Formulaire de recherche

Contrat de mariage entre Jean LASSELIN et Marie GODELOT : 21-11-1705 [2E26-143]

Comparurent personnellement Jean Lasselin, veuf en premières noces de feue Marie Sorlin et en secondes d’Elisabeth Ségard, demeurant à Carnières, accompagné d’Adrien Sorlin son beau-frère d’une part. Marie Godelot, fille à marier de Jean et Laurence Leclercq, dudit son père assistée et accompagnée demeurant audit lieu d’autre part. Et reconnurent que pour parvenir au mariage, traité et pourparler, qui au plaisir de Dieu se doit en bref solenniser en face de notre mère la Sainte Eglise si elle y assente entre lesdits Jean Lasselin et Marie Godelot, d’avoir fait les portements, promesses et conditions suivantes.

Premièrement, quant au portement dudit Jean Lasselin futur mariant, ladite Marie Godelot sa future épouse et ledit Jean Godelot son père, s’en tiennent contents et apaisés sans en faire ici aucune mention ni déclaration.

Et comme ledit Lasselin, futur mariant, a retenu de ladite Marie Sorlin sa première femme, trois enfants, un garçon et deux filles, icelui déclare qu’il leur a fait et assigné leur formoture raisonnable. Savoir audit fils, la somme de vingt florins et auxdites deux filles aussi vingt florins chacune, avec une vache de la valeur de vingt florins aussi chacune, et aménagement selon leur état et condition par le contrat de mariage passé entre lui et ladite défunte Elisabeth Ségard sa seconde femme.

Et au regard du portement de ladite Marie Godelot, future mariante, ledit Jean son père lui a cédé et cède la jouissance prestement de demie mencaudée de terres labourables à prendre en une mencaudée sise au terroir dudit Carnières tenant à trois boitellées de la veuve de Pierre Dromart, au chemin dudit Carnières à Estourmel, et à prendre tout au long desdites trois boittelées de Pierre Dromart. Ladite jouissance à durer jusqu’aux trépas desdits père et mère, et en après retourner et venir en partage avec les autres biens de fond qu’ils pourront délaissés de leur succession à partager avec leurs autres enfants également, autant à l’un qu’à l’autre. Promet de plus, ledit Jean Godelot, son père, de livrer et payer à ladite future mariante sa fille, la somme de cinq patagons faisant douze florins de Flandres pour une vache et tout l’aménagement, être à de termes et paiements, si comme la moitié au jour de Chandeleur prochain et l’autre moitié à l’août de l’an mil sept cent et six.

Ayant au surplus été dit, accordé et conditionné entre les parties contractantes que le survivant des futurs conjoints sera et demeurera, aussi bien sans qu’à hoirs de la présente conjonction, en la paisible possession et propriété de tous les biens meubles, effets mobiliaires que délaissera le prémourant, en payant par ledit survivant toutes dettes, service et funérailles dudit prédécédé. Conditionné même aussi que ledit survivant jouira sans hoirs sa vie durant seulement du bien de fond que pourra délaisser ledit premier décédant.

Lequel contrat de mariage et conditions, lesdits parties comparantes ont promis et promettent tenir, entretenir et accomplir respectivement par leur foi et serment sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et futurs sur soixante sols tournois de peine & renonçant &.

Fait et passé à Cambrai par devant le notaire royal y résident soussigné en présence des personnes et parents et assistants nommés requis et intervenus pour témoins avec Claude Colau demeurant en ladite ville, le vingt un de novembre mil sept cent et cinq.

Suivent les marques et signatures de Jean Lasselin, Marie Godelot, Jean Godelot, Adrien Sorlin, Claude Colau et Cocqueau (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.