Formulaire de recherche

Contrat de mariage entre Nicolas HENNINOT et Marie Claire GODAR : 10-06-1725 [2E26-233]

Comparurent personnellement Nicolas Henninot, garçon mulquinier, jeune homme à marier de feu Pierre Henninot en son vivant petit laboureur, et Catherine Dubois qui furent conjoints ses père et mère, assisté et accompagné de Jean Benicourt son oncle par alliance et d’Antoine Carrez son beau-frère, demeurant savoir ledit Henninot à Montigny et lesdits Benicourt et Carrez à Clary d’une part. Et Marie Claire Godard, fille aussi à marier de Philippe Godard, berger, et de défunte Jacqueline Crinon qui furent conjoints ses père et mère, assistée et accompagnée de son dit père demeurant audit Montigny, Mathias Godard son frère demeurant à Esne, Jean Philippe Godard aussi son frère à marier, Marie Joseph et Jeanne Marguerite Godard ses deux sœurs aussi à marier demeurant à Montigny, Martin Sedent son beau-frère, mari et bail de Marie Madeleine Godard sœur de ladite future mariante dont il se porte fort demeurant à Cattenières, de Michel Renard son beau-frère demeurant audit Montigny, et de Christophe Crinon, lieutenant d’Elincourt son oncle maternel d’autre part. Lesquels comparants, de leur bon gré, reconnurent que pour parvenir au mariage entre eux concertés qui de bref, au plaisir de Dieu, se passera et solennisera en face de notre mère la Sainte Eglise si elle y consente et accorde d’entre ledit Nicolas Henninot et ladite Marie Claire Godard, futurs mariants, ont fait les devises, promesses et conditions dudit mariage en la forme et manière que s’en suit.

Et premier, quant est des biens et portement de mariage dudit Nicolas Henninot, icelui avec ses dits assistants soussignés, ont déclaré et mis en avant qu’à lui futur mariant compte et appartient prestement tant en vertu de partage ci-devant fait à l’encontre de Pierre François, Marie Anne et Marie Marguerite Henninot ses frère et sœurs, qu’en vertu d’achat par lui fait ci-devant les parties de terres labourables ci-après déclarées. Si comme une demie mencaudée séante au terroir dudit Montigny tenant de lisière aux terres de l’abbaye d’Anchin, et d’un bout à pareille demie mencaudée de Pasquet Leducq. Item une autre demie mencaudée séante au terroir dudit Montigny tenant de lisière à une mencaudée de pareille terre de Jean Baptiste Taisne et d’autre lisière à cinq mencaudées de l’église dudit Montigny. Et finalement, six pintes de terres aussi labourables séantes au terroir de Ligny tenant de lisière à pareille six pintes dudit Pierre François Henninot, et d’autre lisière aussi à six pintes de Jean Baptiste Leclercq. Et quant au surplus des autres biens dudit futur mariant, sa dite future épouse assistée que dessus a déclaré s’en tenir pour contente et bien apaisée sans qu’il soit besoin d’en faire ici plus particulière déclaration.

Et à l’égard des biens et portement de mariage de ladite Marie Claire Godard, son dit père avec ses dits frères, sœurs et beau-frère assistants soussignés, tant en leur nom que se faisant et portant fort de ladite Marie Madeleine Godard, femme dudit Martin Sedent par laquelle ils promettent faire ratifier ce que s’en suit toutes et quante fois qu’ils en seront requis par devant qui il appartiendra, ont déclaré, promis et se sont obligés par le présent contrat de laisser suivre, jouir, faire valoir et garantir par forme de partage prestement et à toujours au droit et profit de ladite future mariante, présente et acceptante, deux sixièmes d’un certain jardin, lieu et héritage non amazé venant d’achat par ledit Philippe Godard et sa femme. Savoir un sixième dont ladite future mariante avait droit de prétendre à l’avenir des successions de ses dits père et mère, et l’autre sixième que ledit Mathias Godard prétendant par avant le présent, pareillement de ses dits père et mère. Lesdits deux sixièmes non amazés et joignant ensemble à prendre de bout en bout dudit jardin et héritage situé audit Montigny du côté et tenant de lisière à l’héritage de Marie Delacourt, d’autre lisière aux quatre autres pareils sixièmes restant, d’un bout à demie mencaudée de Jeanne Marguerite Henninot, et par devant à la ruelle menant à Caullery. Desquels deux sixièmes, ladite future mariante en jouira prestement et à toujours comme de son propre bien, par forme de partage comme dessus. Parmi quoi, ledit Mathias Godard, aura à l’avenir, après le décès dudit Philippe Godard son père, deux sixièmes. Savoir un sixième qu’il prétend de la succession future de son dit père, et l’autre sixième que ladite future mariante prétendait par avant le présent, pareillement de la succession future de son dit père, en deux mencaudées de terres labourables séantes au terroir dudit Montigny tenant de lisière aux terres de Michel Allart, et d’autre lisière à celles de Jacob Allart, lesquels deux sixièmes à prendre dans lesdites deux mencaudées seront jointes ensemble et appartiendront pareillement audit Mathias Godard, par forme de partage là où ils pourront lui retombés par le partage qui se fera avec les autres biens dudit Philippe Godard, après le décès d’icelui. A quoi, ladite future mariante, avec ses dits assistants soussignés, ont consenti et consentent par le présent contrat. De plus, ledit Philippe Godard donne et cède à sa dite fille, future mariante, la jouissance d’une demie mencaudée de terres labourables à prendre dans une rasière séante au terroir dudit Montigny et ce de bout en bout de ladite rasière du côté et tenant de lisière à une rasière de Jean Pierre Farez, d’autre lisière au restant de ladite rasière réservée par ledit donateur et d’un bout au ruyot Michel, pour en jouir par ladite future mariante prestement jusqu’au jour du décès de son dit père. Duquel portement de mariage, ledit Nicolas Henninot, futur mariant assisté que dessus, a pareillement déclaré s’en tenir pour content et bien apaisé. Les deux ports de mariage ci-dessus estimés, y compris les deux sixièmes dans les deux mencaudées repris et déclarés au port de mariage de ladite future mariante, la somme de deux cent trente florins.

Ayant été expressément convenu, conditionné et accordé entre les parties parents et assistants soussignés qu’arrivant le décès dudit Nicolas Henninot par avant sa dite future épouse, aussi bien avec hoirs que sans hoirs, en ce cas icelle aura droit de jouir desdites deux demies mencaudées et six pintes de terres labourables en trois pièces ci-dessus déclarées par abouts et tenants au port de mariage d’icelui, usufructuairement sa vie durant seulement. Et le contraire arrivant le décès de ladite Marie Claire Godard par avant son dit futur époux, aussi bien avec hoirs que sans hoirs, en ce cas icelui aura pareillement et réciproquement droit de jouir. Savoir desdits deux sixièmes de jardin et héritage ci-dessus déclarés par abouts et tenants au port de mariage d’icelui et pareillement de toutes les parties de biens en fond mainfermes tant en héritage que terres labourables qu’elle prétend des successions de ses dits père et mère, telles qu’elles pourront lui retomber par le partage à faire ci-après à l’encontre de ses dits frères et sœurs, usufructuairement sa vie durant seulement. Promettant lesdits deux futurs conjoints respectivement d’en faire et passer tous devoirs de loi requis par avant les épousailles ou après pour et aux fins que dessus si besoin est.

Si a été au surplus conditionné et accordé entre lesdites parties, parents et assistants soussignés, que le dernier vivant des dits deux futurs conjoints, aussi bien avec hoirs que sans hoirs, demeurera seul propriétaire de tous les biens meubles et effets mobiliaires de leur communauté et tels qu’ils se trouveront délaissés par le prémourant au jour de son trépas, à charge des dettes, obsèques, service et funérailles dudit prémourant.

Tout lequel contrat de mariage et choses dites, lesdites parties ont respectivement promis tenir, entretenir, laisser jouir, faire valoir et garantir, payer, fournir et entièrement accomplir de point en point et en la manière dite par leur foi et serment sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et futurs et sur soixante sols tournois de peine à donner à tel juge qu’il appartiendra renonçant à toutes choses contraires.

Ce fut ainsi fait et passé audit Montigny par devant le notaire royal de la résidence de Prémont soussigné en présence desdits Jean Bénicourt et Christophe Crinon dénommés au préambule du présent contrat requis pour témoins et assistants à ce appelés le dixième de juin mil sept cent vingt cinq.

Suivent les marques et signatures de Nicolas Hennino, Marie Claire Godar, Antoine Carré, Jean Beugnicourt, Jean Philippe Godar, Marie Joseph Godar, Jeanne Marguerite Godar, Martin Sedent, Michel Renard, Christophe Crinon et B.Leduc (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.