Formulaire de recherche

Contrat de mariage entre Jacques SAVARY et Marie Anne Joseph DELILLE : 19-09-1719 [2E26-433]

Du dix neuf de septembre mil sept cent dix neuf par devant les notaires royaux d’Artois soussignés furent présents Jacques Savary, fils à marier de Guillaume et de feue Barbe Wiart, demeurant à Graincourt, accompagné de son père, de Jean François Savary son frère, de Martin, Jacques et François Wiart ses oncles, de Géry Fievet son parrain, de Louis Savary son cousin d’une part, Marie Anne Joseph Delille, fille aussi à marier de feux Martin et Marie Jeanne Fournier, demeurant au Bac d’Aubencheul, accompagné de Jean François Delille son frère, de Jean Baptiste Delille son oncle, de Jean François Cuissette et Marie Catherine Chavatte sa femme, ses beau-père et belle-mère d’autre part, et reconnurent lesdites parties que pour parvenir au mariage entre elles pourparler qui de bref se fera en face notre mère la Sainte Eglise si elle y consente et accorde et avant qu’il y ait aucun engagement d’entre lesdits Jacques Savary et Marie Anne Joseph Delille, futurs mariants, d’avoir convenu de ce que s’en suit.

Premièrement, quant est des biens et portement en ce mariage dudit Savary, icelui son père promet lui fournir et livrer sitôt ce mariage consommé une estille de mulquinier avec les ustensiles servant et un étain de fil et promis en surplus lui fournir et compter prestement la somme de cinquante florins, monnaie de Flandres, au moyen de quoi le même époux a renoncé et renonce par ces présentes au droit et profit de Catherine et Marie Anne Savary ses deux sœurs et acceptent par leur dit père à ce qu’il pourrait prétendre et espérer au jardin et héritage où ledit Guillaume Savary son père fait actuellement sa demeure audit Graincourt venant de la succession de sa feue mère contenant deux pintes de terre ou environ tenant au jardin de François Wiart et à l’héritage de Louis Savary, pour ledit héritage être partagé entre elles également. De tout quoi la future épouse a déclaré s’en contenter.

Et au regard du portement de la même future épouse, elle a déclaré qu’il lui appartient une maison, jardin et héritage contenant dix pintes de terre ou environ à prendre en onze pintes ou environ à l’encontre de Jean Charles Delille son frère, savoir un tiers de la troisième partie de la totalité de ses onze pintes de la succession de son dit feu père et autre tiers de ladite troisième que lui cède par ces présentes le prédit Jean François Delille son frère et deux tiers dans ladite totalité qui lui ont été cédés par le prédit Jean Baptiste Delille religieux de l’ordre de St François et Joseph Delille ses deux oncles duquel Joseph et le prédit Jean François se fait fort du moins pour la part qu’il pouvait prétendre dans lesdits tiers dudit Joseph son oncle. Au surplus, lesdits Jean François Cuissette et Marie Catherine Chavatte, sa femme de lui autorisée, promettent lui fournir et livrer, acceptante, une vache, un lit garni suivant sa condition, un pot de fer, un mineau, une poelle, une cuvelle, une cramillie, un chaudron, une cheraigne et autre petites pièces d’aménagement à leur discrétion et ce pour la récompenser des bons et fidèles services qu’elle leur a rendus jusqu’à présent et desquels services rendus ladite future épouse a déclaré les décharger, qui est son portement duquel son futur époux se contente.

Convenu entre les parties qu’à dissolution de ce mariage, soit à enfants ou non, le survivant des futurs mariants demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles, actions mobiliaires, et pour tels réputés et outre ce, viager des immeubles généralement quelconques que délaissera le prémourant en payant par ledit survivant les dettes et funérailles du décédé. A l’accomplissement desquelles clauses et conditions, les parties ont obligé leurs biens présents et à venir accordant sur iceux toutes sûretés de droits domicile élu à la maison rouge à Arras, acceptant à juger messieurs du conseil provincial d’Artois renonçant à choses contraires, notamment ladite femme au droit du sénat consul Velleian et à l’authentique si qua mulier à elle donné à entendre.

Passé à Cambrai les jour et an susdits en considération de la renonciation ci-dessus faite au profit de la future mariante par ledit Jean François Delille son frère à sa part du prédit jardin et héritage. Les conjoints promettent lui fournir et compter la somme de trente six florins, monnaie de Flandre, acceptant.

Suivent les marques et signatures de Jacques Savary, Marie Anne Joseph Delille, Guillaume Savary, Martin Wiart, Jean François Delille, Jean Cuissette, Marie Catherine Chavatte, Jean François Savary, Jean Baptiste Delille et comme notaire A.Queulain.

 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.