Formulaire de recherche

Bail au profit d'Antoine HEGO : 11-07-1755 [3H540-20]

Aujourd’hui onze du mois de juillet mil sept cent cinquante cinq, par devant le notaire royal résident à Cambrai soussigné, est comparu Révérend père en Dieu Dom Jean Baptiste Lefebvre, abbé par la permission divine de la maison et abbaye de St Sépulchre en cette ville de Cambrai, lequel reconnut d’avoir rendu et accordé à titre de bail et cense à Antoine Hégo, censier demeurant au village de Cattenières, présent, acceptant et promettant tenir audit titre le nombre de dix mencaudées de terres labourables au terroir de Cattenières en plusieurs pièces.

Savoir, la première pièce contenant trois mencaudées tenant à trois mencaudées de l’abbaye de Fontenelle et à sept boitellées des pauvres de Cattenières. Item, cinq mencaudées tenant à cinq mencaudées de l’abbaye de Fontenelle, à deux mencaudées du Chapitre. Finalement, deux mencaudées ou environ et une pinte tenant au chemin qui mène à Cambrai et à trois mencaudées de Ste Croix, ainsi que lesdites terres se comportent et extendent sans réservation.

Pour par le même preneur en jouir, user et posséder le terme et espace de neuf ans consécutifs et suivant l’un l’autre. Parmi et moyennant qu’il a promis d’en rendre et payer par chaque année tant à vuid qu’à charge le nombre et quantité de douze mencauds de blé et pour les royaumes quarante patars, ledit blé bon, sec et léal grain, bien appointé de flayel et de van tel qu’à bonne cense appartient, rendu et livré en cette ville de Cambrai au pied des greniers de la même abbaye et dont le rendage pour la première année écherra à la St André mil sept cent cinquante six pour ainsi continuer de payer d’an en an le présent bail de neuf ans durant. A charge de par le même preneur de bien et dûment labourer, fumer, cultiver et amender lesdites terres sans les déroyer, refroisser ni laisser en rietz, les acquitter de toutes redevances anciennes et foncières, taille, gabelle, vingtième, dixième denier, demie, tiers et quart, et généralement de toutes autres impositions quelconques mises et à mettre sans diminution dudit rendage annuel et ne les pouvoir mettre en autrui, ne soit du gré et consentement du même seigneur abbé bailleur, que les parties ont promis tenir, faire jouir, payer et accomplir sous l’obligation de leurs personnes et biens, terres et héritages présents et à venir sur soixante sols tournois de peine & renonçant à choses contraires. Passé à Cambrai les jour et an susdits en présence de Charles Rudant et de Jean Baptiste Herdhuin domestiques de la même abbaye, témoins à ce requis.

 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.