Formulaire de recherche

Bail au profit d'Antoine HEGO : 16-11-1764 [3H540-23]

Par devant les notaire et témoins résidents à Cambrai soussignés, fut présent Dom Paul Limal, abbé de la maison et abbaye de St Sépulchre, lequel reconnut d’avoir accordé à titre de bail et cense à Antoine Hégo, fermier demeurant à Cattenières, présent, acceptant et promettant tenir audit titre dix mencaudées de terres labourables au terroir dudit lieu.

Savoir trois mencaudées prises en douze à l’encontre de François Leduc pour six mencaudées et Philippe Forriere pour les trois autres mencaudées, lesdites trois mencaudées à prendre du côté des sept boitellées des pauvres de Cattenières, ladite pièce désignée au plan lettré T et d’autre part à deux mencaudées de Monsieur Imbert.

Item, cinq mencaudées tenant du midi à trois mencaudées de Maximilien Hégo, de bise à cinq mencaudées de Fontenelle et d’Orient à cinq boitellées de la cure de Cattenières, au plan lettre N.

Finalement deux mencaudées prises en huit à l’encontre de François Leduc pour quatre et Forriere pour les deux autres, à prendre du côté du chemin de Cattenières à Cambrai, ladite pièce au plan lettre F tenant à cinq mencaudées de Notre Dame et aussi du midi, d’occident à trois mencaudées de Ste Croix et de bise audit chemin de Cambrai à Cattenières, le chemin de Wambaix à Cattenières en passant à travers. Ainsi que lesdites terres se comportent et extendent sans autrement les livrer par corde ni mesure.

Pour par le preneur, sa femme, hoirs ou ayant cause en jouir et profiter le terme de neuf années consécutives. Parmi et moyennant qu’il a promis et s’est obligé d’en rendre et payer par chacun an, tant à vuid qu’à charge, le nombre de douze mencauds de blé et quarante cinq patars pour royaume des religieux. Ledit blé, bon sec et léal, bien appointé de flayel et de van tel qu’à bonne cense appartient et qu’à deux patars près du meilleur prix de cette ville, du et livré dans les greniers de ladite abbaye, mesure d’icelle aux dépens du preneur, dont la première année du rendage sera et écherra au jour de St André de l’année mil sept cent soixante cinq et ainsi continuer de payer d’an en an à pareil jour le cours du présent bail durant. A charge par ledit preneur de bien et dûment labourer, fumer, cultiver et amender lesdites terres qui sont exemptes de dîme, en acquitter et décharger de toutes redevances anciennes et foncières, tailles, gabelles, vingtième, double et triple vingtième deniers et de toutes autres impositions généralement quelconques mises ou à mettre comme faisant partie du rendage du présent bail. Le droit duquel ne pourra être mis en d’autres mains ne soit du gré et consentement dudit seigneur abbé bailleur, à peine de privation si bon lui semble.

A quoi faire ce accomplir lesdites parties ont obligé, savoir, ledit seigneur bailleur les biens de ladite abbaye et le preneur sa personne et biens présents et futurs sur soixante sols tournois de peine à donner & renonçant à choses contraires. Le présent bail étant es mains dudit seigneur bailleur du consentement du preneur pour la décharge du notaire. Fait et passé à Cambrai en présence de Jean Baptiste Hardhuin et Fidèle Dutiège demeurant en cette ville, témoins pour ce requis le dix sept novembre dito le seize mil sept cent soixante quatre.

 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.