Formulaire de recherche

Contrat de mariage entre Antoine MANIE et Sainte BOILEUX : 27-07-1702 [2E26-424]

Comparurent personnellement Antoine Manié relict de Françoise Crespin, demeurant à Rumilly d’une part, Sainte Boileux fille à marier de Pierre et de feue Jeanne Severin, demeurant à Trescaut, assistée de son dit père d’autre part, et reconnurent que pour parvenir au mariage entre eux pour parlé qui au plaisir de Dieu se fera et solennisera en face de notre mère la Sainte Eglise si elle y consente et accorde, et avant qu’il y ait aucun engagement d’entre eux d’avoir convenu et traité comme s’en suit.

Premier, quant est des biens et portement dudit Antoine Manié, la future mariante a déclaré en être contente sans en faire autre déclaration ni spécification.

Et au regard du portement de ladite Boileux, ledit Pierre son père lui a donné et cédé par cette acceptant un jardin non amazé contenant trois pintes ou environ séant audit Trescaut, tenant au jardin de Michel Clicart, à celui de Philippe Lobry et par devant à la rue pour en jouir et possesser du jour de ses épousailles et de là à toujours. De plus déclare qu’à son trépas, la future mariante partagera également avec ses frères et sœurs à sa succession mobiliaire et immobiliaire sans aucune chose excepté eu égard aux bons et fidèles services qu’elle lui a rendus. Duquel portement ledit futur mariant a déclaré en être apaisé.

Ce fait, a été convenu qu’au cas de mort du futur mariant avant sa future épouse, soit à enfants ou non, icelle aura et profitera pour lui tenir lieu de douaire ses habits, bagues, joyaux, linges et vêtements autres ayant servi aux corps et chef. Et outre ce, jouira de tout un jardin contenant trois mencaudées et demie de terres séantes à Rumilly tenant à l’héritage de Robert Regnar, et à celui de François Doffe, d’autre à la grande rue allant à Séranvillers. Et de neuf mencaudées de terre en une pièce au terroir dudit lieu appartenant à Monsieur Guerin de Valenciennes tenant à vingt mencaudées du seigneur de Rozel et à neuf mencaudées du Sr Mallet, d’autre à six mencaudées des pères jésuites. Et outre ce, au cas d’enfant, prendra une vache. Le tout sans charge de dettes en payant les rendages annuels aux propriétaires. Et le surplus de son droit de marché et effet mobiliaire qu’il délaissera comptera aux enfants qu’il a retenu de sa première conjonction, parmi par eux payer les dettes, services et funérailles dudit futur mariant. Et au cas de mort d’icelle future mariante avant son futur mari, icelui sera et demeurera en tous biens meubles et choses réputées tels de leur communauté.

Tout quoi, les parties ont promis tenir, entretenir sous l’obligation de leurs biens présents et à venir, accordant main assise et mise de fait domicile élu à la maison rouge à Arras et à juges messieurs du conseil d’Artois rendu à choses contraires. Ainsi fait et passé à Cambrai par devant les notaires royaux d’Artois et de Cambrésis soussignés le vingt sept juillet mil sept cent et deux et ont signé Antoine Manié, Sainte Boileux, Pierre Boileux et F.Cuissette notaire royal.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.