Formulaire de recherche

Contrat de mariage Jean Joseph FURGEROT et Marie Claire BLAS : 19-07-1755 [J1366-89]

Par devant le notaire royal et hommes de fief de Hainaut, de la résidence d’Haussy, soussignés, fut fait, traité, conclu et arrêté le mariage d’entre Jean Joseph Furgero, garçon à marier, cordonnier de profession, demeurant à Dehéries en Cambrésis, assisté d’André Furgero veuf de Marie Anne Hutin, son père, et d’Anne Jeanne Comien demeurant à Clary, sa belle-tante, et encore Jean Philippe Furgero son frère d’une part, et Marie Claire Blas, fille à marier demeurant à Solesmes, accompagnée de Pierre Blas et Marie Jeanne Leclercq, conjoints, ses père et mère, d’autre part, le tout sous les clauses, devises et conditions suivantes.

Premièrement, pour port de mariage dudit Jean Joseph Furgero, ledit son père, du gré et consentement de ses dits assistants, lui donne en avancement de mariage, une mencaudée de terre labourable mainferme située au terroir dudit Dehéries, tenant aux terres du seigneur du lieu au restant de la pièce et jardin dudit père, aussi bien qu’aux rue et chemin y aboutissant, pour en jouir tout prestement à bon compte et à tant moins de sa part. Item cède audit son fils, aussi bien que sa dite future épouse, leur demeure paisible dans la moitié de sa maison et édifices, domicilié, pour en jouir prestement seulement par la vie durant dudit père, pour après son trépas, revenir en partage avec ses cohéritiers, par condition expresse et pour le surplus apaisé.

Et venant au port de mariage de ladite Marie Claire Blas, lesdits conjoints, ses père et mère, la femme dudit son mari suffisamment et agréablement autorisée à l’effet des présentes, lui donnent aussi en avancement de mariage pour à l’encontre de son futur époux une pinte de terre mainferme située audit Solesmes tenant à l’héritage de Jean Leclercq, à pareille partie de François Blas et à la rue et chemin de Valenciennes menant au calvaire, pour en jouir et profiter prestement en don absolu et irrévocable, sous condition que lesdits père et mère se sont réservés la liberté d’y tirer des pierres pour faire bâtir deux ou trois places en cas de besoin, sans faire grand dommage à ladite pinte donnée ci-dessus. Item, lesdits père et mère ont promis compter et payer à leur dite fille quarante écus à quarante huit patars l’écu, savoir moitié sitôt les épousailles et l’autre moitié d’hui en un an. Item donnent à leur dite fille et la mettent dans tous leurs droits qu’ils ont en une mencaudée de terre mainferme, tenue en arrentement de l’église de St Vaast, y située, amazée de maison et autres édifices comme elle se contient, sans réservation, tenant à pareille mencaudée de ladite église, d’autre à Robert Gilles et à la rue et chemin menant à Cambrai, pour en jouir sitôt la dépouille y croissante levée, et de là en après à toujours et en faire son plus grand profit, à telle charge de rente qu’elle peut devoir. Item donnent à leur dite fille pour son aménagement un lit garni d’une paillasse, draps et couverture de laine, un salloir, un mineau.

Conditionné en outre entre les parties que les futurs mariants seront un et commun en leur présent mariage et que le dernier vivant d’iceux restera propriétaire des effets mobiliaires, noms et actions réputés tels que délaissera le premier mourant, et viager de ses immeubles tant échus qu’à échoir, et c’est aussi bien sans hoirs qu’avec d’eux deux.

Promettant tenir, fournir, payer et accomplir les ports, promesses et conditions portés audit mariage et par lesdits futurs conjoint aller avant audit mariage dans le terme requis si notre mère la Ste Eglise y consente et tout ce que dessus comme de rendre frais à défaut les parties se sont respectivement et réciproquement obligés l’un vers l’autre pour autant que la chose les regardent, lesdits conjoints, solidairement, informé sur vingt de peine à justice et quinze de renforcement de …, serment prêté et renonçant & notamment le sexe féminin à la loi pour ce introduite fait à son avantage, l’effet à elle donné à entendre.

Ce fut ainsi fait et passé audit Solesmes en présence des échevins du lieu, notaire royal et hommes de fief de Hainaut soussignés avec lesdites parties après lecture le dix neuf juillet mil sept cent cinquante cinq et ont signé et fait leur marque pour ne savoir écrire ni signer, de ce enquis faisant l’ordinaire.

Suivent les marques de Jean Joseph Furgero, Marie Claire Blas, André Furgero, Jean Philippe Furgero, Anne Jeanne Comien, Pierre Blas, Marie Jeanne Leclercq, Georges Petit, Adrien Bertin et R.Deloffre (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.