Formulaire de recherche

Contrat de mariage : Jean Baptiste PROYE Marie Adrienne MACHU : 16-01-1731 [2E26-236]

Comparurent personnellement Jean Baptiste Proye, mulquinier, jeune homme à marier, de Jacques Proye, brasseur et mulquinier, et de Catherine Corbeau, conjoints, ses père et mère, assisté et accompagné de ses dits père et mère, demeurant à Malincourt d’une part, et Marie Adrienne Machu, fille aussi à marier de Jean Machu, marchand de lin et de défunte Marguerite Turotte qui furent conjoints ses père et mère, assistée et accompagnée de son dit père demeurant à Bévillers en Cambrésis d’autre part, lesquels comparants de leur bon gré, sans contrainte, reconnurent que pour parvenir au mariage entre eux concerté qui de bref au plaisir de Dieu se passera et solennisera en face de notre mère la sainte église si elle y consente et accorde d’entre ledit Jean Baptiste Proye et ladite Marie Adrienne Machu, futurs mariants, ont fait les devises, promesses et conditions dudit mariage en la forme et manière que s’en suit.

Et premier, quant est des biens et portement de mariage dudit Jean Baptiste Proye, ses dits père et mère ont déclaré et promis de lui donner et fournir en avancement de son dit mariage, à savoir la somme de cent florins, monnaie de Flandre, comme aussi une estille de mulquinier avec les outils, harnas et ustensiles y servant, ensemble tous les fils qu’il conviendra fournir pour faire une toile de mulquinier en quatorze, et trois septiers de blé, le tout payable et délivrable sitôt le présent mariage accompli. Duquel portement de mariage ladite Marie Adrienne Machu, future mariante, assistée que dessus a déclaré s’en tenir contente et bien apaisée.

Et à l’égard des biens et portement de mariage de ladite Marie Adrienne Machu, icelle avec son dit père ont déclaré et mis en avant qu’à elle future mariante appartient prestement en vertu des devoirs de loi et dispositions ci devant faits à son profit par ses dits père et mère qu’en vertu du présent contrat, à savoir la juste moitié par indivise en un certain jardin, lieu et héritage mainferme, amazé de plusieurs pièces et bâtiments contenant en totalité une demie mencaudée située audit Bévillers là où ledit Jean Machu et sa dite fille font présentement leur demeure et résidence, tenant le total de lisière à pareille demie mencaudée de Jean Desains, d’autre lisière à l’héritage de Grégoire Waxin, d’un bout par derrière à une mencaudée labourable de Marie Daix, et par devant à la rue menant à Beauvois. Comme aussi deux mencaudées et deux pintes de terre labourable mainfermes situées au terroir dudit Bévillers en trois pièces. Si comme trois boitellées et deux pintes tenant de lisière à une rasière dudit Jean Machu, d’autre lisière à trois boitellées d’André Canonne, et d’un bout aux terres occupées par la veuve de Jean Lobry. Item trois boitellées tenant à trois boitellées d’Antoine Bricout, d’autre lisière et de deux bouts aux terres du Fresnoy. Et une demie mencaudée faisant moitié d’une mencaudée à prendre indivisement en la dite mencaudée tenant le total de lisière à demie mencaudée d’Antoine Bricout, d’autre lisière à trois boitellées de Pierre Loreau, et d’un bout aux terres du Fresnoy occupées par Joseph Ledieu. Desquelles parties d’héritage et terres labourables ci-dessus déclarées appartenant à la dite future épouse, icelle en jouira prestement.

Entièrement accomplir de point en point et en la manière dite par leur foi et serment sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et futurs et sur soixante sols tournois de peine à donner à tel juge qu’il appartiendra renonçant à toutes choses contraires. Ce fut fait et passé sur la terre et juridiction de Walincourt en Cambrésis par devant le notaire royal de la ville de Cambrai et pays de Cambrésis résident à Prémont soussigné en présence de Claude Dupuis et Antoine Hégo tous deux mulquiniers demeurant à Malincourt, requis pour témoins à ce appelés le seizième de l’an mil sept cent trente et un.

Suivent les marques et signatures de Jean Baptiste Proye, Marie Adrienne Machu, Jacques Proye, Catherine Corbeau, Jean Machu, Claude Dupuis, Antoine Hégo et Leducq (notaire).

Du vingt six mars mil sept cent trente deux, par devant le notaire et tabellion royal de la ville de Cambrai, furent présents Jean Baptiste Proye et Marie Adrienne Machu sa femme, de lui autorisée, lesquels ont reconnu, confessé d’avoir reçu contents à leur apaisement des mains de Jacques Proye et Catherine Corbeau , leur père et mère, beau-père et belle-mère, la somme de cent florins, monnaie de Flandres, et d’être entièrement fourni et livré de tout ce que lesdits Jacques Proye et sa femme s’étaient engagés de leur fournir par le portement du contrat de mariage ci-devant. Pour quoi ils les tiennent quitte et tous autres. Fait à Cambrai les jour, mois et an susdits.

Suivent les signatures et marques de Jean Baptiste Proye, Marie Adrienne Machu et Delvigne (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.