thérèse ci-dessus dont ils se tiennent quitte et tous autres faisant Cambray le seize de novembre mil sept cent six 
 
Suivent les signatures de 
Michel Beauvillain 
Mary Thérèse Hutin 
Jenne Gosselin 
G.De Troye (notaire) 
 
Comparurent personnellement Michel Beauvillain et Marie Thérèse Hutin demeurant l'un à Awoingt l'autre à Cattenières lesquels en considération de l'avantage que Jeanne Gosselin mère d'icelui comparant leur a fait en leur contrat de mariage ils se sont obligés et s'obligent ont promis et promettent solidairement de nourrir et entretenir comme il appartient Félix et Olivier Beauvillain frères audit Michel suivant leur état et ce pendant le temps qu'ils étudieront aux humanités à Cambray à la philosophie et théologie à Douay voulant que le présent soit joint avec leur contrat de mariage laquelle obligation et promesse ils ont promis tenir et entretenir et accomplir par leur foi et serment sous l'obligation de leurs personnes et biens présents et futurs sur soixante sols de peine à donner en renonçant à choses contraires. Fait et passé à Cambray par devant les notaires royaux y résident soussignés le trois de novembre mil sept cent six. Ce ayant été accepté par ladite Gosselin présente à la passation de ceste. 
 
Suivent les signatures de 
Michel Beauvillain 
Mary Thérèse Hutin 
Wattier (notaire) 
G.De Troye (notaire) 
 
Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.