Formulaire de recherche

Contrat de mariage : Eloy LASSELIN Marie Françoise LEPRETRE : 27-05-1730 [2E26-39]

Par devant les notaires royaux résidents en la ville de Cambrai soussignés, comparurent personnellement Eloy Lasselin, fils à marier de Chrétien et Martine Millencourt, assisté de son dit père, ladite Millencourt absente au passement de cette à cause de son grand âge et infirmité d’une part, Marie Françoise Leprêtre fille aussi à marier de Philippe et Jacqueline Leduc, accompagnée de son dit père, ladite Leduc absente pareillement au passement des présentes à cause de ce que dessus, demeurant tous au village de Carnières d’autre part. Lesquelles parties désirant mettre fin et accomplir le mariage entre elles projeté, lequel au plaisir de Dieu se fera et se doit solenniser le plus tôt que faire se pourra en face de notre mère Sainte Eglise entre lesdits Eloy Lasselin et Marie Françoise Leprêtre, sont convenus des clauses, conditions matrimoniales suivantes.

Premièrement quant aux biens dudit Eloy Lasselin, futur mariant, ledit Chrétien Lasselin son père a dit et déclaré, dit et déclare, qu’il lui cède et donne, présent acceptant, tout un jardin et héritage contenant six pintes de terre ou environ amazées d’une maison, de trois chambres, d’une étable et brasserie, d’une grange et de plusieurs autres édifices avec tous les ustensiles servant à ladite brasserie, séante à l’endroit dudit Carnières, tenant à trois pintes de Philippe Paringaux et à la grande rue menant à Cambrai.

De plus lui donne encore tous les meubles meublant, effets mobiliaires et choses réputées pour telles à l’exception des or et argent qui se trouveront lors du décès de ses dits père et mère, lesquels seront partagés entre lui et Antoine et Marie Agnès Lasselin, ses frère et sœur, pour par lui ainsi que le tout ce que dessus se comprend et extend jouir en toute propriété après les décès arrivés de ses mêmes père et mère. Et pour la validité de la cession et donation dudit jardin ci-devant mentionné, ledit Chrétien Lasselin son père s’est tenu et obligé de faire et passer à l’intervention de Martine Millencourt sa femme tous œuvres et devoirs de loi requis et nécessaires suivant la coutume du pays et comté de Cambrésis, soit avant ou après la consommation dès présentement la réquisition première de l’une ou l’autre des parties, et s’est encore obligé ledit Chrétien Lasselin de loger en la maison ci-dessus déclarée les futurs mariants jusqu’à son décès et celui de ladite Martine Millencourt. Parmi la susdite donation du jardin et héritage ci-dessus spécifiée, ledit futur mariant sera tenu et obligé de payer et compter audit Antoine Lasselin son frère la somme de quatre cents florins, monnaie de Flandre, livrable en dedans deux ans, date de ceste, ou quand Antoinette Leprêtre sœur à ladite mariante prendra état honorable, et cela au choix dudit Chrétien Lasselin, pour tel part et droit que ledit Antoine Lasselin peut prétendre audit jardin.

En outre, ledit Chrétien Lasselin a rétrocédé à son dit fils, futur mariant, sous le bon plaisir toutefois des propriétaires, à quel effet il promet de les faire agréer par iceux le nombre de dix mencaudées de terres à cense labourables au terroir dudit Carnières en diverses pièces. Si comme une rasière à la briquetterie tenant au chemin de l’arbre. Item neuf boitellées tenant au chemin du Fresnoy. Item cinq boitellées tenant à dix huit mencaudées de St Ladre en Cambrai. Item une mencaudée tenant aux susdites dix huit mencaudées de St Ladre. Item une demie mencaudée tenant audit chemin du Fresnoy. Item dix pintes tenant au chemin de Cambrai. Item deux mencaudées tenant au riot de Notre Dame passant au travers. Et finalement une rasière tenant audit riot pour par le dit futur époux ainsi que lesdites pièces de terre à cense se comportent et extendent sans réservation en jouir et profiter du jour de ses épousailles aux charges, clauses et conditions portées par les baux qu’en a son dit père, ayant été convenu entre les comparants qu’en cas que les futurs mariants ne pourraient s’accommoder et vivre en paix et union avec lesdits Chrétien Lasselin et Martine Millencourt, en ce cas iceux se réserveront la jouissance de la moitié desdites dix mencaudées ci-devant rétrocédées, pour après leur deux décès arrivés jouir de la totalité d’icelles, comme dit est par ledit futur mariant encore en même cas arrivant, lesdits père et mère dudit futur mariant se réserveront encore la moitié desdits meubles ci-dessus déclarés.

Et au regard du portement de mariage de ladite Marie Françoise Leprêtre, future mariante, ledit Philippe Leprêtre son père a promis et s’est obligé comme par ces présentes il promet et s’oblige de lui payer et compter la somme de neuf cent florins, monnaie dite, livrable en dedans deux ans, date à ceste, ou quand ladite Antoinette Leprêtre sa sœur prendra état honorable, et cela au choix dudit Chrétien Lasselin, celui desdits futurs mariants. De plus, ledit Philippe Leprêtre son père s’est obligé de faire quatre voitures et avec ses charriots et chevaux pour aller chercher et charger de bois ou de charbon de terre tant au bois de Mourmal qu’aux grandes fosses, lesquelles quatre voitures se feront quand bon semblera auxdits mariants et ceci un par chaque année, le tout en avancement de ce futur mariage.

Desquels portements de biens, les parties ont déclaré de se tenir pour contents et bien apaisés. A été convenu et stipulé entre les futurs conjoints que le survivant soit avec et sans hoirs de ce même futur mariage, demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles, effets mobiliaires, noms, raisons et actions de la communauté et pour tels réputés, et sera viager de tous les immeubles échus ou à échoir en payant toutes dettes et funérailles du décédé en observant de faire et passer tous devoirs de loi pour ce requis et nécessaires maintenant ou après la célébration de ce mariage.

Toutes lesquelles clauses et conditions, lesdites parties ont promis et promettent tenir, observer, entretenir et accomplir de point en point sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et à venir sur soixante sols tournois de peine & renonçant à choses aux présentes contraires. Ayant été conditionné entre les comparants que les pères et mères des futurs époux seront obligés comme de présent contrat de mariage et s’obligent de faire intervenir au passement desdits œuvres et devoirs de loi leur femme. Ainsi fait et passé à Cambrai le vingt sept de mail mil sept cent trente.

Suivent les marques et signatures d’Eloi Lasselin, Marie Françoise Leprêtre, Chrétien Lasselin, Philippe Leprêtre, Baret (notaire) et Ancelin (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.