Formulaire de recherche

Contrat de mariage entre Pierre DE SAINT AUBERT et Laurence CATTELAIN : 07-12-1713 [2E26-213]

Comparurent en personnes Pierre De Saint Aubert, jeune homme à marier de Bastien et Marie Jeanne Legrand, conjoints ses père et mère, assisté et accompagné d’iceux d’une part, Laurence Castelain, aussi jeune fille à marier de Claude et Marie Barbe Doise, ses père et mère, assistée et accompagnée dudit Claude d’autre part, tous demeurant au village de Boussières. Et reconnurent que pour parvenir au mariage pourparlé, qui au plaisir de Dieu se fera et solennisera en face de notre mère la Sainte Eglise, si elle y consente mais avant qu’il ait aucun engagement entre lesdits futurs mariants, sont convenus sous les conditions ci-après.

Premièrement, quant est du bien et portement en ce mariage dudit Pierre De Saint Aubert, futur mariant, lesdits Sébastien et Marie Jeanne Legrand, ses père et mère ici présents et comparants, lui ont donné et donnent une boitellée de terre jardinage fief à prendre en cinq boitellées fief situées audit Boussières, tenant au jardin d’Alexis Mairesse et au chemin menant dudit lieu à Quiévy pour par ledit futur mariant en jouir sitôt le mariage consommé. Et comme les futurs mariants sont présentement de faire bâtir une maison sur ladite boittelée fief pour y faire leur demeure, a été conditionné que si ledit futur mariant venait à prédécéder son dit père et que ladite boitellée lui retournerait, en ce cas celui à qui icelui fief appartiendra sera tenu et obligé rendre et faire valoir envers la future mariante ou ses hoirs de la présente conjonction la valeur de ladite maison et bâtiment. Plus icelui donne une estille de mulquinier, avec ce qu’il pourra coûter pour la moitié que coûtera la dispense de Rome à cause du parentage qu’il y a entre les futurs mariants, l’autre moitié devant être fournie par ledit Claude Castelain et sa femme, qui est le portement dudit futur mariant duquel la future épouse assistée comme dessus a déclaré en être contente et apaisée.

Et venant au portement d’icelle, ledit Claude Castelain son père lui donne six pintes de terre jardinage situées audit Boussières tenant à six pintes pareilles terres d’Alexis Mairesse et à demie mencaudée de Pacquet Grière et le long de la rue menant à Beauvois, pour par la future mariante en jouir sitôt la consommation du présent mariage. Plus, ledit Claude donne à sa dite fille, future mariante, deux cent cinquante florins, monnaie de Flandres, à lui payer sitôt ledit mariage consommé, qui est le portement de ladite future mariante duquel le futur mariant a aussi déclaré s’en tenir content et apaisé.

Ce fait a été conditionné entre les parties futures mariantes et contractantes que le dernier vivant des futurs mariants, soit à hoirs ou sans hoirs de la présente conjonction, sera et demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles et effets mobiliaires en payant cependant par ledit survivant les dettes, obsèques et funérailles du premier décédé.

Tout le quel contrat anténuptial et choses dites, les parties respectivement comparantes ont promis et promettent tenir, entretenir, payer, fournir et accomplir de point en point par leurs foi et serment, sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et à venir sur soixante sols tournois de peine à donner & renonçant &, même ladite femme autorisée de son dit mai au droit de Velleian et à l’authentique si qua mulier à elle expliqué. Fait et passé à Cambrai par devant les notaires royaux y résident soussignés avec lesdits comparants le sept de décembre an mil sept cent treize.

Suivent les marques et signatures de Pierre de Saint Aubert, Laurence Castelain, Sébastien De Saint Aubert, Marie Jeanne Legrand, Claude Castelain, Delvigne (notaire) et Houseau (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.