Formulaire de recherche

Contrat de mariage Martin LECRU et Marie Elisabeth MOREAU : 13.04.1700 [2E26-422]

Comparurent personnellement Martin Lecru relict de Claire Dehon demeurant en cette ville de Cambray assisté de Jean Lecru son frère et d'Henri Quéant son beau-oncle de François Dehon son beau-frère d'une part, Marie Elisabeth Moreau fille à marier d'Estienne et Anne Marie Ronnel ..demeurant à Cattenières demeurant présentement en cette ville accompagnée de Philippe Ruffin son frère par alliance de Jacques Daix du village de Cattenières aussi son frère allié et de Martin Foulon et Jean Baptiste Dislers ses tuteurs d'autre part et reconnurent que pour parvenir au traité de mariage entre eux pourparlé qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en la face de notre mère la Sainte église si elle y consente et accorde et avant qu'il y ait aucuns liens d'entre eux d'avoir convenu et traité comme s'en suit. 
 
Premièrement quant est des biens et portements des futurs mariants ils ont réciproquement déclaré en être apaisés sans en faire autre et plus particulière déclaration, pouvant porter le tout environ cinq cent livres artois, et cela étant du portement de la future mariante et au regard du futur mariant il ne porte aucun or ni argent selon qu'il a déclaré. Ce fait pour le bon amour et affection que le futur mariant a et porte à sa future épouse, en cas qu'il vienne à la prédécéder elle sera et demeurera seule et paisible propriétairesse de tous les biens meubles et actions mobiliaires qu'il délaissera en payant par elle à Bernard et Marie Claire Lecru enfants en bas âge que le futur mariant a retenu de sa première conjonction pour fourmoture dont ils seront héritiers l'un de l'autre à chacun la somme de cinquante florins Flandres à leur payer et fournir lorsqu'ils auront atteint l'âge de quinze ans jusqu'auquel temps elle sera obligée de les nourrir et entretenir et les faire instruire en la foi catholique, apostolique et romaine en rendant leurs peines et travaux à son profit. Et par fait contraire arrivant la mort de la future mariante avant son futur mari icelui sera et demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles et réputés de nature mobiliaire qu'elle délaissera en payant toutes dettes, obsèques, services et funérailles d'elle décédée.
 
Convenu davantage qu'audit cas de mort du futur mariant avant sa future épouse icelle pourra prendre et avoir si bon lui semble sur les plus clairs et apparants bien qu'il délaissera la somme de huit cents florins qu'il lui assigne pour douaire préfix et conventionnel, laquelle somme elle lèvera sans aucune charge des dettes ni fourmoture ci-dessus, ainsi seulement sera obligée de nourrir et entretenir lesdits enfants jusqu'audit âge de quinze ans et cela en cas qu'elle ne trouve bon de se tenir à l'hérédité mobiliaire de son futur mari. De quoi faire elle aura le choix ou de se tenir aux meubles ou autrement à prendre et ..ladite somme sur iceux préférablement à toutes dettes. A l'accomplissement de ce que dessus les parties ont obligé leurs personnes et biens présents et advenir sur soixante sols tournois de peine & renonçant à toutes choses contraires aux présentes qui furent ainsi faites et passées à Cambray par devant le notaire royal y résident soussigné le treize d'avril mil sept cent présents les parents dénommés au préambule et ont signé marque de Martin Lecru, marque de Marie Elisabeth Moreau, Henry Quean, Jean François Dehon, Jacques Desse, Martin Foulon, Jean Batis Dislers et Cuissette notaire royal avec paraphe. 
Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.