Formulaire de recherche

Contrat de mariage entre Philippe LEFEBVRE et Thérèse LEVIN : 29-11-1719 [2E26-436]

Du vingt neuf de novembre mil sept cent dix neuf, par devant le notaire royal résident à Cambrai soussigné, furent présents Philippe Lefebvre, fils à marier de Nicolas et Peronne Lenglet, demeurant au village de Caudry, accompagné de son dit père d’une part. Thérèse Lenvin, fille aussi à marier de feu Nicolas et Catherine Aimé, vivants conjoints demeurant audit Caudry, accompagnée de Catherine Levin sa sœur d’autre part, et reconnurent lesdites parties que pour parvenir au mariage entre elles pourparler, qui de bref au plaisir de Dieu se fera en face de notre mère la Sainte Eglise si elle y consente et accorde, et avant qu’il y ait aucun engagement d’entre lesdits Philippe Lefebvre et Thérèse Lenvin futurs mariants d’avoir convenu de ce que s’en suit.

Premièrement, quant est des biens et portement de mariage dudit futur mariant sa future épouse a déclaré s’en contenter sans qu’il soit besoin d’en faire ici aucune déclaration.

Quant au regard du portement de la même future mariante, elle a déclaré qu’il lui appartient, provenant de la succession de ses père et mère, la quatrième partie d’un jardin et héritage audit Caudry contenant une pinte de terre ou environ à prendre à l’encontre de ses frères et sœurs, tenant ledit jardin au jardin de Michel Sautière, à celui de Jean Beauvillain et par devant au warescaix, de quoi elle est en actuelle jouissance. Item, ladite Catherine Lenvin sa sœur déclare qu’après son décès et trépas il appartiendra à la future mariante sa sœur la quatrième partie dudit jardin qui lui appartient, de quoi elle lui en fait donation pour le bon amour et affection qu’elle lui porte, acceptante. Item promet fournir aux futurs mariants un estille de tisserand dedans trois mois. De tout quoi, son futur époux se contente.

Convenu entre les parties qu’à dissolution de ce mariage, soit à enfant ou non, le survivant des futurs mariants demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles, actions mobiliaires et pour tels réputés, et outre ce le viager des immeubles généralement quelconques échus ou à échoir du prédécédé. Et arrivant que quelqu’un des héritiers de la future mariante voudrait empêcher au futur mariant la jouissance pendant sa vie dudit jardin, celui ou ceux qui voudraient l’empêcher devront lui fournir avant de rentrer dans la jouissance la somme de cent florins une fois. Toutes lesquelles clauses et conditions, lesdites parties sont obligées tenir et entretenir sous l’obligation & renonçant &.

Passé audit Caudry les jour et an susdits en présence de Bauduin Queulain et de Pierre Martin Disler témoins à ce requis. Et arrivant que le futur mariant viendrait à mourir sans enfant, les héritiers pourront reprendre tous ses habits en payant les funérailles et dettes.

Suivent les marques et signatures de Nicolas Lefebvre, Catherine Lenvin, Thérèse Lenvin et comme notaire A.Queulain.

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.