Formulaire de recherche

Contrat de mariage : Martin LENGLET et Pacquette DESPIERRES : 28-12-1699 [2E26-149]

Du vingt huit de décembre mil six cent quatre vingt dix neuf, comparurent en leurs personnes Martin Lenglet, jeune homme libre et à marier, fils de Philippe et de défunte Marie Anne Henninot demeurant au village de Ligny accompagné de son dit père d’une part, Pacquette Despierres aussi fille à marier de Paul et de feue Marie Denis assistée et accompagnée de son dit père et de Michel Despierres, son frère, demeurant audit Ligny d’autre part. Et reconnurent de leur bon gré que pour parvenir au mariage entre eux pourparlé et qui au plaisir de Dieu se passera et solennisera en face de notre mère la Sainte Eglise, si elle y assente, d’avoir convenu et accordé en la forme et sous les devises et conditions ci-après déclarées.

Premièrement, quant est des biens et portement de mariage dudit Martin Lenglet, ledit Philippe son père lui a cédé l’usufruit et jouissance qu’il a sa vie durant de toute une maison, jardin et héritage contenant deux pintes de terre à prendre en six pintes à l’encontre d’Arnould Carlier et consorts, icelle maison se consistant en une seule place, le tout situé audit Ligny tenant au jardin de Philippe Lamouret, à celui de Jacques Hennino et par devant à la rue nommé Deledisme. Ainsi que ledit héritage se comporte pour par lesdits futurs mariants en jouir et posséder la vie durant dudit Philippe Lenglet et pour après son trépas advenu retourner et appartenir à Marie Catherine sa fille à cause de l’achat qu’il en a fait à son profit. Item, ledit père donne encore à son dit fils un mencaud de blé en nature à lui livrer sitôt après ses épousailles. Même qu’il lui fournira lors pour son droit de formoture qu’il lui a assigné par son contrant anténuptial avec Catherine Lasselin sa femme en secondes noces la somme de cinq florins. Déclarant aussi que son dit fils est bien et honnêtement accommodé d’habits et de linge. Duquel portement ladite Pacquette Despierres sa future épouse s’est contentée et apaisée sans en faire autre spécification.

Et au regard de ladite future mariante, ledit Paul Despierres son père a promis et s’est obligé de lui compter et fournir pour son port de mariage la somme de cinquante florins, monnaie de Flandres, sitôt après ses épousailles. Item lui fournira pour son aménagement six patacons à raison de quarante huit patars chacun, deux mencauds de blé en nature, et une paire de linceul dont ledit Lenglet son prétendu mari s’est pareillement contenté.

Ayant été convenu et accordé entre lesdites parties qu’à dissolution de ce mariage le survivant, à hoirs ou sans hoirs de cette conjonction, sera et demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles, noms et actions mobiliaires du prémourant à charge de payer les dettes, obsèques et funérailles d’icelui. Si ont lesdits comparants estimé et évalué les ports de mariage ci-dessus à la somme de cent florins dite monnaie.

Tout lequel contrat de mariage, clauses et conditions y portées lesdits comparants ont promis et promettent respectivement tenir, entretenir, fournir et accomplir en la manière dite par leur foi et serment sous l’obligation de leurs biens présents et futurs sur soixante sols tournois de peine à donner & renonçant à toutes choses contraires.

Ainsi fait et passé à Cambrai par devant le notaire royal y résident soussigné les jour, mois et an que dessus en présence de Pierre Hubaut, bourgeois de ladite ville et Antoine Maillet demeurant à Fontaine Notre Dame témoins à ce requis et évoqués.

Suivent les signatures et marques de Martin Lenglet, Pacquette Despierre, Philippe Lenglet, Paul Despierres, Michel Despierres et De Comblin (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.